RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Matt TAIBBI

Julian Assange ne doit surtout pas être extradé (Rolling Stone)

Matt TAIBBI

Le deuxième acte d’accusation du cofondateur de Wikileaks semble viser à forcer les Britanniques à refuser l’extradition. Sinon, c’est de la folie.

Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, se trouve aujourd'hui dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, au sud-est de Londres. Non seulement pour lui, mais pour tout le monde, il faut maintenant espérer qu'il ne sera jamais transféré vers les Etats-Unis. Les États-Unis ont porté plainte contre Assange au début du mois dernier. L'affaire semblait avoir été conçue pour apaiser les craintes que la liberté d'expression ou la liberté de la presse ne soient prises pour cible. Cette infraction spécifique était une "conspiration de piratage informatique" datant de 2010. Le "crime" était ridiculement mineur, une affirmation qu'Assange aurait accepté (mais apparemment échoué) d'aider Chelsea Manning à trouver un mot de passe qui aurait pu l'aider à dissimuler son identité lorsqu'elle téléchargeait des documents secrets. La phrase "Pas de chance jusqu'à présent" en était la preuve accablante. Les parties troublantes de cette affaire étaient dissimulées dans le reste de l'acte d'accusation, qui semblait (...) Lire la suite »

Tout est truqué : le plus grand scandale de manipulation de prix de tous les temps (Rolling Stone)

Matt TAIBBI

Les illuminati étaient des amateurs. Le deuxième monstrueux scandale financier de l’année révèle la véritable conspiration internationale : il n’y a pas de prix que les banques ne puissent manipuler.

Théoriciens de la conspiration de ce monde, croyants en l’influence secrète de la famille Rothschild, des francs maçons et des illuminati, nous autres sceptiques vous devons des excuses. Vous aviez raison. Les acteurs sont peut-être légèrement différents, mais vos prémisses étaient fondées. Le monde est truqué. Nous l’avons découvert ces derniers mois, quand toute une série d’histoires de corruption a éclaboussé le secteur financier, laissant supposer que les plus grandes banques du monde auraient manipulé les prix de, voyons, à peu près tout. Vous avez peut-être entendu parler du scandale du Libor dans lequel au minimum trois – mais peut-être jusqu’à seize – des banques désormais connues sous la dénomination de « trop grandes pour faire faillite » ont manipulé les taux d’intérêt globaux. Et par la même occasion, tripatouillé les prix d’instruments financiers à hauteur de 500 mille milliards de dollars (oui, milliers de milliards, avec 14 zéros !). Quand cette vaste escroquerie a éclaté dans le domaine public (...) Lire la suite »
La plupart des gens savaient déjà . C’est désormais officiel.

Le scandaleux arrangement financier avec la banque HSBC prouve que la guerre contre la drogue n’est qu’une farce. (Rolling Stone)

Matt TAIBBI

Si vous avez déjà été arrêté pour une affaire de drogues, si vous avez déjà passé ne serait-ce qu’une nuit en prison pour la possession d’une dose de marijuana ou de «  matériel destiné à la consommation de la drogue » dans votre sac de sport, le Ministre de la Justice et vieux copain de Bill Clinton, Lanny Breuer, a un message pour vous : allez vous faire foutre.

Cette semaine Breuer a signé avec le géant bancaire HSBC un accord qui constitue l'insulte suprême à tous les gens ordinaires qui ont vu leurs vies basculer à la suite d'une affaire de drogue. Malgré que HSBC ait avoué le blanchiment de milliards de dollars des cartels de la drogue colombiens et mexicains (entre autres) et la violation de toute une série de lois importantes sur les pratiques bancaires, Breuer et le Ministère de la Justice US ont choisi de ne pas poursuivre la banque, optant pour la signature d'un accord historique de 1,9 milliards de dollars, ce qu'un commentateur a fait remarquer est l'équivalent de cinq semaines de chiffre d'affaires de la banque. Les transactions de blanchiment étaient menées si ouvertement qu'elles auraient probablement pu être repérées depuis l'espace. Breuer a admis que les trafiquants de drogue se présentaient dans les filiales mexicaines de HSBC et « déposaient des centaines de milliers de dollars en espèces, en une seule journée, sur un seul compte, en (...) Lire la suite »
11