RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Travail, Famille, Patrie ?

Le 19 avril, le gouvernement a débaptisé Pôle Emploi. Désormais, à partir du 1er janvier 2024, cet organisme s’appellera France Travail. Je souhaite ci-après revenir sur la forme de cette appellation car, comme je l’ai dit lors que remarques précédentes, la forme dit toujours quelque chose du fond.

Le 11 mai 2017 [je tiens cette rubrique depuis novembre 2002], je titrais une de mes Remarques : "Après 52 ans sur son pas de tir, la fusée Lecanuet a enfin décollé...". Je revenais, en effet, sur la parenté entre Jean Lecanuet et Emmanuel Macron : tous les deux jeunes, portant beau, brillants élèves, libéraux (si ce n’est ultralibéraux), pro-américains, pro-européens, atlantistes. Surtout, j’insistais sur le slogan de campagne de Lecanuet : "Un homme neuf... une France en marche". Et, en 2017, Macron se présentait comme un homme "hors système" – c’est-à-dire, dans l’image qu’il voulait faire passer de lui, un homme "neuf". Et le nom de son parti était "La République en marche". La "République", la "France" : on était dans le même registre sémantique.

Le remplacement de Pôle Emploi par France Travail obéit au même schéma. Sauf que les références politiques sont tout autres... J’ai dit que les termes République et France appartenaient au même registre sémantique : en effet, à la fin de ses allocutions, le président de la République clôt toujours son discours en disant "Vive la République et Vive la France !". Mais le terme France est lui aussi du même registre que celui de Patrie. [A tel point qu’il apparaît dès les premiers mots de la Marseillaise : "Allons enfants de la Patrie..."]

Procédons à un jeu de substitution, comme nous l’avons fait pour les slogans de Lecanuet et de Macron. Au lieu de France Travail, nous aurons alors Patrie Travail, ce qui, en inversant l’ordre des termes, donne Travail-Patrie, ce qui est presque, à un mot près, la même devise que Travail-Famille-Patrie, du régime de Vichy...

Cette sacralisation du travail, chez Macron, est apparue dès 2019, lorsqu’il a refusé d’associer la notion de "pénibilité" à celle de "travail", préférant dire "conditions de travail compliquées". En 2017 déjà, il voulait supprimer le "compte pénibilité" parce que, disait-il "il induit que le travail est une douleur". Alors que, pour lui, le travail "c’est l’émancipation, c’est ce qui nous donne une place". Dans le droit fil de ces déclarations, il a d’ailleurs fait supprimer quatre critères de pénibilité : le port de charges lourdes, les postures pénibles, les vibrations mécaniques et l’exposition aux risques chimiques.

Alors, après avoir été successeur de Lecanuet, Macron successeur de Pétain ?

URL de cet article 38641
  

Gabriel Péri : homme politique, député et journaliste
Bernard GENSANE
Mais c’est vrai que des morts Font sur terre un silence Plus fort que le sommeil (Eugène Guillevic, 1947). Gabriel Péri fut de ces martyrs qui nourrirent l’inspiration des meilleurs poètes : Pierre Emmanuel, Nazim Hikmet, ou encore Paul Eluard : Péri est mort pour ce qui nous fait vivre Tutoyons-le sa poitrine est trouée Mais grâce à lui nous nous connaissons mieux Tutoyons-nous son espoir est vivant. Et puis, il y eu, bien sûr, l’immortel « La rose et le réséda » qu’Aragon consacra (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Puisque le commerce ignore les frontières nationales, et que le fabricant insiste pour avoir le monde comme marché, le drapeau de son pays doit le suivre, et les portes des nations qui lui sont fermées doivent être enfoncées. Les concessions obtenues par les financiers doivent être protégées par les ministres de l’Etat, même si la souveraineté des nations réticentes est violée dans le processus. Les colonies doivent être obtenues ou plantées afin que pas un coin du monde n’en réchappe ou reste inutilisé.

Woodrow Wilson
Président des Etats-Unis de 1913 à 1921

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.