RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Philippe ARNAUD

Cotisations sociales et enfumage

Philippe ARNAUD
J'ai entendu, sur France 2 et France 3 (comprimée au milieu d'un hommage hypertrophié à Charles Aznavour) cette annonce : aujourd'hui 1er octobre, le salaire net des salariés du privé va augmenter par suppression de la cotisation chômage. Les salariés au SMIC, par exemple, vont voir leur salaire net augmenter de 17,36 euros par mois. Comment un journaliste peut-il prononcer une telle phrase sans se poser de questions, sans regimber, sans envoyer paître son rédacteur en chef ? Remarque 1. La cotisation chômage n'est pas une indemnité de guerre versée à un pays ennemi qui s'appelle Assurance chômage. La vocation de la cotisation chômage n'est pas de disparaître dans un trou sans fond mais de revenir au salarié lorsque celui-ci perd son emploi. Remarque 2. Du fait que la cotisation chômage repose sur le principe de la mutualisation, la somme que touche le salarié devenu chômeur est très supérieure à ces 14 euros mensuels. C'est le principe même de la mutualisation : être un grand nombre à payer de (...) Lire la suite »

Une réflexion républicaine sur le 14 juillet

Philippe ARNAUD
1. La célébration du 14-Juillet, en 2018 (et depuis des années), c'est l'ordre, la hiérarchie, l'obéissance, le respect de la tradition, la sacralisation de l'armée et du pouvoir, à l'encontre du 14 juillet fondateur (celui de 1789), qui fut le bouleversement, le désordre, la désobéissance, la mutinerie (des Gardes françaises), la contestation victorieuse du pouvoir du roi et de l'organisation de la société et des institutions. 2. La célébration du 14-Juillet a pour cadre l'ouest de Paris, c'est-à-dire les quartiers des riches, des installés, alors que la prise de la Bastille eut lieu à l'est de Paris, dans une zone populaire, encore parcourue par un lacis de ruelles étroites, d'où les insurgés pouvaient venir à bout de la troupe, dispersée et comprimée dans ces ruelles, exposée presque sans défense aux jets de pierres, de tuiles, et de projectiles divers. Alors que le défilé a lieu sur une avenue rectiligne, dégagée, d'où on peut aisément tirer au canon, à la mitrailleuse, à la roquette d'avion ou (...) Lire la suite »
14 
Quand le président des riches creuse un fossé social et prétend favoriser la mixité sociale

Civique/citoyen

Philippe ARNAUD
Ce 27 juin, j'ai suivi, au journal de 13 h de France 2, un sujet sur le service civique obligatoire, ardemment souhaité par le gouvernement (et qui, pour une durée d'un mois, va d'ailleurs "coûter un bras" - et dont on peut se demander si l'argent de son financement ne pourrait pas être mieux employé...). Remarque liminaire. Il me semble avoir lu, il y a pas mal d'années, que les termes "civique" et "citoyen", bien qu'appartenant au même champ sémantique, n’en avaient pas moins des connotations politiques différentes, ou, pour le dire plus clairement, que le terme "citoyen" serait plus connoté à gauche et "civique" plus connoté à droite. Il est d'ailleurs intéressant de noter que si citoyen et civique peuvent chacun avoir un usage d'adjectif, seul citoyen a un usage de de substantif en tant que ce terme renvoie à un individu concret et sujet de droit. "Civique" ne renvoie pas à un substantif. "Civique" ne renvoie - et encore de loin, et par paronymie - qu'au banal et neutre "civil". Par (...) Lire la suite »

Galère, pathologie, contagion, France 2 souffre pour nous

Philippe ARNAUD
J'ai écouté, ce 21 mars, le journal télévisé de 13 h de France 2, qui s'ouvre sur la présentation de la journée d'action de demain (manifestations plus grèves). Je ne souhaite pas revoir tout le journal mais m'arrêter sur certains termes employés, termes certes peu nombreux mais ô combien révélateurs de l'idéologie sous-jacente des gouvernants et des journalistes. 1. Le présentateur, Nathanaël de Rincquesen, ouvre ainsi sont journal : "Journée noire en perspective". L'adjectif "noir" est connoté très négativement au moins depuis l'Antiquité, païenne ou chrétienne, qui lui associe des idées blasphématoires et néfastes (messe noire, magie noire), des idées de méchanceté (bête noire), de mystère, de clandestinité, de tricherie, de malhonnêteté (liste noire, caisse noire, marché noir, travail au noir). Et également d'ivresse : celui qui est fin saoul est plus que "gris", il est "noir". Et la couleur du deuil, en Occident, est le noir. Et cette tradition se perpétue dans les plus récentes œuvres de fiction puisque que (...) Lire la suite »

Quand Anne-Sophie Lapix voit nos salaires s’envoler

Philippe ARNAUD
Le journal télévisé de 20 h de France 2 de ce jour annonce en entrée, comme deuxième sujet, après la tempête : "Votre salaire va augmenter ; vous le découvrirez à la fin du mois, c'est l'effet de la baisse des cotisations chômage et maladie. Nous verrons qui en bénéficiera le plus". Le sujet Anne-Sophie Lapix : "Dans quelques semaines, les employés recevront leur tout premier bulletin de salaire de l'année 2018 et une bonne surprise les attend : une petite hausse du chiffre du bas. Elle est due à la baisse des cotisations-chômage et maladie, atténuée malgré tout par la hausse de la CSG. Reportage dans une entreprise de Laurent Desbonnet et Olivier Gardette." Le reportage "L'heure des calculs dans cette entreprise pour établir les prochaines fiches de paye. Car ce mois-ci plusieurs lignes vont bouger. La CSG, d'abord, va augmenter : plus 1,7 point. Une hausse qui sera plus que compensée par des baisses de cotisations : moins 0,75 points pour la maladie et pour l'assurance-chômage moins 1,45 point. (...) Lire la suite »
30 

Face à Dupont-Moretti, les provocations de Demorand

Philippe ARNAUD
J'ai écouté l'émission de France Inter où le journaliste Nicolas Demorand recevait Me Eric Dupond-Moretti, avocat d'Abdelkader Merah, frère de Mohammed Merah, terroriste qui, en 2012, tua sept personnes, dont plusieurs enfants juifs en bas âge avant d'être lui-même abattu (Abdelkader Merah était poursuivi pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste). Je me suis arrêté sur cette émission pour les réactions et réflexions de Nicolas Demorand. 1. Après avoir laissé Me Dupond-Moretti développer ce qu'était l'inculpation "d'association de malfaiteurs", Demorand résume, de façon aussi caricaturale que provocatrice, en disant : "Sinon il faut dire qu'il a été victime d'un déni de justice, ou d'une injustice, Me Dupond-Moretti". Remarque. Dans le contexte actuel, marqué par l'horreur d'un assassinat d'enfants (de surcroît juifs, ce qui rajoute, symboliquement, une charge émotionnelle) et l'islamophobie latente, périodiquement réchauffée par les attentats commis depuis ces (...) Lire la suite »
13 

Après 52 ans sur son pas de tir, la fusée Lecanuet a enfin décollé…

Philippe ARNAUD

Les remarques ci-après ont déjà été présentées à de multiples reprises (par Atlantico, Le Point, Mediapart, France Inter, Les Échos, Boulevard Voltaire, etc.) lors de ces derniers jours. Néanmoins, en dehors des professeurs et étudiants d’histoire, et des férus d’histoire politique, elles ne peuvent parler qu’aux sexagénaires (et plus...). Je vais donc essayer de ne pas répéter ou recopier ces médias.

Qu'est-ce qui rapproche les deux hommes ? 1. Leur jeunesse et leur allure : Emmanuel Macron a 39 ans et Jean Lecanuet, pour la présidentielle de 1965, en avait 45. Même si 45 ans, en 2017, est vu comme un âge plus "tendre" qu'en 1965 (compte tenu de l'allongement de l'espérance vie et de l'amélioration de la santé et de la condition physique en 52 ans), il n'empêche que Lecanuet apparaissait comme "jeune" par rapport à de Gaulle (75 ans), à Mitterrand (près de 50 ans, mais une longue carrière derrière lui), à Tixier-Vignancour (58 ans), à Pierre Marcilhacy (55 ans). Dans l'allure, il s'agit d'hommes minces, élancés, au visage avenant. [Cette jeunesse et cette allure pouvait faire penser, aux Français, au souvenir tout proche du président Kennedy - récemment assassiné - et qui avait été président de son pays à 43 ans.] 2. Leur parcours de "bons élèves" : Jean Lecanuet avait été le plus jeune agrégé de philosophie à 22 ans, et, plus tard, directeur de cabinets ministériels. Emmanuel Macron a eu la mention (...) Lire la suite »
11 

France 2, Macron, Delanoë

Philippe ARNAUD
J'ai regardé le Journal télévisé de France 2 le 28 avril 2017 à 13 h. Le premier sujet était présenté ainsi par Marie-Sophie Lacarrau : "Jean-Luc Mélenchon pressé de toutes parts. Que fera le candidat de la France insoumise le 7 mai prochain ? Il doit sortir de son silence aujourd'hui. De plus en plus de voix s'élèvent pour qu'il donne une consigne de vote claire et précise". Après un bref sujet sur le manque de présidents et d'assesseurs pour le deuxième tour, compte tenu de l'élimination, au premier tour, des candidats L.R. et P.S., qui avaient fourni d'importants contingents pour tenir les bureaux de vote, on repasse à Jean-Luc Mélenchon. Marie-Sophie Lacarrau : "Et ce vendredi, on attend surtout la déclaration de Jean-Luc Mélenchon, qui doit s'exprimer sur les réseaux sociaux. Que fera-t-il pour le second tour ? Donnera-t-il une consigne aux 7 millions d'électeurs qui ont voté pour lui dimanche dimanche dernier ? Le candidat de la France Insoumise est sous pression. Margot Manière". Margot (...) Lire la suite »
12 

Mon capital santé

Philippe ARNAUD
22 février, journal télévisé de 13 h de France 2. J'ai retenu deux sujets. 1. Le premier sujet concernait l'espérance de vie des Françaises qui augmente et qui pourrait, pour les petites filles qui naîtront en 2030, atteindre 88 ans et 6 mois "en moyenne" (le "en moyenne" est important). Cependant, un médecin vient tempérer l'optimisme qui pourrait en résulter car prolonger la vie jusqu'à près de 90 ans n'est pas une fin en soi, et nombre de passants interrogés lors d'un "micro-trottoir" font remarquer, avec bon sens, que vivre jusqu'à 90 ans (ou au-delà) présente peu d'intérêt si on est souffrant, si on est invalide, et, surtout, si l'on n'a pas toute sa tête. C'est ce que confirme un médecin, spécialiste du vieillissement, le Dr Christophe de Jaeger. Ce n'est toutefois pas sur ce point que porte ma remarque, mais sur sa façon de s'exprimer et sur les termes qu'il emploie. En effet, ce médecin dit : "... notre combat à nous, aujourd'hui, en tant que physiologistes, ça va être justement de mener un (...) Lire la suite »

Les chômeurs britanniques doivent payer !

Philippe ARNAUD

Ce 3 janvier 2017 à 20 h, j’ai suivi, sur le journal télévisé de France 2, un reportage intitulé "Au Royaume-Uni, les chômeurs soumis à un régime drastique". Sous titre : "France 2 a enquêté sur le système dénoncé par le réalisateur Ken Loach dans son film Moi, Daniel Blake, auréolé de la Palme d’or au festival de Cannes".

Reportage : Voix du journaliste : "Beaucoup disent y aller la peur au ventre, comme on répondrait à une convocation du commissariat de police. Le Job Centre, l'équivalent britannique de Pôle emploi, est interdit aux caméras. Ce chômeur est l'un des rares à avoir filmé en caméra cachée son évaluation bimensuelle. Il a écrit noir sur blanc toutes ses recherches d'emploi, mais visiblement cela ne suffit pas, d'autant qu'il a osé postuler à des offres en dehors de son champ de compétence." Voix de l'employée du Job Centre : "Vous n'avez même pas postulé. Vous avez regardé des offres d'emploi qui ne vous correspondant pas. Vous n'avez pas l'expérience nécessaire." Voix du chômeur : "Oui mais vous ne comprenez pas ce que je vous dit. Vous m'avez dit de faire ça..." Voix de l'employée du Job Centre : "Vous n'avez pas utilisé les sites officiels..." Voix du chômeur : "Non, mais, attendez, ce n'est même pas marqué sur le formulaire..." Voix du journaliste : "Il y a 31 règles à respecter. La première d'entre (...) Lire la suite »
10 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50