Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


À qui profite cette nouvelle guerre de cent ans ?

Le 13 janvier 2015, présentant ses voeux à l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, son président, avait notamment déclaré revendiquer pour la France... "Un État fort en guerre contre la barbarie et le terrorisme, mais aussi un État influent, dont la voix porte en Europe et dans le monde."

Ce qui m’avait permis d’écrire :

"La guerre pour l’influence en Europe et dans le monde : ce sont les vœux 2015 du président de l’Assemblée nationale française !..."

Le même 13 janvier, rendant hommage aux victimes des attentats qui avaient eu lieu les jours précédents à Paris, c’est encore Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, qui déclare :

"Nous sommes bel et bien en guerre contre le terrorisme et la barbarie. Faire vivre et grandir nos valeurs, cela réclame des mots mais aussi des actes. Nul angélisme ni excuse sociologique devant les pousses-au-crime et les professionnels de la mort, aguerris ou apprentis. Et nulle complaisance à l’égard de ceux qui tenteront tous les raccourcis, tous les amalgames."

Redisons ici que ce compliment peut être aussitôt retourné contre ceux qui n’ont pas hésité à engager la France contre la Libye, contre la Syrie et contre l’Irak. De quel droit ?

De ce droit qui est, à nouveau, proclamé par monsieur Bartolone : faire la "guerre" au "terrorisme et à la barbarie"... et cela sans s’embarrasser d’aucun "angélisme", ni d’aucune "excuse sociologique"... Ce qui se résume à tirer dans le tas sans aucun état d’âme : c’est bien ce qui a été amplement démontré en Libye, en Syrie et en Irak. Nous en entendons parler tous les jours depuis longtemps... Cela fait du sang et du malheur, comme à plaisir. Nous le savons aussi.

Est-ce à dire que nous allons en redemander longtemps encore ? C’est fort possible.
Dans ce cas, il nous faut des hommes de la trempe de Claude Bartolone... Ça y est : il est tout chaud !

À l’entendre le 13 janvier 2015, on se serait cru au lendemain de la prise de la Bastille :
"L’État républicain sera le glaive levé contre ceux qui défient ce que nous sommes et ce que nous entendons perpétuer : cet art de France du vivre ensemble. Et cela vaut aussi en Europe où notre pays se doit de porter l’étendard de la lutte pour la Liberté."
Vivre ensemble à coups de fusils à l’extérieur... C’est bien trouvé ! Il s’agit en effet d’une tradition qui nous vient des Girondins et qui a produit notre grand homme : Napoléon Ier ! Et puis quelques centaines de milliers de morts un peu partout, ici ou là ! C’est ce que nous réalisons en toute tranquillité d’esprit au Moyen-Orient... chez des musulmans.

Après la Révolution, c’est justement comme cela que se sont constituées les grandes fortunes bourgeoises et les superbes brochettes de maréchaux d’Empire, avec, bientôt, au bout du fusil, les conquêtes coloniales.

Notre Claude est tellement bouleversé, qu’il en perd presque la raison :
"Nous, fils et filles de France, grand pays patiné par l’Histoire, nous voyons d’où nous venons. Nous sentons qui nous sommes. Plus encore depuis le 11 janvier, la Marseillaise aux lèvres, nous savons ce que nous voulons."

Vraiment, sous les bombes occidentales, n’y a-t-il que des terroristes ? des islamistes radicaux ? des djihadistes ? qui périssent, ou qui se font écharper ?... Ni voyons-nous pas quelquefois des enfants ? des bébés ?

Et alors ! Qu’est-ce que ça change ? Non, Claude Bartolone, nous l’a bien dit – et il ne faut surtout pas hésiter à le répéter pour s’en convaincre définitivement :
"Nul angélisme ni excuse sociologique devant les pousses-au-crime et les professionnels de la mort, aguerris ou apprentis. Et nulle complaisance à l’égard de ceux qui tenteront tous les raccourcis, tous les amalgames."

Lui n’amalgame rien du tout !... Il faut tout raser : Mahomet reconnaîtra les siens !...

C’est bien ce que démontre depuis tant d’années déjà le train d’enfer que les pays capitalistes occidentaux font mener au monde arabo-musulman... redisons-le : en Irak, en Libye, en Syrie... Chaque jour, le même crime se poursuit... tandis que des fortunes se font... tandis que d’autres fortunes, naissantes ou plus anciennes, se préparent à entrer dans la danse infernale... et qu’on nous vante à nouveau et de plus en plus clairement les mérites d’un... Voltaire.

Vas-y, l’Éducation nationale !...

Sur la danse infernale organisée pour les peuples : http://capitaltravail.canalblog.com
Sur Voltaire et ce que rapportent les guerres : http://voltairecriminel.canalblog.com

»» http://www.micheljcunysitegeneral.canalblog.com
URL de cet article 27925
   
L’Histoire m’acquittera
Fidel CASTRO, Jacques-François BONALDI
L’Histoire m’acquittera (en espagnol : La Historia me absolvera) est un manifeste d’auto-défense écrit par Fidel Castro en octobre 1953, à la veille de son procès (il est jugé pour avoir attaqué la caserne de Moncada le 26 juillet 1953, en réaction au coup d’état de Batista). Fidel Castro est diplômé en droit, il manie la plaidoirie, exercice qu’il connaît bien, avec aisance : il y explique ses actes et son implication dans le soulèvement contre Batista mais surtout, il y développe ses différentes thèses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent.

Bertolt Brecht


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.