RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Appel au boycott... du muguet !

Le 1er mai, enfin les beaux jours. On s’offre le muguet, une des premières fleurs du printemps, par tradition aveugle. En effet bien rares sont les personnes qui pourraient vous expliquer les origines de cela, comme bientôt le sera Noël devenu la fête des supermarchés ou la Saint Valentin, la fête des fleuristes. Récupération commerciale évidemment. Mais quel mal y a-t-il à s’offrir des fleurs ?

Le 1er mai, c’est aussi la fête du travail. Ici, la raison oubliée : une manifestation réprimée à Chicago en 1886, puis la décision de commémorer internationalement ce jour pour revendiquer la journée de 8 heures contre celle de 12. Maintenant, les socialistes, les communistes, les internationalistes se réunissent. On marche ensemble, on trinque, on refait le monde, on chante de vieux chants révolutionnaires...

O bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao
Na, na, na, na, nanaa, naaa, 
Nana, la libertaaa. 

- Oh, t’arrêtes de chanter, toi !
- Mais c’est quoi ici ? On a pas le droit de chanter, siffloter, parler...
- Si t’es pas content, tu pars. Et t’es pas payé, c’est le jour d’essai !
- Quoi ? Ton muguet, tu peux te le met...

De nos jours, le 1er mai, c’est des milliers de travailleurs réunis pour une dizaine de jours. On en appelle à toute la France. Précaires de tout le pays, venez en Loire Atlantique. Même TF1 relaie l’appel pour lever l’armée de réserve industriel. Voici les habituels travailleurs des saisons : étudiants, mère au foyer qui veulent arrondir le SMIC du mari, punk à chiens, hippies semi-nomades, intérimaires normalement routiers, maçons ou caissiers de supermarché, des africains avec ou sans papiers...

- Mamadou, Mamadou... Eh Bamboula ! 
- Oui, chef. 
- Dis à tes gars de bosser un peu plus vite. 
- D’accord, chef. 
- Ah ben oui, ce serait plus facile avec le coupe-coupe, mais là c’est pas des bananes. Vos femmes, 
elles bossaient mieux l’année dernière, et jolies avec ça les garces, ah ah ah !

Ces Africains sont venus de la Guinée-Konakry en conflit depuis que la France a fait semblant de partir. Ils sont venus dans le pays des Droits de l’Homme.
Ils ne répondent pas, ne se rebellent pas. Ont-ils encore dans leur inconscient que l’homme blanc est supérieur et qu’il ne vaut mieux pas lui répondre au risque de se faire frapper ? Ou bien pensent-ils que cet homme a le pouvoir de les renvoyer au pays. En tout cas, ce patron adorent ses petits nègres dociles et corvéables à merci.
Ces noirs ont peur. Mais ils ne sont pas les seuls à suivre le commandement militaire. Les étudiants 
sans fric, les femmes au foyer qui espérent payer quelque chose aux gamins suivent les ordres, et d’autres qui se soumettent comme si cela était naturel d’être traité ainsi.

- Tout le monde ici. Je ne veux pas entendre une mouche voler. Chacun dans son rang. Le premier qui fait le zouave, il vire. Ach, Schnell ! 
- Je parle pas allemand !
- Quoi, t’as un problème ?
- Non, c’est juste que j’avais jamais vu ça. 
- Eh bien, ce sera la première fois. 

En fait, non, cela ne me semble pas nouveau. Impression de déjà -vu provenant des films censés nous faire travailler la mémoire. Ambiance des années 40 en Allemagne, en France occupée ou à Guantanamo, on va au travail entassés dans des camions. Une fois dans les rangs, le silence est de rigueur. On ne peut pas regarder dans les yeux les Kapos qui auraient trop peur de voir de l’humanité en nous. Si on se relève pour s’étirer un peu, on nous dit de nous remettre à cueillir immédiatement. On prend notre nom et à la deuxième sommation, nous sommes punis : retour au chômage !

- Toi, toi et toi, vous virez. 
- Mais pourquoi ? 
- Des gens comme vous, on n’en veut pas ! 

Dans les années 40, ces gens-là , on les aurait envoyé bruler avec les juifs, les tsiganes et les résistants de tous bords. Ils ont les cheveux longs ou rasés, ils s’habillent en kaki, font des boulots saisonniers pour payer le gasoil de la fourgonnette-maison, la bouffe pour les chiens et l’alcool ou d’autres drogues bon marché. Ils passent la moitié de l’année sur les routes d’un festival à l’autre. Ils n’ont pas d’attaches. Alors comment ces propriétaires terriens pourraient les comprendre, s’dentifier un peu à eux ? 

Peut-on généraliser avec tous les producteurs de muguet ? «  Non, me répond la propriétaire du camping qui voit des bataillons de cueilleurs chaque année, il y en a bien un ou deux chez qui cela se passe bien. Les autres se prennent pour des seigneurs. Nous sommes désolés. »

Cette France me fait peur. Cela ne devait être que du passé. A l’école, on nous a fait intégrer que nous allions toujours vers le mieux : l’évolution. Nous avons vaincu les barbares, les infidèles, les nazis, les soviétiques. Nous sommes le progrès. 

Pourtant, depuis quelques années, l’ennemi intérieur est de plus en plus montré comme se cachant sous un voile, dans ses mosquées à minaret, il mange hallal dans nos restos, sont polygammes...
En effet, il existe un ennemi intérieur. Mais est-il bien celui que les journaux nous montrent quotidiennement après chaque fait divers ? L’ennemi est en nous. L’ennemi, c’est notre acceptation, notre soumission. C’est le risque du retour au totalitarisme. 

Ces exploiteurs agricoles néocolonialistes jouent avec la peur du chômage. Et en plus, c’est la crise, nous dit-on. Les travailleurs subissent un chantage économique. Et cela marche.

Mais le chantage économique peut s’inverser : refusons d’acheter certains produits !

Les produits d’Afrique du sud, on n’en a pas voulu. La politique d’appartheid a dû changer. Actuellement, des appels au boycott contre l’Israël colonialiste sont lancés et ont des répercussions. Alors, boycottons toutes les formes d’exploitations, surtout si elles sont proches de nous. 

Le 1er mai, achetez du muguet aux gosses de votre quartier, pas chez le fleuriste qui vend du muguet qui vient de l’industrie qui ne respecte ni l’humain, ni la terre. Allons plutôt manifester !

Toute ressemblance avec la réalité, des personnages réels, des propos tenus ou faits ressemblants n’est absolument pas fortuit.

URL de cet article 10516
  

Chicharra et les vautours
Maxime VIVAS
Le nouveau roman de Maxime Vivas Ce livre est la simple histoire d’une idole internationale (proche d’un Manu Chao) dont on exploite l’image et de jeunes ambitieux qui cherchent fortune sans penser à mal. Mais en rapprochant l’art et l’argent, ce roman intègre en filigrane l’ombre de Michael Jackson et de bien d’autres idoles qui furent cernées par des profiteurs avides jusqu’à se moquer de la vie de la poule aux oeufs d’or. Pierre souffre de solitude dans sa grange transformée en habitation, à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Partout où le hasard semble jouer à la surface, il est toujours sous l’empire de lois internes cachées, et il ne s’agit que de les découvrir.

Friedrich Engels

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.