RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Emmanuel Macron

Un groupe de combat pour la présidentielle !

jose espinosa
Seule surprise dans ce remaniement ministériel, la nomination de l'avocat Dupont-Moretti, personnalité très controversée dans son propre milieu. Pour le reste, rien de neuf. Changement de maroquin pour la plupart, retour d'anciennes ministres ( Bachelot , Pompili ). Belloubet, Castaner, Pénicaud, éliminés. Macron et Castex préparent la campagne présidentielle. Tirant les enseignements des élections municipales ( défaite des macronistes, résistance de la droite LR, progression écologiste ) Macron droitise et verdit son gouvernement pour rassembler les électeurs LR et gagner des écologistes pour constituer une nouvelle majorité. Son objectif est loin d'être atteint. Il faudrait un changement de politique contraire aux intentions du président de la république. Ce remaniement s'inscrit dans la droite ligne des idées formulées par Macron dans sa dernière intervention écrite : poursuite et accélération de sa politique économique et sociale dont les dégâts se mesurent au nombre de fermetures d'entreprises, à (...) Lire la suite »

Le truisme, mode d’action macronien !

Jose ESPINOSA
Notre président a parlé comme il le fait depuis le confinement, à quatre reprises. Pour nous annoncer que nous connaîtrons les mesures attendues en juillet. D'ici là, outre le fait que les restaurants ouvriront dés demain, que les écoles et collèges sont appelées à recevoir plus d'élèves pour accélérer la reprise économique, éléments qui ne surprendront que ceux qui souhaitent s'étonner de pas grand chose, rien de concret dans la parole jupitérienne. Même les promesses faites aux personnels soignants ne sont pas garanties, alors vous pensez que pour les autres salariés, ils pourront se brosser. Par contre les actionnaires boiront le champagne vu que leurs impôts vont baisser, que l'impôt sur la fortune est enterré, que les dividendes ne sont pas touchés. Au contraire, les cotisations sociales qu'ils doivent à la société seront allégées et les aides financières sans contre parties vont se multiplier. Voilà pour le social et la solidarité nationale côté patronal. Côté salarial, le président ne lésine pas. Il (...) Lire la suite »

Les chiens de garde dénoncés par leur maître même

Montauba
La polémique sur la création du site gouvernemental qui se proposait de faire le tri entre les journaux « sérieux » et les autres, ceux qui ne mentent jamais (prière de ne pas rire), ceux en qui il faut croire a suscité la colère des rédactions concernées. Non, disent-elles en poussant des cries d’orfraies, ce n’est pas bien de nous mettre en lumière, c’est une atteinte à la liberté d’expression, c’est faire un tri inadmissible parmi les journaux... ! Mais en réalité, ce que ces rédactions « choisies » ne supportent pas, c’est que le gouvernement mette en lumière et avoue clairement qui sont ses chiens de garde, ses thuriféraires, ses aboyeurs. Passe encore que la presse de gauche, la presse vraiment libre, dénonce le comportement rampant de ces publications. Mais que le pouvoir macronien reconnaisse aussi clairement qui sont ses alliés, ça, les « beaux » esprits ne l’acceptent pas. On veut bien être des lavettes, mais on ne veut pas que notre bon maître le (...) Lire la suite »

Alerte : deux bandits masqués occupent une école !

Jean-Michel HUREAU
Ce 5 mai 2020, à la manière de Zorro et de son fidèle Bernardo, deux individus portant des masques noirs se sont introduits dans une école de Poissy, dans les Yvelines. On constate immédiatement que le maire de la commune, présent lors des faits, est complice du coup de force. Visiblement ignorants des mesures de sécurité sanitaire, les malfaisants ne respectent pas les distances minimales à observer, se touchent le masque et se découvrent en risquant de contaminer l'entourage. C'est alors, avec la plus grande stupeur, que nous constatons qu'il s'agit du Président de la République et de son Ministre de l'Education Nationale. Effectivement, nous n'avions pas observé la présence de Tornado dans les parages. C'est avec un soulagement que nous les voyons s'adresser avec amabilité aux élèves présents. D'abord, Blanquer ne sait pas trop quoi leur dire. On voit tout de suite que ça fait un bon moment qu'il n'est pas entré dans une salle de classe pour s'adresser à des mômes de 6 ans. Dans une autre (...) Lire la suite »

Pour une République Française sociale souveraine démocratique et fraternelle, ensemble virons Macron et l’Euro-mondialisation virale !

Appel collectif

A la date symbolique du 1er mai 2020, c'est un appel au rassemblement et à l'action pour une République Française sociale souveraine démocratique et fraternelle que lancent ensemble plus de 150 personnalités de tous horizons, résistants, militants politiques ou associatifs, syndicalistes, gilets jaunes, artistes, journalistes, étudiants et simples citoyens, travailleurs... Un appel qui se saisit de l'anniversaire des 15 ans du NON du peuple français à la Constitution Européenne pour appeler à la mobilisation. Un appel auquel chacun peut répondre présent, en le signant et le faisant signer en ligne et en participant aux actions pour les 29 et 30 mai 2020.

CHER(E)S CONCITOYEN(NE)S, COMPATRIOTES, AMI(E)S ET CAMARADES, L’énorme crise dite « du coronavirus » inflige à la France, à l’Europe et au monde une situation suffocante où l’anxiété de masse et le délabrement organisé du système hospitalier le disputent aux pires entreprises antisociales et liberticides. Ni le régime Macron, qui a longtemps minimisé la pandémie, qui a détourné un conseil des ministres dédié à la crise sanitaire pour braquer le 49/3 contre nos retraites solidaires, et qui exploite l’état de choc sanitaire pour pulvériser ce qui reste du Code du travail, ni le MEDEF, qui n’a eu de cesse d’assurer la continuité de ses profits en forçant au travail des centaines de milliers d’ouvriers et d’employés au péril de leur vie, ni les Blanquer, Buzyn, Pénicaud et autres tyranneaux incompétents et irresponsables ne sont clairement plus, s’ils l’ont jamais été, des interlocuteurs possibles et légitimes d’on ne sait quel dérisoire « dialogue social et républicain ». S’est également déshonorée cette UE de mort (...) Lire la suite »
32 

Un chef de pacotille !

Jose ESPINOSA
Comme à son habitude, Macron a blablaté pour camoufler son incompétence et sa responsabilité dans le chaos que connaît notre pays depuis plus d'un mois. Qu'avons-nous appris de nouveau ? Une date, le 11 mai, de début de la reprise du travail et peut-être du dé-confinement sous réserve d'une baisse de la pandémie. Pour tout le reste, il nous dit d'attendre sa prochaine intervention. Une demi heure pour nous asséner des banalités du style" nous n'étions pas assez préparés", "nous avons pris les bonnes décisions", "l'espoir renaît", "le gouvernement prolongera et accroîtra les aides aux entreprises et aux familles modestes", "les tests après la mi-mai", "les masques dés que possible", "le vaccin dans plusieurs mois", "les traitements quand on pourra". Autrement dit, voyez comme je parle bien quand je m'adresse à vous et faites moi confiance. D'ailleurs "nous avons pris les bonnes décisions malgré quelques lenteurs". Enveloppé, pesé ! Le peuple français attendait du concret, faudra repasser. Bien sûr, il (...) Lire la suite »
Une épidémie de plaintes est en cours

« Se couvrir » la principale préoccupation de la Macronie ?

Dominique MUSELET

C’est ce qu’affirmait, en tout cas, Philippe de Villiers, le 23 avril, dans l’émission Bourdin Direct.

Philippe de Villiers est le créateur du Puy du fou, le deuxième parc le plus visité de France. C’est un parc à thème si remarquable qu’il s’exporte en Espagne et même en Chine. Autre trait distinctif que j’apprécie : « Le groupe est composé d'une association loi 1901, détenant une société par actions simplifiée qui gère le parc. « 100 % des bénéfices sont réinvestis. Il n'y a aucun argent public et zéro dividendes », selon son président actuel. Philippe de Villiers fait partie de ces « gens qui réussissent » que Macron adore nous citer en exemple. Au cours des dernières décennies, du fait de la désindustrialisation de la France voulue et organisée par l’UE, ses sbires et nos gouvernements compradores, le tourisme est devenu la principale, sinon la seule, ressource de notre malheureux pays. Comme ils ne pouvaient pas délocaliser nos paysages et notre patrimoine, ils ont décidé de les livrer à des hordes de touristes aussi dévastatrices que des nuées de sauterelles. Le coronavirus, par un de ses retournements (...) Lire la suite »
30 

Assignons en justice les banques qui s’enrichissent sur le dos des prêts Macron.

Bérenger TOURNE

A l'écouter Bruno Lemaire est devenu marxiste, en tout cas tendance Groucho. Voilà que l'Etat promet une pluie de prêts aux PME, PMI et autres, afin de les aider à passer le cap de la crise. C'est faux, comme toujours. Les hommes à la tête du système, pour ne pas dire de l'Etat qui a disparu, mettent de l'argent dans un toboggan, mais après ce sont les banques qui s'occupent de tout. Et d'abord d'elles mêmes. Cette disposition nous rappelle cette règle folle qui oblige la France, quand elle veut emprunter, à passer par les oukases du monde de la finance.

La communication gouvernementale le rabâche. Bruno Lemaire s’en gargarise : le « PGE », prêt garanti par l’Etat, concours pouvant représenter jusque 3 mois de chiffre d’affaires, va assurer la survie puis la pérennité des TPE françaises. Elles qui font le « maillage » essentiel de l’économie nationale. Rendez-vous compte, c’est formidable, le dispositif prévu par l’arrêté ministériel du 23 mars 2020 (modifié le 17 avril dernier) offre sans aucune condition la garantie de l’Etat à hauteur de 90% du montant emprunté par nos commerçants, libéraux et artisans en difficulté. En effet ce texte nous dit que « la garantie de l’Etat est accordée aux établissements de crédit et sociétés de financement pour les prêts ... consentis, sans autre garantie ou sûreté, à compter du 16 mars 2020 et jusqu’au 31 décembre 2020 inclus » à toutes « les entreprises personnes morales ou physiques en ce compris les artisans, commerçants, exploitants agricoles, professions libérales et micro-entrepreneurs, ainsi que les associations et (...) Lire la suite »
Merci aux agriculteurs, au personnel soignant, aux agents d’entretien, aux pompiers, aux livreurs, aux éboueurs, aux agents des pompes funèbres, aux caissières...

Une absence d’honnêteté

Guy CHAPOUILLIÉ

Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. Il est bon de ne pas oublier ce que La Fontaine nous a appris des épidémies qui nous frappent, c’est que personne n’est épargné. Ce sont des soignants qui se demandent s’ils peuvent faire des câlins à leurs enfants quand ils rentrent à la maison. Ce sont les mourants qui n’ont pas pu recevoir la visite de leurs familles. Ce sont les infos qui tournent en boucle et suscitent une peur extrême de la contamination.

Ce sont les violences conjugales et familiales. Ce sont les confinés dans des espaces qui ressemblent à celui d'une cellule de prison, hantés par l'angoisse du vide social. Ce sont les crises de nerfs, les dépressions, les obsessions, la somatisation, le manque d'air quoi. La mort par Coronavirus est partout, elle nous claque à la figure par le truchement des images de camions frigorifiques en attente dans les arrières-cours des hôpitaux. Cette accumulation est terrifiante mais elle a le mérite, au coût vertigineux, de regarder la mort en face, une mort douloureusement partagée qui me fait pleurer sur la fin de gens que je ne connais pas, tels ces regards à la peine qui suivent dans un village la traversée d'un corbillard. C'est vrai, la famille n'est pas là, mais des millions de téléspectateurs qui suivent et accompagnent le funèbre convoi nous ramènent à l'essence de la condition humaine, naître ensemble, vivre ensemble et mourir ensemble. Dans ce moment difficile, il est plutôt utile d'être au (...) Lire la suite »
12 

Au nom de la science, obéissez-moi !

Dominique MUSELET
J’ai découvert les conséquences tragiques de la « soumission volontaire » à travers l’expérience de Milgram, réalisée en 1963 par le psychologue américain Stanley Milgram, pour évaluer le degré d'obéissance d'un individu devant une autorité qu'il juge légitime. J’ai été frappée du degré de souffrance qu’un individu est prêt à infliger à quelqu’un qui ne lui a rien fait, uniquement parce qu’une autorité, qui se pare de la science, lui dit de le faire. « L’expérience met en jeu trois personnages : un élève, qui s'efforce de mémoriser des listes de mots et reçoit une décharge électrique en cas d'erreur ; un enseignant, qui dicte les mots à l'élève et vérifie les réponses. En cas d'erreur, il envoie une décharge électrique destinée à faire souffrir l'élève ; un expérimentateur, qui représente l'autorité officielle, vêtu d'une blouse de laboratoire et sûr de lui. L'expérimentateur et l'élève sont en réalité deux comédiens (seuls l'ignorent les personnes recrutées comme « enseignantes »). Si certains « professeurs » ont refusé (...) Lire la suite »
23 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 210