RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Julian Assange ne doit pas être condamné pour son travail de lanceur d’alerte

La justice britannique doit examiner le 2 mai la demande d’extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis. Réfugié depuis 2012 à l’ambassade d’Equateur à Londres, le fondateur de Wikileaks a été arrêté par la police britannique le 11 avril, après que l’Equateur lui a retiré l’asile politique.

L’arrestation de Julian Assange a permis d’apprendre qu’il avait été inculpé il y a un an par la justice américaine de « conspiration en vue d’une intrusion informatique ». Il ne serait pas visé, pour le moment, pour avoir diffusé des dossiers classifiés, mais pour avoir aidé l’ex-analyste Chelsea Manning à s’introduire dans la base de données de l’armée américaine. Des faits pour lesquels il risquerait 5 ans de prison.

Cependant, une fois extradé aux Etats-Unis, rien n’interdirait qu’il fasse l’objet d’autres inculpations, cette fois liées à la diffusion des documents secrets, encourant des peines bien plus lourdes.

Si Julian Assange possède sa part d’ombre, ce n’est absolument pas de cela dont il s’agit ici. Il risque la prison pour avoir diffusé des dizaines de milliers de documents qui ont permis à des médias du monde entier de multiplier les révélations, notamment sur l’intervention militaire des Etats-Unis en Irak et en Afghanistan.

De quels faits s’agit-il ? « Par exemple ceux-ci », résumait le site d’Acrimed en décembre dernier :

« – Du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2009, la guerre en Irak a fait environ 110 000 morts irakiens pour cette période, dont 66 000 civils, et les troupes américaines auraient livré plusieurs milliers d’Irakiens à des centres de détention pratiquant la torture.

– Dans le camp de Guantánamo, plus de 150 innocents d’origine afghane et pakistanaise ont été détenus des années.

– Trois présidents français, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, ont été espionnés sur écoutes par la NSA (National Security Agency).

– Etc. »

On se souvient notamment de cette vidéo qui « montre les images de la caméra embarquée et fait entendre les conversations des pilotes d’un hélicoptère de l’armée américaine survolant un quartier de Bagdad et ouvrant le feu à plusieurs reprises sur un groupe de personnes, puis sur ceux venant secourir les blessés, tuant entre 12 et 18 civils, dont deux journalistes, et blessant gravement deux enfants », rappelle par ailleurs Mediapart.

Comme le soulignait Acrimed en décembre, « à travers [Julian Assange], ce sont les conditions d’existence même des lanceurs d’alerte qui sont en jeu aujourd’hui : leurs conditions d’expression – toujours contraintes – et leurs protections contre les poursuites ou les persécutions – toujours restreintes ».

Sans la protection de leurs sources, qui sont parfois des lanceurs d’alerte, les journalistes ne sont rien. Le SNJ-CGT refuse que la diffusion de documents ou d’informations d’intérêt public puisse être considérée comme un délit. Ces documents et informations mettent le projecteur sur les pratiques inavouables d’Etats, d’entreprises ou d’autres institutions, qui n’ont bien entendu pas intérêt à leur divulgation.

Le SNJ-CGT appelle la justice britannique à refuser l’extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis et à le remettre en liberté.

Montreuil, le 26 avril 2019

»» https://snjcgt.fr/2019/04/26/julian-assange-ne-doit-pas-etre-condamne-...
URL de cet article 34861
  

Même Thème
L’Affaire Assange, histoire d’une persécution politique
Nils MELZER
L’affaire Assange, c’est l’histoire d’un homme persécuté et maltraité pour avoir révélé les sordides secrets des puissants, notamment les crimes de guerre, la torture et la corruption. C’est l’histoire d’un arbitraire judiciaire délibéré dans des démocraties occidentales qui tiennent par ailleurs à se présenter comme exemplaires en matière de droits de l’homme. C’est l’histoire d’une collusion délibérée des services de renseignement dans le dos des parlements nationaux et du grand public. C’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La liberté commence où l’ignorance finit.

Victor Hugo

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.