RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Trump, Shakespeare et Julien Gracq

Pendant la pandémie, les affaires continuent : sur le site Mémoire des luttes, j’apprends aujourd’hui, par la plume de Maurice Lemoine, que, le 26 mars dernier, le gouvernement Trump vient de mettre à prix la tête de Nicolas Maduro, président du Venezuela, pour une valeur de 15 millions de dollars.

Remarque 1. Ainsi, en pleine crise de pandémie mondiale, alors que les États-Unis sont le pays le plus touché du monde, alors que le nombre de leurs morts de cette maladie a presque rejoint celui de l’Espagne (deuxième pays le plus affecté au monde), le gouvernement américain n’a rien trouvé de plus utile à faire que de traiter comme un repris de justice le chef légitimement élu d’un État représenté à l’ONU et reconnu par la majorité des pays de la planète ! [Qui, eux-mêmes, représentent la majorité de la population mondiale].

Remarque 2. Il faut bien se représenter le caractère scandaleux, inouï, exorbitant du droit que constitue une décision aussi inique : au nom de décisions prises sur son territoire, selon des critères qu’il est le seul à formuler, le gouvernement Trump vient d’inculper le président Maduro (et plusieurs membres du gouvernement vénézuélien), pour trafic de drogue...

Remarque 3. Cette ingérence, au demeurant, n’est pas nouvelle : on se souvient - entre autres exemples - du coup d’État des colonels grecs en 1967, de l’assassinat de Ngo Dinh Diem et de son frère Ngo Dinh Nhu à Saïgon en 1963 (couvert par la CIA), des multiples tentatives d’assassinat de Fidel Castro, de l’invasion de la Grenade en 1983, du renversement de Manuel Noriega (au demeurant ancien agent de la CIA) en 1989-90, de la déstabilisation du gouvernement Allende en 1970-1973, du renversement de Saddam Hussein en 2003 (sous des prétextes plus que controuvés). Bref, il serait plus court de dresser la liste des pays qui n’ont pas été agressés ou déstabilisés par les États-Unis depuis les années 1840...

Remarque 4. A l’illégalité, à l’illégitimité de leur démarche, les Américains rajoutent la vulgarité : ils rabaissent Nicolas Maduro au rang d’un hors la loi du Far West, d’un Al Capone, d’un John Dillinger.

Remarque 5. Cette vulgarité, cette grossièreté, cette absence de surmoi, Julien Gracq les a parfaitement décrits à propos des personnages qui, dans les pièces de Shakespeare, détiennent le pouvoir : “ On ne voit jamais non plus dans Shakespeare la métamorphose, le mûrissement que crée l’exercice d’un grand pouvoir : jamais Titus n’y renonce à Bérénice, nulle part on n’y voit la clémence d’Auguste, ou le roi de France oubliant les injures du duc d’Orléans. Un fauve couronné reste un fauve, plus* le pouvoir de tuer et de contraindre immensément : rien qu’un porteur d’estomac, de bourse et de braguette, brusquement pourvu de la foudre, tout de suite naïvement, paisiblement monstrueux. ” [Julien Gracq, Œuvres complètes, édition de La Pléiade, Lettrines 2, tome 2, page 301]. * L’italique est de Gracq.

- Ne croirait-on pas lire (à l’exception du “ naïvement ” – et encore...) un portrait de Donald Trump ?

Philippe ARNAUD

URL de cet article 35959
   

Hélène Berr. Journal. Paris, Tallandier, 2008.
Bernard GENSANE
Sur la couverture, un très beau visage. Des yeux intenses et doux qui vont voir l’horreur de Bergen-Belsen avant de se fermer. Une expression de profonde paix intérieure, de volonté, mais aussi de résignation. Le manuscrit de ce Journal a été retrouvé par la nièce d’Hélène Berr. A l’initiative de Jean Morawiecki, le fiancé d’Hélène, ce document a été remis au mémorial de la Shoah à Paris. Patrick Modiano, qui a écrit une superbe préface à ce texte, s’est dit « frappé par le sens quasi météorologique des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"De toutes les ironies exprimées par la politique étrangère américaine, notre position vis-à -vis de Cuba est la plus paradoxale. Une forte dégradation de la situation économique a provoqué une poussée du nombre de Cubains entrant illégalement aux Etats-Unis.

Nous faisons tout ce que nous pouvons pour détériorer la situation économique et ainsi accroître le flux. Nous encourageons également cet exode en accordant aux Cubains, qui arrivent illégalement ou qui s’approchent par voie de mer, un statut de résident et une assistance pour s’installer.

Dans le même temps, nous n’avons pas respecté les quotas de visas pour les Cubains désireux d’immigrer aux Etats-Unis [...] quand Castro tente d’empêcher des cubains malheureux de quitter leur pays infortuné, nous l’accusons de violer des droits de l’homme. Mais quand il menace d’ouvrir grand les portes si nous continuons à accueillir sans limites des cubains sans visas - y compris ceux qui ont commis des actes de violence pour aboutir à leurs fins - nous brandissons des menaces imprécises mais aux conséquences terribles. "

Jay Taylor, responsable de la section des intérêts américains à Cuba entre 1987 et 1990, in "Playing into Castro’s hands", the Guardian, Londres, 9 août 1994.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.