Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Sur l’audition de Julian Assange du 7 avril 2020

Au-delà des mots

Hier, Mark Sommers, le second avocat extrêmement érudit de Julian Assange, lors de son audience d’extradition, a tremblé de colère au tribunal. La magistrate Vanessa Baraitser venait de décider que les noms du partenaire et des jeunes enfants de Julian Assange pouvaient être publiés, ce qui, selon elle, est dans l’intérêt d’une "justice ouverte". Sa partenaire avait soumis une lettre à l’appui de sa demande de mise en liberté sous caution liée à Covid 19 (que Baraitser avait sommairement rejetée) pour déclarer qu’il avait une famille à Londres. Baraitser a déclaré qu’il était donc dans l’intérêt d’une justice ouverte que les noms de la famille soient rendus publics, et a déclaré que la défense n’avait pas démontré de manière convaincante que cela entraînerait une menace pour leur sécurité ou leur bien-être. C’est à ce moment que Sommers a failli perdre son contrôle. Il s’est levé d’un bond et a informé qu’il ferait appel auprès de la Haute Cour, et a demandé un sursis de 14 jours. Baraitser lui a accordé quatre jours, jusqu’à 16 heures vendredi.

Je suis confiné à Édimbourg, mais j’ai reçu trois compte-rendus distincts de témoins oculaires. Ils sont unanimes pour dire qu’une fois de plus, Baraitser est entrée au tribunal avec des jugements pré-écrits avant d’entendre les plaidoiries ; des jugements pré-écrits qu’elle n’a pas semblé modifier.

Il y a eu deux décès de Covid-19 dans la prison de Belmarsh jusqu’à présent. Pour des raisons évidentes, la maladie se répand dans la prison comme un feu de paille. Le ministère de la justice admet un décès et refuse de donner des statistiques sur le nombre de cas. Comme même les prisonniers très malades ne sont pas testés, on peut dire que les chiffres ne signifient pas grand chose de toute façon. Comme le tribunal l’a entendu lors de la demande de mise en liberté sous caution, plus de 150 employés de la prison de Belmarsh sont en arrêt de travail et la prison fonctionne à peine. C’est la définition même du confinement.

L’Association des gouverneurs de prison a soumis à la commission de la justice de la Chambre des communes (qui a examiné hier matin les libérations de prisonniers en séance privée) que 15 000 prisonniers non violents doivent être libérés pour donner aux prisons une chance de gérer COVID-19. Le ministère de la justice a suggéré de libérer 4 000 d’entre eux, dont 2 000 seulement ont été identifiés. Il y a quelques jours, seule une centaine d’entre eux avaient été effectivement libérés.

Les prisons pratiquent maintenant le "regroupement" dans l’ensemble du domaine, bien que les décisions relèvent actuellement des gouverneurs individuels. Les prisonniers qui toussent - n’importe quelle toux - sont regroupés dans des blocs séparés. Les conséquences de cette pratique sont bien sûr potentiellement impensables. Julian souffre d’une toux et d’une maladie pulmonaire chronique pour laquelle il est traité depuis des années - un fait qui n’est pas contesté.

Hier, Baraitser a de nouveau suivi son cheminement habituel qui consiste à refuser chaque requête de la défense, à la suite de décisions pré-rédigées (je ne sais pas si elles sont écrites par elle ou si elle les a copiées), même lorsque l’accusation ne s’y oppose pas. Vous vous rappelez qu’au cours de la première semaine de l’audience d’extradition proprement dite, elle a insisté pour que Julian soit maintenu dans une cage de verre, bien que l’avocat du gouvernement américain n’ait émis aucune objection à ce qu’il siège dans le tribunal, et qu’elle ait refusé d’intervenir pour faire cesser ses fouilles à nu, ses menottes et la confiscation de ses documents, même si le gouvernement américain s’est joint à la défense pour contester sa déclaration selon laquelle elle n’avait pas le pouvoir de le faire (pour laquelle elle a ensuite été vivement réprimandée par l’Association internationale du barreau).

Hier, le gouvernement américain ne s’est pas opposé à une motion de la défense visant à reporter la reprise de l’audience d’extradition. La défense a invoqué quatre motifs :

1) Julian est actuellement trop malade pour préparer sa défense
2) En raison du confinement, l’accès à ses avocats est pratiquement impossible
3) Les témoins vitaux de la défense, y compris de l’étranger, ne pourraient pas être présents pour témoigner
4) Le traitement des problèmes de santé mentale de Julian ont été interrompu en raison de la situation de Covid-19.

Baraitser a rejeté catégoriquement tous ces motifs - bien que James Lewis ait déclaré que l’accusation était neutre sur la question - et a insisté pour que la date du 18 mai soit maintenue. Elle a déclaré que Julian pouvait être amené dans les cellules du tribunal de Westminster pour des consultations avec ses avocats. (Premièrement, en pratique, ce n’est pas le cas, et deuxièmement, ces cellules ont un passage constant de prisonniers, ce qui est très manifestement indésirable avec Covid19).

Il convient de noter que le ministère public a déclaré que le propre psychiatre du gouvernement américain, nommé pour faire une évaluation de Julian, n’avait pas pu lui rendre visite à Belmarsh en raison des restrictions imposées par le Covid 19.

Cela me dépasse tout comme cela dépasse Mark Sommers et l’équipe de la défense. Avant même que Covid 19 ne devienne une telle menace, j’ai déclaré que j’avais été forcé de conclure que le gouvernement britannique cherchait à faire mourir Assange en prison. Les preuves sont maintenant accablantes.

Voici trois mesures de l’hypocrisie.

Tout d’abord, le Royaume-Uni insiste pour garder ce prisonnier politique – accusé de n’avoir fait que publier - dans une prison de sécurité maximale infestée de Covid 19, alors que le gouvernement iranien, très critiqué, a laissé sortir Nazanin Zaghari-Ratcliffe et on espère qu’elle sera libérée complètement. Quel est le régime le plus inhumain ?

Deuxièmement, la "justice ouverte" justifierait la divulgation de l’identité du partenaire et des enfants de Julian, tandis que l’État impose le secret aux accusateurs d’Alex Salmond [NdT – procès récent en GB couvert par l’auteur de cet article] , même si le tribunal a entendu des preuves qu’ils étaient de connivence pour détruire l’accusé en recourant, comme outil délibéré, à l’anonymat accordé aux personnes qui portent des accusations sexuelles.

Troisièmement, personne ne cultive plus son propre anonymat que Vanessa Baraitser, dont l’existence a été soigneusement retirée d’Internet presque entièrement. Pourtant, elle cherche à détruire la tranquillité et les vies des jeunes enfants de la famille de Julian.

Continuez à vous battre pour la vie de Julian et pour la liberté.

Craig Murray

Traduction "ce n’est finalement pas bien compliqué d’assassiner un dissident dans le silence" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://www.craigmurray.org.uk/archives/2020/04/beyond-words/
URL de cet article 35955
   

Même Thème
In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est un paradoxe que la nation qui a tant fait pour intégrer les droits de l’homme dans ses documents fondateurs se soit toujours opposé à la mise en place d’un cadre international pour protéger ces mêmes principes et valeurs.

Amnesty International - "United States of America - Rights for All" Oct. 1998

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.