RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Artistes et écrivains arabo-canadiens face à la guerre contre la Syrie

« Ne touchez pas à la Syriana » ou "Hands off Syriana" [1], une campagne internationale déclenchée et dirigée par le compositeur de la chanson politique libanaise, William Nassar, un Canadien d’origine arabe.

« Ne touchez pas à la Syriana », le nom adopté par le comité international de coordination vise à donner un aspect personnel à la campagne, compte tenu les ingérences arabes et étrangères qui frappent la Syrie.

« Ne touchez pas à la Syriana », un amalgame de deux mots, plutôt du mot anglais « Syria » - comme la campagne fut déclenchée initialement dans un milieu anglophone nord-américain - et du suffixe arabe « -na », qui est en effet l’adjectif possessif de la première personne du pluriel. Ainsi, le message que l’on veut envoyer par cet amalgame se révèle : « Ne touchez pas à la Syriana » ou « Ne touchez pas à notre Syrie » !

Pourtant, une question se pose ici : pourquoi « Notre Syrie » et non pas « La Syrie », tout simplement ? Pourquoi l’adjectif possessif, ou plutôt pourquoi cette insistance à employer un suffixe arabe avec un mot anglais ?

Selon les organisateurs de la campagne, la Syrie est la nôtre, elle est à nous seuls ; mais qui « nous » ? Nous des artistes, musiciens, écrivains et intellectuels nord-américains d’origine arabe, précisément syrienne et libanaise. Berceau de la civilisation et de l’histoire, la Syrie refuse de renoncer à ce titre. Terre ou Peuple, elle embrasse l’humanité avec le parfum de ses jasmins. Elle demeure le phare de la science, de la pensée, de l’art, de la créativité et de la civilisation.

Le message que les organisateurs de la campagne voulaient envoyer se précise comme tel : la guerre atroce qui frappe la Syrie nous exige à se tenir fermement et sérieusement, et à élever la voix pour mettre fin aux ingérences étatsunienne, européenne, turque, israélienne, arabique et surtout canadienne, dont l’objectif se précise à son tour par une insistance à mettre de l’huile sur le feu des différences ethniques et religieuses en Syrie, à détruire l’infrastructure de l’État syrien, à déchirer l’unité du peuple syrien, et cela en appuyant le terrorisme et les terroristes qui se sont rassemblés sous la bannière des « jihadistes », qui assouvissent, en effet, leur soif au sang en détruisant l’unité de la Syrie et en commettant des crimes contre l’humanité, qui mènent enfin une guerre féroce contre la Syrie, peuple et territoire.

Comme ils refusent que l’on fasse des guerres à leur compte en tant qu’individus, groupes et peuples, et comme ils refusent que l’on dépense les richesses dans le but de détruire des pays, dont les cultures montent loin dans l’histoire, au lieu de les dépenser dans des domaines éducatifs, humanitaires et créatifs, les organisateurs et les participants à cette campagne, des musiciens, des artistes, des écrivains, des poètes et des journalistes de l’Amérique du Nord et de l’Europe, ainsi que leurs collègues en Syrie et dans les pays arabes, ils élèvent la voix et précisent leurs objectifs :

premièrement, nous appelons l’administration américaine, l’Union européenne et le gouvernement canadien à mettre terme à toute sorte d’agression diplomatique, politique, économique et militaire contre la Syrie et les Syriens ;

deuxièmement, nous appelons à l’arrêt de toute forme de soutien aux terroristes étrangers, y compris le soutien politique et médiatique, l’entrainement, la protection et le financement ;

troisièmement, nous appelons à la désignation et à la condamnation des gouvernements et des organisations qui contribuent à la destruction de la Syrie, et qui soutiennent les groupes terroristes et criminels en leur fournissant d’armes, de financement et d’appui médiatique ;

quatrièmement, nous appelons les musiciens, les artistes, les écrivains, les poètes, les académiques, les journalistes et toute personne concernée par la paix à exprimer leur refus à la guerre contre la Syrie, et à élever ainsi la voix pour mettre fin à toute sorte d’agression politique, économique, médiatique, diplomatique et militaire contre la Syrie.

Élever la voix ! Non à la guerre contre la Syrie ! Non aux sanctions économiques imposées contre la Syrie ! Non à la destruction de la Syrie !

Fida Dakroub, Ph.D

Page officielle de l’auteur : www.fidadakroub.net

Docteur en Études françaises (The University of Western Ontario, 2010), Fida Dakroub est écrivain et chercheur en théorie bakhtinienne. Elle est aussi militante pour la paix et les droits civiques.

Cet article a été publié initialement sur Mondialisation.ca
L’adresse URL de l’article est :

http://www.mondialisation.ca/artistes-et-ecrivains-arabo-canadiens-fac...


URL de cet article 18185
  

DE QUOI SARKOZY EST-IL LE NOM ?
Alain BADIOU
« Entre nous, ce n’est pas parce qu’un président est élu que, pour des gens d’expérience comme nous, il se passe quelque chose. » C’est dans ces termes - souverains - qu’Alain Badiou commente, auprès de son auditoire de l’École normale supérieure, les résultats d’une élection qui désorientent passablement celui-ci, s’ils ne le découragent pas. Autrement dit, une élection même présidentielle n’est plus en mesure de faire que quelque chose se passe - de constituer un événement (tout au plus une « circonstance », (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je crois, juridiquement parlant, qu’il y aurait des motifs sérieux pour inculper chaque président des Etats-Unis depuis la seconde guerre mondiale. Il ont tous été soit de véritables criminels de guerre, soit impliqués dans de graves crimes de guerre.

Noam Chomsky, in "What Uncle Sam Really Wants"

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.