RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Heureusement que le président de la Russie ne s’appelle pas Macron

Le 12 mars 2024, l’assemblée nationale a approuvé « l’accord de sécurité bilatéral » avec l’Ukraine. Accord approuvé grâce à la collaboration des Républicains, des Socialistes et des Ecologistes, et à la trahison du RN, qui est surtout préoccupé par les élections européennes et les grasses rémunérations qui vont avec.

A l’ouverture du débat en présence de l’ambassadeur d’Ukraine, Gabriel Attal a martelé un discours qui se voulait martial, à l’exemple de celui de Macron. Mais comme les paroles de notre Jupiter national, celles de son premier ministre sonnent creuses et mensongères, seulement posturales. On a continué dans le délire d’une Ukraine démocratique luttant pour sa liberté et la nôtre, face à des méchants russes voulant nous envahir et nous soumettre. Dans ce théâtre, seuls les communistes et La France Insoumise ont fait preuve de courage et de réalisme.

Au-delà des débats de l’assemblée qui ressemble de plus en plus au café du commerce, cet accord n’est pas un véritable traité, il n’a donc aucune valeur constitutionnelle. Si c’était un traité, l’exécutif devrait impérativement le prendre en compte, via l’article 53. L’accord bilatéral peut être rompu à tout moment contrairement à un traité. Néanmoins, les résultats du vote nous indiquent le positionnement des uns et des autres. Je ne suis aucunement surpris par la droite et l’extrême droite, quant aux socialos et aux écolos ils sont finalement fidèles à eux même, et ce n’est pas un hasard s’ils se retrouvent en bonne compagnie.

Malgré tout il faut rester prudent, car si toute cette agitation signifie, in fine, d’envoyer des troupes en Ukraine, et de livrer des missiles longue portée dont la cible ne peut être que Moscou, il convient de le dire clairement aux citoyens. Il faut également leur dire, qu’actuellement nous sommes déjà considérés par la Russie comme cobelligérants, et que la frontière devient de plus en plus fine pour que l’on devienne partie prenante du conflit. Notre russophobie nous aveugle, nous n’avons pas les moyens de combattre la Russie. Face aux discours guerriers de nos politiques, plusieurs militaires français, interrogés par Marianne, disent, eux, être « tombés de l’armoire ». « Il ne faut pas se leurrer, face aux Russes, on est une armée de majorettes ! », raille un haut gradé, persuadé que « l’envoi de troupes » françaises sur le front ukrainien ne serait tout simplement « pas raisonnable ». D’autant que sur le terrain les dés semblent être jetés, plusieurs rapports confidentiels défense, que Marianne a pu consulter, évoquent une « situation critique pour l’armée ukrainienne ».

Est-ce que les gens comprennent vraiment ce que signifie « être en guerre avec la Russie ? ». Si les russes considèrent les ukrainiens comme des slaves et que de nombreuses familles sont russo-ukrainiennes, ce ne sera pas du tout la même chose avec nous. Avez-vous envie d’envoyer vos enfants sur le front de l’est ? Voulez vous voir vos villes bombardées ? Tout ça pour quoi ? Pour le moment, nous avons de la chance que le président de la Russie ne s’appelle pas Macron, car il aurait sans doute déjà « vitrifié » Paris ! Il faut que les français se réveillent... je sais, nombreux dorment depuis déjà tellement longtemps. Mais le minimum, si vous votez, la prochaine fois, avant de mettre votre bulletin dans l’urne, posez vous les bonnes questions.

ref :

Marianne, le 07/03/2024 : « Guerre en Ukraine : de la prudence à l’affolement... Ce que cache le virage de Macron »

Histoire et Société, le 13/03/2024 : « L’État piochera-t-il bientôt dans notre Livret A pour financer l’armée ? »

»» http://2ccr.unblog.fr/2024/03/13/heureusement-que-le-president-de-la-r...
URL de cet article 39452
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Partout où le hasard semble jouer à la surface, il est toujours sous l’empire de lois internes cachées, et il ne s’agit que de les découvrir.

Friedrich Engels

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.