RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La langue française s’est enrichie d’un nouveau verbe

« Le serpent change de peau, non de nature. » (Proverbe persan)

Parler pour ne rien dire

Après la Bulgarie, Chypre, la Hongrie, Malte, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie, la Suède et la Tchéquie, le 28 mai 2024, l’Espagne, l’Irlande et la Norvège ont officiellement reconnu un État palestinien fondé sur les frontières de 1949 à 1967. Du côté français, le ministre des Affaires étrangères Stéphane Séjourné juge que les conditions ne sont pas réunies pour qu’une reconnaissance d’un État palestinien « ait un impact réel » sur le processus visant la solution à deux États mais ce « n’est pas un tabou pour la France ».

Mais quelles sont les conditions et qui les dicte pour que la reconnaissance d’un Etat palestinien ne devienne pas un tabou ?

Le mercredi 29 mai 2024, le Président Macron s’est entretenu, par téléphone, avec Mahmoud Abbas, Président de l’Autorité palestinienne pour réitérer « la très ferme condamnation par la France des attaques terroristes barbares perpétrées par le Hamas le 7 octobre 2023, la libération immédiate et inconditionnelle des otages, y compris les otages français, demeurant une priorité absolue. » (1)

Un rappel présidentiel qui souligne l’urgence de relancer les efforts de paix et de mettre fin à l’ajournement systématique de la mise en œuvre de la solution des deux Etats et de l’établissement d’un Etat palestinien. Dans la même communication le Président français exigeait la « libération immédiate et inconditionnelle des otages » et souhaitait « relancer les efforts de paix » tout en déplorant la situation humanitaire dramatique de la population de Gaza. Et les deux Présidents, français et palestinien, ont appelé à ce que l’intervention militaire israélienne à Gaza cesse immédiatement, comme le demande la Cour internationale de Justice.

Il va de soi que l’inconditionnalité qu’exige le président Macron est incompatible avec le souhait de mettre fin à la « situation humanitaire dramatique » perpétrée par la puissance occupante. Quant aux otages français, le président français oublie de préciser que ces derniers sont des colons et donc, ont participé à l’œuvre de colonisation de la Palestine. En particulier en Cisjordanie. Mais pour Macron, le froid et le chaud sont à la même température.

Quant à l’ajournement systématique de l’établissement d’un Etat palestinien, Emmanuel Macron ne précise pas que les principaux Etats occidentaux responsables de cet ajournement systématique sont : la France, le Royaume-Uni et le chef suprême, l’impérialisme étasunien. Un ajournement consolidé par la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’Etat sioniste tout en fermant les yeux sur la colonisation continue de la Cisjordanie et en entérinant le statut de prison à ciel ouvert de Gaza où vivent entassés plus de 2 millions de réfugiés palestiniens avant de devenir un cimetière.

Croyant que la puissance militaire coloniale allait mettre fin à la résistance palestinienne à Gaza en quelques jours, France, Angleterre et Etats-unis ont soutenu sans retenue l’armée israélienne dans ce qui est devenu un crime contre l’humanité. Le véto étasunien pour empêcher le Conseil de sécurité de voter la Résolution d’un cessez-le-feu proposée par la Russie a laissé les mains libres à la puissance occupante pour détruire et massacrer. « Une tragédie humaine... une honte pour la civilisation » (2).

Au contraire, l’espace de la résistance face à la puissance sioniste s’est élargi au-delà de la bande de Gaza.

Neuf mois après, tragédie, crime contre l’humanité, génocide, peu importe ce que vit la population de Gaza, circonstances politiques internes obligent, le juge suprême, défenseur du ’’bien de l’humanité’’ demande à son allié de ralentir la marche destructrice, sans abandonner pour autant l’objectif stratégique, à savoir, démilitariser la résistance palestinienne et réduire le droit du peuple palestinien à vivre libre dans sa terre à une simple question de gestion administrative dans un espace de plus en plus réduit.

Le chef suprême indique la route et le sous-fifre suit

En effet, le 31 mai 2024, le président des États-Unis Joe Biden fait un discours où il appelle à « un cessez-le-feu total et complet à Gaza ; le retrait des forces israéliennes de tous les centres de population de Gaza ; la remise en liberté d’un certain nombre d’otages – notamment parmi les femmes, les personnes âgées, les blessés – en échange de la libération de centaines de prisonniers palestiniens. » (3)

Prenant connaissance de la position étasunienne, le Président français emboîte le pas en prenant la même route et dans le même sens : « la guerre à Gaza doit cesser. Nous soutenons la proposition d’accord global des États-Unis. » (4)

Macron fait donc fi de ses propres propos énoncés le 29 mai...

Et à l’Académie française, un nouveau verbe du premier groupe a été proposé : macroner.

1°) Parler pour ne rien dire
2°) Parler pour masquer la posture de sous-fifre
Les académiciens ont choisi la seconde définition, considérant que la première est contenue dans la seconde.

Mohamed El Bachir

(1)https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2024/05/29/entretien-avec-mahmou...

(2)https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/07/wang-yi-chef-d...

(3)https://fr.timesofisrael.com/discours-de-biden-sur-un-accord-sur-les-o...

(4) https://x.com/EmmanuelMacron/status/1796844828522627320

URL de cet article 39644
  

Même Thème
Si vous détruisez nos maisons vous ne détruirez pas nos âmes
Daniel VANHOVE
D. Vanhove de formation en psycho-pédagogie, a été bénévole à l’ABP (Association Belgo-Palestinienne) de Bruxelles, où il a participé à la formation et à la coordination des candidats aux Missions Civiles d’Observation en Palestine. Il a encadré une soixantaine de Missions et en a accompagné huit sur le terrain, entre Novembre 2001 et Avril 2004. Auteur de plusieurs livres : co-auteur de « Retour de Palestine », 2002 – Ed. Vista ; « Si vous détruisez nos maisons, vous ne détruirez pas nos âmes », 2004 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent.

Bertolt Brecht

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.