RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Mahmoud Abbas accroché à une branche pourrie

« Seul l’arbre qui a subi les assauts du vent est vraiment vigoureux, car c’est dans cette lutte que ses racines, mises à l’épreuve, se fortifient. » Sénèque

Dans un article datant du 2 juin 2022, intitulé “ Face à une tempête mondiale, sortir de l’impasse d’Oslo ” (1), un paragraphe est consacré au président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Ci-dessous le contenu de ce paragraphe :

- Pour revenir au droit d’exister du peuple palestinien et à sa souveraineté sur sa terre ancestrale, il est utile de rappeler que le 23 septembre 2021, le président de l’AP, Mahmoud Abbas, avait déclaré à l’Assemblée générale de l’ONU : « Israël a un an pour se retirer des territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-Est » et que « si nous n’y parvenons pas, alors à quoi bon maintenir la reconnaissance d’Israël dans les frontières de 1967. »

Nul besoin de savoir lire dans le marc de café, le 24 septembre 2022, les colons sionistes continueront à jouer leurs rôles avec la protection de l’armée occupante et le peuple palestinien le sien : résister. Mais le 24 septembre 2022 le président de l’AP aura-t-il la sagesse d’enlever la plaque “ Impasse d’Oslo ” et appeler à l’unité du mouvement national de libération palestinien ?

Car il est temps de réaliser que l’AP sert doublement : donner bonne conscience à l’impérialisme occidental tout en diabolisant les forces de résistance palestiniennes. Fin de citation.

A la déclaration de Mahmoud Abbas, l’ancien ministre de la défense de l’Entité sioniste Benny Gantz répondit le 26 septembre 2021 dans les termes suivants : « il grimpe un arbre immense dont il va être difficile de redescendre ».(2)

Entre parenthèse, puisque Mahmoud Abbas n’a pas tenu sa promesse, on ne peut que donner raison au ministre israélien : Mahmoud Abbas est accroché à une branche pourrie de l’arbre qu’il a grimpé en 2021.

Trois ans plus tard, en Cisjordanie, la colonisation continue et à Gaza.

« C’est un cauchemar qui est bien plus qu’une crise humanitaire. C’est une crise de l’humanité. […] Et ayant quitté Gaza cette semaine, je peux vous assurer que c’est pire que ce que je peux décrire, ou que les photos peuvent montrer, ou que vous pouvez imaginer. » (3)

C’est ainsi que Dominic Allen, le représentant du Fonds des Nations unies pour la population de Palestine (FNUAP), décrit la situation à Gaza. Un génocide dont l’impérialisme occidental, France comprise, s’est rendu complice en fournissant des armes à l’Etat d’Israël. Et en déclarant que l’Etat français « aurait pu arrêter le génocide avec ses alliés occidentaux » (4) au Rwanda en 1994, Emmanuel Macron, rappelle les fautes du passé pour mieux masquer, sans doute, les fautes du présent.

Mais revenons du côté de l’Autorité palestinienne. Au lieu de dénoncer l’impérialisme occidental avec à leur tête, les Etats-Unis, le Fatah de Mahmoud Abbas a accusé, le 15 mars 2024, le Hamas « d’avoir causé le retour de l’occupation israélienne de Gaza. » (5)

Et en toute cohérence, le parti Fatah inféodé au président de l’Autorité palestinienne (AP) a publié le 3 avril 2024 une déclaration « rejetant l’implication de l’Iran dans les affaires internes palestiniennes. […] Cette ingérence extérieure, en particulier celle de l’Iran, n’a d’autre objectif que de semer le chaos dans l’arène interne palestinienne, ce qui ne profitera qu’à l’occupation israélienne et aux ennemis de notre peuple. » (6)

La déclaration précédente suscite deux remarques.

1°) le contenu de la déclaration ne tient nullement compte de la précision apportée par le dirigeant du Hezbollah, au lendemain de l’attaque du 7 octobre 2023, à savoir : « l’opération du 7 octobre a été planifiée dans le plus grand secret, même les autres factions palestiniennes n’étaient pas au courant, sans parler des mouvements de résistance à l’étranger. »(7)

2°) La déclaration du Fath a été émise deux jours après l’attaque par l’Etat d’Israël de l’ambassade de l’Iran en Syrie. Et suite à l’annonce iranienne que cette attaque ne restera pas sans réponse militaire de l’Iran.

Simple coïncidence ou volonté délibérée de Mahmoud Abbas et de se désolidariser de la Résistance palestinienne et de se diluer dans le bloc de l’impérialisme israélo-occidental ?

Une soumission qui s’ajoutent à celles déjà adoptées par les Etats arabes qui continuent d’entretenir des relations économiques, commerciales, voire militaires, avec l’Etat d’Israël. Des Etats complices du génocide de la population de Gaza. Une complicité que le manteau humanitaire ne peut camoufler !.

Mais quelle que soit la réponse, Mahmoud Abbas, accroché à une branche pourrie, ignore que l’arbre qui lui a donné naissance finira par s’en débarrasser.

El Bachir

(1)https://www.mondialisation.ca/face-a-une-tempete-mondiale-sortir-de-li...
(2)https://fr.timesofisrael.com/gantz-sexprime-sur-lultimatum-dabbas-qui-...
(3)https://french.almanar.com.lb/2897105
(4)https://www.lemonde.fr/afrique/article/2024/04/04/rwanda-pour-emmanuel...
(5)https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/16/guerre-israel-...
(6)https://fr.timesofisrael.com/le-fatah-demande-la-fin-de-lingerence-ira...
(7)https://fr.timesofisrael.com/liveblog_entry/nasrallah-lassaut-du-7-oct...

URL de cet article 39511
  

Le Joueur. Jérôme Kerviel seul contre tous
Paul-Eric BLANRUE
Chris Laffaille, journaliste à Paris-Match, et moi venons d’écrire un livre consacré à Jérôme Kerviel : Le Joueur, Jérôme Kerviel seul contre tous (Scali, 2008). Il s’agit de la première enquête de l’intérieur sur cette incroyable gabegie, qui coûté 5 milliards d’euros à la Société générale (Socgen). Pourquoi un livre sur cette affaire ? Parce que les grands médias ne sont pas parvenus à faire leur job, et notamment à interviewer certaines personnes dont nous avons réussi à obtenir le témoignage. Qui donc ? Des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le Prix Nobel de la Paix, la journaliste Maria Ressa, a déclaré que ce que faisaient Julian Assange et Wikileaks n’était pas du vrai journalisme. Ce qui me fait dire que le Prix Nobel est à la paix et au journalisme ce que le Concours de l’Eurovision est à la musique. »

Viktor Dedaj

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.