Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Pour plaire à Veolia et Suez, intercludenda est aqua

Depuis deux ans, les coupures d’eau étaient interdites en France, comme dans de nombreux autres pays. Le principe du droit à l’eau a été reconnu par l’ONU en 2010. Le Sénat, par un vote furtif en pleine nuit, a décidé de remettre en cause ce principe de dignité humaine.

En 2013, le député socialiste Brottes avait fait ratifier le principe du droit à l’eau. Les grands distributeurs d’eau s’en étaient tamponné le coquillard jusqu’à ce que France Libertés (fondée par Danielle Mitterrand) et la Coordination Eau Île-de-France estent en justice. Ainsi, la Lyonnaise des Eaux fut condamnée pour avoir coupé l’eau à un usager qui n’avait pas payé ses factures. La loi lui interdisait de le faire. La société fut condamnée à payer 5 000 euros de dommages et intérêts. Selon la Coordination Eau Île-de-France, les coupures ne concernaient pas que des personnes en situation de précarité. C’était le cas, par exemple, des personnes de retour d’un séjour à l’hôpital.
Il va der soi que si l’eau, ce bien essentiel, « naturel », n’avait pas été privatisée, nous n’en serions pas là. Trois grands groupes se partagent la gestion déléguée de ce bien (les infrastructures, ce qui coûte cher à entretenir et à changer restant à la charge de l’État) : Vivendi, Suez et Bouygues-Saur. En gros, une bonne partie de notre eau appartient à des banquiers. Ces trois groupes offrent aux élus locaux (le premier qui me parle de pots de vin – sic – lorsqu’un élu local privatise l’eau dont il avait la charge, je le noie) des services qui leur rapportent gros comme de l’ingénierie financière ou de la gestion d’équipements, des maisons de retraite médicalisée, du câble. Notre eau appartient à des multinationales qui se jouent de l’État, des lois, des règles fiscales et qui interviennent dans le monde entier.

On comprend que ces mastodontes en aient eu ras la gouttière de se voir condamner pour trois francs six sous (à leur échelle), les juges donnant presque toujours raison à David contre Goliath. Ils ont donc demandé à leur meilleur ami au Sénat, le sénateur-maire UMP de Saint-Maurice (dans le Val de Marne) Christian Cambon, vice-président du Syndicat des eaux d’Île-de-France (le plus important du pays), à ce titre très proche de Veolia, d’intervenir. Cambon nage de concert dans l’eau potable puisque son dauphin désigné à la mairie de Saint-Maurice est le directeur des relations extérieures de la Lyonnaise des Eaux (Suez) et trésorier de la Fédération professionnelle des entreprises de l’eau (FP2E).

Cambon a proposé un amendement au projet de loi sur la transition énergétique (quel joli nom pour une loi !) autorisant de nouveau les coupures d’eau, sauf pour les bénéficiaires d’aides sociales. Nos bons maîtres sont trop bons. Y compris Ségolène Royal qui s’est rangée du côté du sénateur. Pour justifier ce revirement, Cambon et les siens ont avancé un argument à leurs yeux imparable : parmi les non payeurs, de mauvais citoyens pourraient payer mais ils se soustraient à cette obligation. Je parierais ma dernière gourde que Cambon sera volontaire pour trier le bon grain de l’ivraie, à savoir les vrais cas sociaux des tricheurs. Il ira de maison en maison avec sa baguette de coudrier, et alors, gare aux buveurs d’eau !

Il n’y a pas qu’à Bruxelles que les lobbies écrivent les lois.

A lire également.

URL de cet article 28121
   
Même Auteur
Éric Laurent. Le scandale des délocalisations.
Bernard GENSANE
Ce livre remarquable est bien la preuve que, pour l’hyperbourgeoisie, la crise n’est pas le problème, c’est la solution. Éric Laurent n’appartient pas à la gauche. Il est parfois complaisant (voir ses livres sur Hassan II ou Konan Bédié). Mais dans le métier, on dit de lui qu’il est un " journaliste d’investigation " , c’est-à -dire … un journaliste. Un vrai. Sa dénonciation des délocalisations, par les patronats étatsunien et français en particulier, est puissamment documentée et offre une (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La gauche n’a pas la moindre putain d’idée du monde dans lequel elle vit.

José Saramago


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.