RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Emmanuel Macron

Macron-Libye : la Rothschild Connection (Il Manifesto)

Manlio DINUCCI
“Ce qui se passe aujourd’hui en Libye est en quelque sorte le noeud d’une déstabilisation à multiples visages” : a déclaré le président Macron en célébrant à l’Elysée l’accord qui “trace la feuille de route pour la paix et la réconciliation nationale”. Macron attribue la situation chaotique du pays uniquement aux mouvements terroristes, lesquels “visent à profiter de la déstabilisation politique et de la manne économique et financière qui peut exister en Libye pour prospérer”. Pour cela - conclut-il - la France aide la Libye à bloquer les terroristes. Macron renverse, de cette façon, les faits. L’artisan de la déstabilisation de la Libye a précisément été la France, avec les Etats-Unis, l’Otan et les monarchies du Golfe. En 2010, documente la Banque mondiale, la Libye enregistrait en Afrique les plus hauts indicateurs de développement humain, avec un revenu par habitant moyen-haut, l’accès universel à l’instruction primaire et secondaire et de 46% à l’enseignement supérieur. Environ 2 millions d’immigrés (...) Lire la suite »

Macron n’est pas un président légitime

Tarek EZZAT
Dans un entretien télévisé, après l’élection présidentielle, un journaliste demanda à Jean-Luc Mélenchon s’il considérait Emmanuel Macron comme un président « légitime ». Jean-Luc Mélenchon répondit (je cite de mémoire) « bien entendu, nous sommes républicains, et nous reconnaissons le verdict des urnes » Je ne suis pas d’accord avec cette analyse. Le verdict des urnes est un verdict légal, il n’est pas nécessairement légitime. Les mots ont un sens, et légalité ne veut pas dire légitimité. La légitimité est la « Qualité d’un pouvoir d’être conforme aux croyances des gouvernés quant à ses origines et à ses formes (Dictionnaire Larousse) » Elle est « la conformité à un principe supérieur qui dans une société et à un moment donné est considéré comme juste. La notion de légitimité ne recouvre pas celle de légalité qui est plus restreinte et qui caractérise ce qui est seulement conforme à la Loi. La notion de légitimité est contingente de la culture ; la légalité s'apprécie en fonction du droit positif. Dans le langage (...) Lire la suite »
13 
« Les Français savent que c’est la Russie soviétique qui a joué le rôle principal dans leur libération. » De Gaulle,1966.

Face à l’offensive guerrière de Trump, contre l’offensive antisociale de Macron… que faire ?

Georges GASTAUD

Face à l’euro Loi travail XXL imposée brutalement par ordonnances, la blietzkrieg anti sociale de Macron contre les travailleurs en France (APL, CSG, blocage des salaires des fonctionnaires et privatisations…), l’état d’urgence permanent visant le mouvement social, l’offensive impérialiste des Etats Unis avec des guerres plus ou moins ouvertes de la Syrie à la Corée et l’Ukraine en passant par le Venezuela, que faire ? … Georges Gastaud secrétaire national du PRCF a bien voulu répondre aux questions de la rédaction d’Initiative Communiste et proposer des solutions des actions concrètes afin d’agir dès maintenant

Initiative Communiste – C’est peu dire que Trump, pressé à la fois par ses difficultés intérieurs et par le complexe militaro-financier US, roule les mécaniques tous azimuts à propos de l’Ukraine et de la Russie, de la Syrie, de la Corée, du Venezuela... Comment analyser cette situation et comment y réagir ? Georges Gastaud : Etant donné le surarmement de l’impérialisme US et son extrême agressivité, conséquence de son recul objectif sur les plans géopolitique et géoéconomique, il serait aberrant de clamer partout que « l’impérialisme est un tigre de papier », comme certains crurent pouvoir le faire jadis. Mais la faute symétrique, la surestimation de cet ennemi principal des peuples qu’est la nébuleuse euro-atlantique et « trans-pacifique » (Japon en plein réarmement, Corée du Sud...), ne serait pas moins grave. En réalité, l’impérialisme US est en difficultés : En Corée, l’ « invincible Armada » de Trump n’impressionne pas Pyongyang, bien déterminé à ne pas finir sous les bombes US comme ont fini, après (...) Lire la suite »

Macron face à la nouvelle guerre froide américaine (Consortium News)

Diana JOHNSTONE

Le président français, Emmanuel Macron, s’est positionné comme un éventuel arbitre pour faciliter une réduction des tensions entre les États-Unis et la Russie, une démarche qui a du sens pour la France, mais qui peut provoquer les faucons officiels de Washington qui veulent intensifier la nouvelle guerre froide.

(Dennis Bernstein : ) J'ai interviewé la journaliste et historienne Diana Johnstone basée à Paris sur la récente visite de Trump à Paris. Johnstone est la co-auteur de From MAD to Madness : Inside the Pentagon’s Nuclear War Planning Machine [1], les mémoires de son père, Paul H. Johnstone, en tant qu'analyste principal du Groupe d'évaluation des armes stratégiques du Pentagone et co-auteur des Pentagon Papers. Je lui ai parlé par téléphone en France le 19 juillet. * * * Dennis Bernstein : Diana, quelle est votre réaction à la récente visite de Trump à Paris pour rencontrer Emmanuel Macron ? Diana Johnstone : Eh bien, tout d'abord, il est clair qu'Emmanuel Macron a vu un avantage à être le seul ami d’un Trump dramatiquement isolé. Cette amitié pourrait renforcer la position de Macron dans ses relations avec l'Allemagne, la principale tâche de son mandat consistant à influencer l'Allemagne dans l'évolution de la politique de l'UE. De plus, Macron est en mesure d'être un intermédiaire dans ce (...) Lire la suite »
La journée à 1 million d’euros de Muriel Pénicaud

Stocks-options. La ministre du Travail touche le pactole sur le dos des emplois

Sébastien CRÉPEL (L'Humanité)

Lors de son assemblée générale, le groupe Danone a annoncé avoir atteint en 2012 un chiffre d’affaires record de 20/milliards d’euros dans le monde
Révélation. Muriel Pénicaud a réalisé en 2013 une plus-value de 1,13 million d’euros sur ses stock-options en tant que dirigeante de Danone, profitant de la flambée en Bourse qui a suivi l’annonce de 900 suppressions d’emplois du groupe en Europe.

Plus d’un million d’euros de plus-values boursières par un simple jeu d’écritures : c’est la somme gagnée en une journée par Muriel Pénicaud comme directrice générale des ressources humaines (DGRH) chez Danone, le 30 avril 2013. Et cela alors que le groupe s’apprêtait à supprimer 900 emplois de cadres, dont 230 en France. L’information fait tache sur le CV de la ministre du Travail, au moment où celle-ci défend mordicus au Sénat l’idée que faciliter les licenciements sera in fine bénéfique à l’emploi et donc aux salariés. Selon les comptes officiels de Danone pour l’année 2013 que l’Humanité a consultés, Muriel Pénicaud a en effet perçu un gros paquet de stock-options pour ses états de service au comité exécutif du groupe alimentaire. Enregistrée par l’Autorité des marchés financiers à la date du 30 avril 2013, la transaction porte sur un lot de 55 120 actions acquises à une valeur de 34,85 euros l’unité, bien en dessous du cours de l’action ce jour-là, et revendues aussitôt pour l’essentiel (52 220 actions) à 58,41 (...) Lire la suite »
23 

Jupi t’es rien ?

Jean ORTIZ

"Nous l’avions dit, le réveil sera rapide, brutal, et beaucoup auront la gueule de bois. Nier qu’on y est serait niais ! Jupi t’es de plus en plus « rien ». Alors, tirons tous ensemble sur le pieu (« l’estaca ») !"

Il se prenait pour le roi des dieux, nom de Dieu... rien moins que Jupiter. Le dieu des dieux romains, nom de Zeus, le Grec ! Dès octobre (un bon mois, bolchévisé) 2016, il se proclamait, du haut d’une Olympe aristo-financière, par anticipation, « jupi-terrien ». Quelle modestie !!! Quelle simplicité !! Etre ainsi aussi proche du peuple ! Mais comment rester les pieds sur terre lorsque l’on a disposé, paraît-il, d’un SMIC par jour comme argent de poche ? Jupi-terrien !! Le plus haut, le plus fort, le plus autoritarien, le plus « hors de portée » des pouilleux si terriens, si dissolus. Le roi de la terre, et des cieux, le roi des hommes, le monarque absolu devenu la plus haute divinité... Absolue. Ab-so-lue. La cuisse de Jupiter fait des miracles ... en trompe-l’œil. Lui et ses marionnettistes de la finance, des médias, ont réussi un coup d’arnaque : avec 15% de vote d’adhésion, ils ont fait main basse sur le peu de démocratie qu’il nous restait. Pour cela, ils n’ont pas hésité à cacher un moment leurs (...) Lire la suite »

Face à la cohérence destructive des projets Macron, construire l’opposition populaire et patriotique

Georges GASTAUD

En tous domaines, la grande bourgeoisie fédérée par Macron passe à l’offensive contre les travailleurs et la nation :

sur le plan fiscal, d’énormes cadeaux sont consentis au 1% de foyers les plus riches aux dépens des dépenses sociales de nouveau dans le collimateur de Bruxelles ; les ordonnances sur le travail sont clairement destinées à détruire les conventions collectives et le droit du travail des salariés du privé ; les travailleurs du public sont visés par une série d’attaques frappant leurs salaires, leurs pensions, leur statut et le sens même de leurs missions ; les collectivités territoriales héritées de la Révolution française sont harcelées avec l’objectif de leur substituer des mastodontes euro-formatés dont la finalité sera avant tout de favoriser le financement public massif des monopoles capitalistes ; plus structurellement encore, le pouvoir travaille à la destruction de ce qui subsiste de l’Etat-nation français : Liquidation en vue du bac comme premier grade universitaire et mise en place d’une Université censitaire à l’américaine ; fin de l’idée même d’une défense nationale avec tout à la fois la (...) Lire la suite »
11 

L’anglais de Macron

Bernard GENSANE
Á plusieurs reprises, le président de la République française a fait des déclarations officielles en anglais. Cela pose évidemment de nombreux problèmes. Rien ne l’y obligeait. Le français est une langue officielle dans les instances internationales et, plus généralement, il est d’usage, dans la diplomatie, que les chefs d’État s’expriment dans leur propre langue. Sauf si, par courtoisie (voir De Gaulle au Mexique), ils veulent faire plaisir à des peuples qui les reçoivent chaleureusement. Par delà sa petite vanité personnelle (« Écoutez, moi l’ancien élève de la Pro à Amiens, comme je parle bien anglais »), Macron affiche sa soumission à l’hégémonie impérialiste étasunienne et à celle de l’argent. On note cependant qu’il parle de manière très sourde, un peu comme s’il avait honte, et de son anglais dont il sait qu’il n’est pas parfait, et de son obédience. Face à ces allocutions, la merdiacratie française a fait des flaques, admirant ce « formidable coup de com’ », ce « discours appelé à rester dans les annales ». (...) Lire la suite »

Petit conte déjanté pour « des gens qui ne valent rien »

Fabrice AUBERT
Il était une fois dans un Pays d’essence Républicaine, un Président mal élu, gouvernant par ordonnances, se faisant rapidement appeler Jupiter, Il voulait voir les jeunes de son Pays « rêver de devenir milliardaires » en argent accumulé, pour « porter des costars » et créer des « start-up » [3], Il expliquait son « mépris de classe » de manière ostentatoire : « Vous croisez des gens qui réussissent et d'autres qui ne sont rien ». Survient un jour plusieurs accidents graves qui paralysèrent les transports, ainsi que les réseaux informatiques, bloquant y compris la bourse, Les premiers « qui ne valent rien » à intervenir, portaient casques et vestes de cuir pour éteindre les feux produits par les multiples accidents, Ils étaient accompagnés des services d’urgences des hôpitaux publics, rejoints bénévolement par les personnels en vacance [4], pour soigner les victimes, Les chirurgiens, les infirmières et les aides-soignantes mobilisées dans les « hôpitaux de proximité », ne comptaient pas leurs heures, De (...) Lire la suite »
12 

Macron méprise les gens qui ne sont rien.

Jacques-Marie BOURGET

Macron devient-il notre roi délire ? Après avoir, pour les cérémonies du 18 juin, interdit l'entrée au public "ordinaire", il se prépare à intégrer le "droit" d'exception dans le droit commun. Sans parler du Code du travail mis à la poubelle, des retraites rognées et la Sécu au rabais. Nous roulons vers l'abîme ? Alors chantons, comme sur le pont du Titanic à l'instant du naufrage. Que diriez vous du Chant des Partisans ?

Sur le Mont-Valérien, Macron ne vaut pas grand-chose... Le 18 juin, lors de la commémoration rituelle de l’appel à la résistance lancé par De Gaulle, le tout neuf président de la France a refusé l’accès de la cérémonie aux Français ordinaires, aux dépourvus d’invitation, de Bristol à lettres d’or. Craignait-il que, saisi d’un syndrome mélenchonien, l’ombre du Général ressuscitée en hologramme ne vienne effacer la sienne ? Ce n’est pas le nouveau Jupiter, accouché de la pyramide du Louvre, qui nous dira le contraire : l’homme vit aussi de symboles et de rites. Là, devant les portes du fort qui coiffe le Mont-Valérien, c’est la première fois depuis le 1er novembre 1944 que les manants ont été interdits de ce recueillement collectif. Hollande conchiait les « sans-dents », Macron, lui, les sans-grade, les sans-diplôme, les sans-Sciences-Po, les sans-famille qui ne sont pas issus des « deux-cents ». Et aussi les « illettrées ». C’est ainsi que le 17 septembre 2014 à Josselin il a qualifié les ouvrières bretonnes de (...) Lire la suite »
14 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70
Brèves
*Macron mis en garde par les siens (mélenchonisés)
L’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) a présenté son évaluation du programme présidentiel pour le quinquennat 2017-2022. Selon l’OFCE : 46 % des gains des mesures fiscales à (...)