RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Eau
Aïe, c’est justement le jour où on en mangeait (un gilet jaune)

Lettre ouverte aux 500 signataires de l’appel à des lundis sans viande

Paul ARIES

Les lundis sans viande ne sont pas nécessairement verts. Remplacer la viande (industrielle) par des produits encore plus industriels (viande à partir de cellules souches, céréales industrielles, produits OGM) ne fait pas progresser d’un iota.

La seule alternative : retour à l’élevage fermier et à l’agriculture paysanne ! Les Lundis sans viande ne doivent pas être le faux nez des biotech alimentaires et des grandes firmes. Les véritables vandales du climat ne sont pas les « viandales » comme les vomit Eymeric Caron, mais les Bill Gates, Richard Branson (Virgin), Sundar Pichai (Google), tous fans d’une agriculture biotech. L’année 2019 commence par un appel moralisateur adressé au peuple par 500 personnalités en faveur de lundis sans viande mais ces journées sans viande ne sont pas nécessairement des journées vertes comme l’affirment les signataires. Le petit monde favorable aux biotechnologies alimentaires soutient cette initiative pour imposer ses fausses solutions. Benjamin Netanyahu promeut par exemple ces lundis sans viande pour favoriser l’essor des « fausses viandes » industrielles réalisées à partir de cellules souches. Cet appel qui collectionne les faux-semblants évite de fâcher ceux qui vandalisent vraiment la planète. Salauds de (...) Lire la suite »
50 
Aux Etats-Unis, les Sioux se battent contre un projet d’oléoduc géant

"L’eau c’est la vie" Les Indiens dans nos têtes

Yona Helaoua

Depuis plusieurs mois, des tribus sioux du nord des États-Unis luttent contre le projet d’oléoduc Dakota Access, qui menace leur approvisionnement en eau et les terres sacrées de leurs ancêtres. Un juge fédéral vient de rejeter leur requête, mais le département de la Justice réclame une suspension des travaux le temps de mener une consultation.

Washington (États-Unis), correspondance « Mni wiconi. » Dans la langue des Lakota, une tribu sioux du nord des États-Unis, cela signifie : « L’eau, c’est la vie. » La bataille qui se déroule en ce moment dans le Dakota du Nord a pour point de départ l’eau de la rivière Missouri, mais ses enjeux sont bien plus grands. Elle a démarré il y a quelques mois et a culminé le week-end dernier, quand des manifestants pacifiques ont été attaqués par les chiens d’une société de sécurité surveillant les travaux d’un nouvel oléoduc. Le combat a commencé le 1er avril. Pour lutter contre le passage de cet oléoduc tout près de la réserve indienne de Standing Rock, plusieurs tribus sioux ont créé, à quelques kilomètres de là, le Sacred Stone Camp, un camp de fortune situé dans la zone de Cannon Ball. Depuis, plusieurs milliers de personnes, dont les représentants de 200 tribus, selon Reuters, sont venues les rejoindre. Ce nouvel oléoduc à 3,7 milliards de dollars, dont le tracé a reçu une autorisation fédérale, s’appelle le « (...) Lire la suite »

Pour plaire à Veolia et Suez, intercludenda est aqua

Bernard GENSANE

Depuis deux ans, les coupures d’eau étaient interdites en France, comme dans de nombreux autres pays. Le principe du droit à l’eau a été reconnu par l’ONU en 2010. Le Sénat, par un vote furtif en pleine nuit, a décidé de remettre en cause ce principe de dignité humaine.

En 2013, le député socialiste Brottes avait fait ratifier le principe du droit à l’eau. Les grands distributeurs d’eau s’en étaient tamponné le coquillard jusqu’à ce que France Libertés (fondée par Danielle Mitterrand) et la Coordination Eau Île-de-France estent en justice. Ainsi, la Lyonnaise des Eaux fut condamnée pour avoir coupé l’eau à un usager qui n’avait pas payé ses factures. La loi lui interdisait de le faire. La société fut condamnée à payer 5 000 euros de dommages et intérêts. Selon la Coordination Eau Île-de-France, les coupures ne concernaient pas que des personnes en situation de précarité. C’était le cas, par exemple, des personnes de retour d’un séjour à l’hôpital. Il va der soi que si l’eau, ce bien essentiel, « naturel », n’avait pas été privatisée, nous n’en serions pas là. Trois grands groupes se partagent la gestion déléguée de ce bien (les infrastructures, ce qui coûte cher à entretenir et à changer restant à la charge de l’État) : Vivendi, Suez et Bouygues-Saur. En gros, une bonne partie de notre (...) Lire la suite »
Crever en paix, à l’air pur et en zone humide.

Tir de barrage

Vanessa Ikonomoff

LGS a reçu cet article qui est un commentaire paru dans l’édition du 25/11/14 du mensuel Bastille-République-Nations.

Nous le soumettons au débat, en complément de ceux que nous avons publiés sur le sujet et qui se distinguaient par une autre approche.
LGS

Le projet de barrage qui devait être édifié à Sivens (Tarn) est suspendu après la mort d’un jeune manifestant, consécutive à un tir de grenade par les forces de gendarmerie. Le décès d’un homme impose la retenue. Valide-t-il pour autant la cause que celui-ci entendait défendre ? Le projet de barrage qui devait être édifié à Sivens (Tarn) est suspendu après la mort d’un jeune manifestant, consécutive à un tir de grenade par les forces de gendarmerie. Le décès d’un homme impose la retenue. Valide-t-il pour autant la cause que celui-ci entendait défendre ? Suffit-il désormais d’exciper d’un martyr pour gagner une bataille ? Et si, par malheur, les ouvriers de Florange ou de Good Year avaient déploré une victime dans leurs rangs, les pouvoirs publics eussent-ils organisé dare-dare le sauvetage de leurs usines respectives ? On en doute, tant l’émotion médiatique semble à géométrie variable. Et tant pis pour les habitants pro-barrage qui ont défilé par milliers à Albi le 15 novembre. L’empathie ne paraît (...) Lire la suite »
18 

Coupures d’eau : comment les multinationales ignorent délibérément la loi

Olivier Petitjean
Près de deux millions de personnes en France ne disposent pas d’un accès suffisant à l’eau, du fait de leur situation précaire... ou des pratiques illégales de leur fournisseur. Bien que les coupures d’eau soient interdites depuis un an, les compagnies en charge de ce service – Veolia et Suez en tête – ne semblent pas pressées de respecter une loi qui va à l’encontre d’habitudes commerciales bien établies. La société civile se mobilise pour les obliger à respecter les nouvelles dispositions légales, au besoin en saisissant la justice, et à renforcer la reconnaissance officielle du droit à l’eau en France. Un droit dont sont encore privés des dizaines de milliers de sans domiciles. En France, il est désormais formellement interdit, depuis le vote en avril 2013 de la loi Brottes (du nom du député socialiste de l’Isère, François Brottes), de procéder à des coupures d’eau chez des particuliers pour factures impayées, quelle que soit la période de l’année. Problème : ces nouvelles dispositions légales, qui (...) Lire la suite »

Les élites de Detroit déclarent que « l’eau n’est pas un droit social »

Jerry White
Les coupures d'eau à des dizaines de milliers d'habitants de Detroit ont attiré l'attention nationale et internationale. Les scènes de jeunes mères, d'enfants, de personnes âgées, de travailleurs malades et à faible revenu privés d'eau potable, pour se laver et cuisiner – dans ce qui est censé être le pays le plus riche au monde – ont provoqué étonnement et répulsion. Cette politique barbare est devenue une question politique majeure à Detroit. La semaine dernière, un juge fédéral supervisant la procédure de faillite de la ville s'est plaint que les coupures d'eau produisaient « beaucoup de colère » et donnaient à Detroit « toute une réputation, non seulement dans le pays, mais dans le monde entier ». L'opposition produite par les coupures d'eau, a-t-il prévenu, pourrait menacer le plan de la ville d'imposer des réductions profondément impopulaires sur les pensions des employés municipaux et dans les prestations de soins de santé. La condamnation quasi universelle, accompagnée d'accusations de l'ONU selon (...) Lire la suite »

Le parlement européen a enfin adopté la norme !

Babeth

Tout le monde l’attendait. Babeth transmet à la blogosphère cette information absolument capitale, à ne manquer sous aucun prétexte.

Je suis certain qu'il vous est arrivé, assis sur le trône dans la position du "penseur" de Rodin de vous demander à quoi sert le parlement européen, ce ramassis de gens payés à prix d'or pour détruire la notion même de "nation". Et bien, voici un exemple concret de l'utilité du parlement européen et de la commission de Bruxelles. En l'occurrence il s'agit de grosse commission. Depuis cette directive européenne, je tremble. Et si mes "GOG'S" n'étaient pas aux normes ? Dois-je aller clandestinement déféquer "à la turc" au fond de mon jardin ? La bonne nouvelle : le parlement européen a enfin adopté la norme.... Ouf, ils y sont arrivés !!!! Je comprends pourquoi nos hommes politiques veulent se faire élire au Parlement Européen ! Ne riez pas c'est très important !!! Vous vous demandiez à quoi servait la Parlement européenne ? Voila la réponse ! Le dernier projet de la Commission : Normaliser la contenance des cuves de WC dans l'Union. Vous ne rêvez pas ! Après 3 ans de recherches (on n'invente (...) Lire la suite »

Israël asphyxie les Gazaouis pour qu’ils se révoltent contre le Hamas

Hani AL-BASSOS

Press TV a interrogé Hani al-Bassos, de l’Université Islamique de Gaza, au sujet d’une organisation environnementale selon laquelle l’implacable siège de la bande de Gaza par Israël provoque une pénurie d’eau qui s’aggrave sans cesse dans la misérable enclave côtière.

Press TV : Hani al-Bassos, les médias dominants ne s'y intéressent pas, mais ce qui se passe est très inquiétant. Parlons d'abord du manque d'eau dont souffrent les Palestiniens auquel s'ajoutent les maladies dues à l'eau polluée alors que, de l'autre côté, les Israéliens ont de l'eau plus qu'il n'en faut ; je crois qu'ils bénéficient d'environ 30 ou 40 fois plus d'eau que la moyenne des Gazaouis, c'est bien ça ? Al-Bassos : En effet, l'occupation a renforcé le siège au cours des 6 derniers mois et cela a aggravé la situation. Le blocus est beaucoup plus dur qu'il ne l'était. Le blocus affecte la vie en général mais il provoque tout particulièrement une pénurie d'eau et des problèmes dans la traitement de l'eau que les autorités de Gaza ne sont pas à même de résoudre. Il n'y a pas assez d'eau potable pour les besoins des habitants. Les forces d'occupation font depuis toujours tout ce qu'elles peuvent pour priver d'eau la bande de Gaza. La bande de Gaza est une petite enclave dans laquelle s'entassent (...) Lire la suite »

Tunisie : La feuille de route pour sauver le pays de la banqueroute

Cheikhalifa Mohamed

La mise en parallèle du déficit commercial structurel avec les importations des produits de bases que sont ceux de l’agriculture et de l’énergie fossile, montre bien que l’avantage comparatif, dont bénéficie la Tunisie en énergie solaire, constitue une opportunité indéniable pour mettre à profit un développement durable et écologique digne ce siècle et qui sera salutaire pour la nouvelle Démocratie naissante !

Prologue : Déficit commercial et importation des Produits de Base Unité = Milliard de Dinars Tunisiens Importation des produits de Base : Année Agricoles Énergies Total D.commercial 2010 3,2 3,8 7 8,3 2011 4 4,8 8,8 8,6 2012 4,3 6,4 10,7 11,6 Ici apparaît, bien clairement dans ce tableau, les éléments majeurs à travers lesquels on peut analyser les maux ‘structurant ‘ l’économie tunisienne ! Le déficit de la balance commerciale est justifié, majoritairement, par l’importation des produits de base. Ce déficit est allé crescendo depuis 1960, où il était de l’ordre de 30 M, jusqu’à atteindre 11,6 MD en 2012. Le long de cette très longue période, notre balance commerciale n’a jamais été excédentaire ! 1) Les produits agricoles : La majorité des produits agricoles importés n’est pas étrangère à notre agriculture : Blés, orges, sucre, huile alimentaire, légumineuses, graines oléagineuses, viandes, coton, fruits secs,riz etc… Au contraire, on est capable d’en produire sur nos terres. Par exemple pour ce qui est de (...) Lire la suite »

Pollutions en tous genres

Écologie Nature

Pendant des siècles, compte tenu de la faible densité des populations et de l’absence de véritables technologies, la pollution se résumait en fait à une forme « naturelle » de dégradation, inévitable lorsqu’un être vivant interagit avec son environnement. Si l’agriculture a modifié les paysages, et fait reculer la forêt, elle ne bouleversait guère, pendant des siècles, l’équilibre écologique. Toutefois, avec la croissance démographique et le développement des industries, la pollution a gagné du terrain, sur terre, dans l’air et même dans l’espace...

Sombre bilan C'est à partir de la révolution industrielle, à la fin du XVIIIe siècle, que l'on commence à ressentir d'une manière significative l'action de l'homme sur son environnement, et en particulier sur l'atmosphère. La notion de risque pour le milieu naturel et ses hôtes étant encore assez largement absente des esprits, les usines déversaient sans vergogne quantités de substances nocives dans les airs et les rivières. Quand bien même les idées écologiques se seraient-elles manifestées à cette époque, elles n'auraient certainement pas été entendues, tant la civilisation occidentale était obnubilée par le progrès des sciences et des techniques. Après la Seconde Guerre mondiale, cette action néfaste s'est très largement intensifiée et diversifiée. On a observé une augmentation importante des gaz produits lors des combustions, comme le gaz carbonique (ou dioxyde de carbone). Cette augmentation est liée à l'utilisation de combustibles fossiles ( pétrole, charbon, gaz naturel) par les centrales thermiques (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20