Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

17 
Le nombre de Gilets Jaunes victimes de la répression dépasse l’entendement

Appel des artistes, créateurs et créatrices

Avertissement du Grand Soir

A l’origine, le texte ci-dessous était un patchwork (un écheveau ?) d’écriture française et d’écriture inclusive entremêlées au petit bonheur la chance. Nous avons signalé les nombreuses incohérences aux auteurs, afin qu’ils choisissent. Ils ont choisi l’écriture inclusive (clivante et donc… exclusive) en tenant compte de nos observations et donc en apportant de nombreuses corrections. C’est leur texte initial corrigé par eux sur nos indications qu’on peut lire dans le lien joint.

Cependant, par principe, par amour de la langue française et par cette perspicacité militante qui nous enjoint de ne pas nous embarquer dans les véhicules qui détournent du nécessaire combat pour l’égalité H/F, nous avons averti les auteurs que nous ne publierions pas leur texte inclusif, même corrigé des incohérences.

Néanmoins, si la forme de l’appel est critiquable, le fond mérite d’être médiatisé.
Nous avons donc sollicité l’autorisation de réécrire l’appel en français. Le collectif rédactionnel, composé de 16 personnes, n’a pas souhaité nous répondre, mais un de ses membres et des intellectuels sollicités pour signer nous ont encouragés à le faire.

Le texte ci-après est donc réécrit par Le Grand Soir. Persuadés que chacun comprendra que le mot « Français » désigne des personnes des deux sexes (ou trois ?) nous n’avons donc pas ajouté systématiquement les féminins. Il en résulte un texte qui peut se lire à haute voix et qui ne s’adresse pas qu’aux masochistes adeptes des démolisseurs de la langue française.

Par cette occasion, nous mettons en garde nos auteurs qui croiraient pouvoir nous imposer des packages comme celui que nous venons de refuser, du genre : soutien au GJ et, en même temps prosélytisme pour la langue inclusive. Sur ce site, ça ne marchera pas.
LGS

L’appel :

Gilets jaunes  : nous ne sommes pas dupes   !

Depuis plusieurs mois, le mouvement des gilets jaunes, sans précédent dans l’histoire de la Ve République, bat le pavé de nos rues.

Un mouvement de citoyens, né spontanément, qui ne se rattache à aucun parti politique. Un mouvement qui mobilise des dizaines de milliers de Français chaque samedi, depuis plus de six mois, et qui est soutenu par des millions d’autres. Un mouvement qui réclame des choses essentielles  : une démocratie plus directe, une plus grande justice sociale et fiscale, des mesures radicales face à l’état d’urgence écologique.

Ce qu’ils demandent, ils le demandent pour tous. Les gilets jaunes, c’est nous. Nous, artistes, techniciens, auteurs, de tous ces métiers de la culture, précaires ou non, sommes absolument concernés par cette mobilisation historique.

Et nous le proclamons ici  : Nous ne sommes pas dupes  ! Nous voyons bien les ficelles usées à outrance pour discréditer les gilets jaunes, décrits comme des anti-écologistes, extrémistes, racistes, casseurs… La manœuvre ne prend pas, ce récit ne colle pas à la réalité même si médias grand public et porte-parole du gouvernement voudraient bien nous y faire croire. Comme cette violence qu’ils mettent en exergue chaque samedi. Pourtant la violence la plus alarmante n’est pas là.

Le bilan de la répression s’aggrave chaque semaine. Au 19 avril, on recensait 1 décès, 248 blessés à la tête, 23 éborgnés, 5 mains arrachées chez les manifestants. C’est indigne de notre République. Et nous ne sommes pas les premiers à le dénoncer  : Amnesty International, la Ligue des droits de l’homme, l’ONU, l’Union européenne, le Défenseur des droits, tous condamnent les violences policières sur les gilets jaunes en France.

Le nombre de blessés, de vies brisées, d’arrestations et de condamnations dépasse l’entendement. Comment peut-on encore exercer notre droit de manifester face à une telle répression  ? Rien ne justifie la mise en place d’un arsenal législatif dit « anticasseur » qui bafoue nos libertés fondamentales.

Nous ne sommes pas dupes  ! La violence la plus menaçante est économique et sociale. C’est celle de ce gouvernement qui défend les intérêts de quelques-uns aux détriments de tous. C’est la violence qui marque les corps et les esprits de celles et ceux qui s’abîment au travail pour survivre.

Puis nous devons –  c’est une urgence historique  – affronter collectivement la crise écologique et trouver des solutions justes et efficaces, afin de laisser un monde vivable à nos enfants. Nous ne sommes pas dupes   ! Ce gouvernement n’a cessé de reculer sur la question pour ne pas inquiéter les responsables du désastre annoncé. Les gilets jaunes le dénoncent, comme les militants écologistes. Aujourd’hui, la convergence des luttes sociales et environnementales est en route.

Nous continuerons à nous indigner, plus fort, plus souvent, plus ensemble.

Et aujourd’hui, nous appelons à écrire une nouvelle histoire.

Nous, écrivains, musiciens, réalisateurs, éditeurs, sculpteurs, photographes, techniciens du son et de l’image, scénaristes, chorégraphes, dessinateurs, peintres, circassiens, comédiens, producteurs, danseurs, créateurs en tous genres, sommes révoltés par la répression, la manipulation et l’irresponsabilité de ce gouvernement à un moment si charnière de notre histoire.

Utilisons notre pouvoir, celui des mots, de la parole, de la musique, de l’image, de la pensée, de l’art, pour inventer un nouveau récit et soutenir celles et ceux qui luttent dans la rue et sur les ronds-points depuis des mois.

Rien n’est écrit. Dessinons un monde meilleur.

« A dream you dream alone is only a dream / A dream you dream together is reality. » John Lennon.

Collectif Yellow Submarine

Pour signer :
http://www.nousnesommespasdupes.fr/

»» http://www.nousnesommespasdupes.fr/
URL de cet article 34869
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il faut prendre à César tout ce qui ne lui appartient pas. »

Paul Eluard, Notes sur la poésie, GLM, 1936


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.