RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Israël utilise l’eau comme arme de son génocide à Gaza

En ciblant de manière persistante, systématique et généralisée les sources d’eau et les usines de dessalement de la bande de Gaza, Israël utilise l’eau comme une arme contre les civils palestiniens. En plus d’imposer la famine, Israël réduit délibérément la quantité d’eau disponible pour les résidents de la bande de Gaza, en particulier les sources d’eau potable, ciblant intentionnellement les plus de 2,3 millions de personnes qui y vivent dans le cadre de son génocide qui se poursuit depuis octobre dernier.

Le lundi 1er juillet, l’équipe de terrain d’Euro-Med Monitor a constaté des dommages importants à une usine de dessalement dans le quartier d’Al-Zaytoun, au sud de la ville de Gaza, à la suite d’un tir direct israélien. Un jeune homme qui remplissait un gallon d’eau a été tué et d’autres personnes ont été blessées.

La station, qui fournissait des services à au moins 50 000 personnes dans plusieurs quartiers résidentiels voisins, a subi des dommages importants après avoir été bombardée par l’armée israélienne avec un missile GBU qui a traversé plusieurs étages et a explosé au rez-de-chaussée.

Avec la hausse des températures estivales, la population de la bande de Gaza est confrontée à d’importants problèmes d’accès à l’eau. Les estimations montrent que depuis octobre de l’année dernière, la part d’eau par habitant dans la bande de Gaza a diminué de 97 % en raison de la destruction massive des infrastructures d’eau par Israël.

Par conséquent, en raison du génocide, la quantité d’eau par habitant dans la bande de Gaza est tombée entre 3 et 15 litres par jour, alors qu’en 2022, elle était d’environ 84,6 litres par jour.

Compte tenu des crimes continus perpétrés contre le peuple palestinien, qui le prive des éléments nécessaires à sa survie – comme la destruction de plus de 700 puits et usines de dessalement de l’eau depuis le début du génocide -, toutes les zones de la bande de Gaza connaissent une pénurie d’eau et le système d’égouts est en train de s’effondrer.

Parallèlement, certaines zones du territoire assiégé souffrent d’une pénurie de carburant, dont Israël interdit l’entrée, malgré le grand nombre de victimes – y compris des enfants – causées par des maladies infectieuses et des épidémies qui se propagent par l’accumulation d’eau contaminée en raison de stations d’épuration inopérantes.

La destruction et la dévastation continues par l’armée israélienne rendent la bande de Gaza invivable, en particulier après la destruction par l’armée de 9 réservoirs d’eau sur 10 et de la moitié des réseaux d’eau, soit 350 km sur 700 km.

En outre, en raison des crimes et des politiques arbitraires d’Israël, les six stations d’épuration des eaux usées ont été perturbées, environ 65 pompes à eaux usées ont été arrêtées et 70 km de réseaux d’égouts ont été détruits. Il en résulte un déversement incontrôlé d’eaux usées, estimé à environ 130 000 mètres cubes par jour, sur les routes de la bande de Gaza et dans les abris pour les personnes déplacées.

Selon les estimations des Nations unies, environ 96 % de la population de la bande de Gaza (2,15 millions de personnes) est confrontée à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë. Alors que l’ensemble du territoire est classé en situation d’urgence (phase 4 de l’IPC), plus de 495 000 personnes (22 % de la population) sont toujours confrontées à des niveaux catastrophiques d’insécurité alimentaire aiguë (phase 5 de l’IPC).

Dans cette phase, les ménages sont confrontés à un manque extrême de nourriture, à la famine et à l’épuisement des capacités de survie.

Euro-Med Monitor a averti en janvier dernier que la détresse engloutissait la ville de Gaza et les régions du nord de la bande de manière alarmante – résultat de la coupure de l’approvisionnement en eau par Israël dans la bande, des bombardements israéliens systématiques et intentionnels des sources d’eau et des puits, et d’un manque de carburant nécessaire pour faire fonctionner les installations de conversion et de distribution de l’eau.

Le manque d’eau potable dans la bande de Gaza est devenu une question de vie ou de mort, les habitants étant actuellement contraints de boire de l’eau de puits non traitée en raison des attaques militaires israéliennes incessantes et du manque de nourriture, d’eau et de carburant.

La consommation excessive d’eau salée non potable entraîne une hypertension artérielle, des maladies rénales, un risque accru d’accident vasculaire cérébral, des maladies intestinales et gastriques, des vomissements constants et des diarrhées. Ces effets se traduisent pour finir par une déshydratation excessive des tissus de l’organisme, en particulier des tissus cérébraux.

Euro-Med Monitor a mené une étude analytique en décembre dernier auprès d’un échantillon de 1 200 personnes dans la bande de Gaza afin de déterminer l’impact de la crise humanitaire vécue par les résidents de l’enclave au milieu de la guerre génocidaire d’Israël.

Selon l’étude, le taux d’accès à l’eau dans la bande de Gaza, qu’il s’agisse de l’eau potable, de l’eau pour se laver ou le nettoyage, n’est que de 1,5 litre par personne et par jour. C’est 15 litres de moins que la quantité minimale d’eau nécessaire à la survie au niveau requis par les normes internationales.

Le droit international humanitaire interdit d’attaquer, de détruire ou de perturber les installations vitales nécessaires à la survie de la population civile, telles que les installations et les réseaux d’eau potable. En tant que puissance occupante, Israël est tenu, en vertu du droit humanitaire international, de répondre aux besoins fondamentaux de la population palestinienne de la bande de Gaza et de la protéger.

Le statut de Rome de la Cour pénale internationale prévoit que le fait d’affamer intentionnellement des civils en les « privant d’objets indispensables à leur survie, y compris en faisant délibérément obstacle à l’acheminement des secours » constitue un crime de guerre.

Israël commet des actes de génocide contre la population civile de la bande de Gaza depuis le 7 octobre 2023, conformément au Statut de Rome de la Cour pénale internationale, à la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide et aux décisions judiciaires internationales pertinentes.

Les crimes flagrants d’Israël consistent notamment à priver la population civile de la bande de Gaza d’eau potable en quantité suffisante, ce qui lui a causé des dommages graves et intentionnels et l’a enfermée dans des conditions de vie destinées à la détruire.

»» https://www.chroniquepalestine.com/israel-utilise-eau-comme-arme-genocide-gaza/
URL de cet article 39729
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et, en un tour de mains, ils créeront assez d’argent pour la racheter. ôtez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais, si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits.

Sir Josiah Stamp,
Directeur de la Banque d’Angleterre 1928-1941,
2ème fortune d’Angleterre.

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.