RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Accord de libre-échange de l’UE avec l’Afrique et les Etats-Unis : qui perd, qui gagne ?

Atelier rencontres d’été 2014

Le blocage du processus de libéralisation lancé par l’OMC, en 2001 avec l’échec du cycle de Doha, marque un changement de stratégie. On est passé d’accords multilatéraux vers des accords bilatéraux, conclus hors du cadre de l’OMC. Même si ceux-ci s’inscrivent totalement dans la logique de libéralisation de l’institution internationale voire entendent aller plus loin !

Cliquez ici pour avoir accès à l’ensemble des comptes-rendus

Ces « nouveaux » accords sont présentés comme des accords gagnant-gagnant, avec des retombées positives en matière d’amélioration de l’emploi pour le Nord et de développement pour le Sud. Or, en réalité, il semble bien que l’on ait beaucoup à perdre de la mise en place de ces accords.

Accord Etats-Unis/UE

Les industries de l’agrobusiness étatsunien et européen sont favorables à cet accord qui ferait tomber les barrières tarifaires (c’est-à-dire les droits de douane qui protègent les petits producteurs) et non tarifaires (les droits du consommateur, par exemple) et augmenterait leurs profits.. Cet accord entend renforcer la mise sous tutelle des représentants politiques par le pouvoir financier et économique.. Une citation de David Rockefeller donne une bonne illustration des desseins des 1% : « Quelque chose doit remplacer les gouvernements et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire » David Rockefeller (1999). Il est important de garder à l’esprit que le TTIP n’est pas un simple accord de libre-échange, mais bien un projet politique mûri de longue date.

La Commission européenne vient d’opposer un refus d’enregistrement à l’Initiative citoyenne (ICE) présentée par le collectif d’associations « Alliance stop TAFTA » (230 mouvements issus de 21 pays de l’Union), visant à obtenir des Etats membres le rejet des traités de libre-échange Etats-Unis-UE (TAFTA /TTIP/GMT) et Canada-UE (CETA). Malgré la difficulté de faire face à ces pouvoirs économiques et politiques qui semblent de plus en plus imbriqués, les mouvements sociaux tiennent à résister jusqu’au bout. Souvenons de l’échec de l’AMI (Accord Multilatéral sur l’Investissement) en 1998 ou du rejet de la zone de libre-échange des Amériques L’information et la mobilisation des 99 %, des deux côtés de l’Atlantique est nécessaire !

Accord Afrique/UE

Les accords de partenariat économique (APE) sont une partie de l’accord de Cotonou signé en 2000. Cet accord remplace les conventions de Lomé, qui comportaient une clause de préférences non réciproques, qui « fausse » l’égalité entre les partenaires économiques, selon l’OMC, qui les a d’ailleurs condamnées.

Afin de se conformer aux exigences de l’OMC, des APE, c’est-à-dire des marchés régionaux libéralisés doivent être instaurés par les ACP (les pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique) à partir de 2008. Mais comme les APE exposent les marchés des ACP à la concurrence des produits européens subventionnés et font disparaître les droits de douane et donc l’une des sources de financement importantes des Etats, ces derniers ont refusé de les signer. L’UE a alors procédé au chantage : signature ou exclusion de laccès préférentiel au marché européen. Ce qui a fait plier certains pays qui ont alors signé des APEI, des Accords de Partenariat Economique Intérimaires. Ces accords sont moins libéraux que leurs textes d’origine grâce à la mobilisation de la société civile Mais l’UE ne s’est pas arrêtée là, puisqu’elle a encore usé de menaces pour accélérer les négociations des APE. Sous la pression des multinationales exportatrices (ne souhaitant pas perdre leur accès au marché européen), l’Afrique de l’Ouest et Australe ont conclu en juillet dernier des APE. Le combat n’est toutefois pas perdu, puisque la phase de ratification n’a pas commencé et l’UE risque de revenir à la charge sur la libéralisation des services.

Accord Maroc/UE

Depuis 1996, le Maroc a signé des accords de libre-échange avec 56 pays et organisations régionales, tels que les Etats-Unis ou l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine).Cette ouverture a provoqué l’aggravation du déficit commercial -qui atteint quasiment les – 200 milliards de dirhams en 2013 – conjugué à une dégradation des termes de l’échanges, puisque le Maroc exporte des matières premières ou des produits manufacturés à faible valeur ajoutée tandis qu’il importe des produits manufacturés à haute valeur ajoutée.

Depuis avril 2013, le pays négocie avec l’UE l’ALECA, un accord de libre-échange complet et approfondi qui porte bien son nom ! Cet accord va en effet accentuer la dépendance du pays vis-à-vis de l’extérieur en fragilisant son tissu productif local sans pour autant améliorer l’accès des produits marocains au marché européen. A l’instar des APE, les accords de libre-échange ont amoindri les recettes douanières, qui représentaient 12% des recettes fiscales du pays en 2004 contre seulement 4% en 2014. De plus, la création d’emploi dans de nouveaux secteurs exportateurs compense que partiellement ceux détruits dans des domaines plus traditionnels, sans compter la baisse des qualifications.

Mais les accords de libre-échange ne sont pas le seul outil de pillage des richesses du Maroc. En effet, le pays consacre chaque année 106 milliards de dirhams au paiement de sa dette, soit presque 10 fois le budget de la santé et 2,5 celui de l’éducation.

Enregistrement de l’atelier (à venir)

Intervention Gérard Choplin (PDF – 2.1 Mo)
Intervention Gérard Karlshausen (PDF – 150.7 ko)
Intervention Omar Aziki (PDF – 83 ko)

Enregistrer au format PDF printer

»» http://cadtm.org/Accord-de-libre-echange-de-l-UE
URL de cet article 27050
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

L’Eglise et l’école, de Marceau Pivert
La laïcité séduit au XIXe siècle une bourgeoisie soucieuse de progrès et d’efficacité. Les socialistes en font également leur cheval de bataille. La séparation de l’Église et de l’École puis de l’Église et de l’État en 1905 en est le symbole, mais ce fragile compromis est bientôt remis en cause. Face à une contestation grandissante, la bourgeoisie et l’Église s’allient pour maintenir l’ordre social, politique et moral. Depuis les années 1920, leur offensive conjointe reprend une à une les conquêtes laïques. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui se sont sagement limités à ce qui leur paraissait possible n’ont jamais avancé d’un seul pas.

Mikhaïl Bakounine

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.