Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

50 
Aïe, c’est justement le jour où on en mangeait (un gilet jaune)

Lettre ouverte aux 500 signataires de l’appel à des lundis sans viande

Les lundis sans viande ne sont pas nécessairement verts. Remplacer la viande (industrielle) par des produits encore plus industriels (viande à partir de cellules souches, céréales industrielles, produits OGM) ne fait pas progresser d’un iota.

La seule alternative : retour à l’élevage fermier et à l’agriculture paysanne ! Les Lundis sans viande ne doivent pas être le faux nez des biotech alimentaires et des grandes firmes. Les véritables vandales du climat ne sont pas les « viandales » comme les vomit Eymeric Caron, mais les Bill Gates, Richard Branson (Virgin), Sundar Pichai (Google), tous fans d’une agriculture biotech.

L’année 2019 commence par un appel moralisateur adressé au peuple par 500 personnalités en faveur de lundis sans viande mais ces journées sans viande ne sont pas nécessairement des journées vertes comme l’affirment les signataires. Le petit monde favorable aux biotechnologies alimentaires soutient cette initiative pour imposer ses fausses solutions. Benjamin Netanyahu promeut par exemple ces lundis sans viande pour favoriser l’essor des « fausses viandes » industrielles réalisées à partir de cellules souches. Cet appel qui collectionne les faux-semblants évite de fâcher ceux qui vandalisent vraiment la planète.

Salauds de viandistes qui affamez l’humanité !
Les omnivores seraient responsables de la famine car il faudrait davantage de calories végétales pour produire une seule calorie animale. Cette thèse a pour elle sa simplicité mais elle est fausse. Il n’existe pas de concurrence entre les besoins des animaux et ceux des humains, tout dépend du type d’élevage. Les calories consommées par la vache au pâturage ne sont pas consommables directement par les humains car nous ne pouvons pas manger de l’herbe.

Le vrai scandale c’est que se développe l’élevage industriel qui utilise davantage de productions céréales (notamment du soja) et beaucoup moins d’herbes. Le vrai scandale, c’est qu’une part croissante des productions végétales soit utilisée pour produire de l’éthanol et du bioéthanol afin de nourrir les… voitures. Le vrai scandale, c’est que nos aliments soient devenus des pétro-aliments : en 1940, une ferme produisait deux calories d’énergie alimentaire par calorie d’énergie fossile utilisée ; en 2018, elle en consomme plus qu’elle en produit. La solution qu’on veut nous imposer des biotechnologies véganes est énergivore.

Salauds de viandistes qui causez le réchauffement planétaire !
Les omnivores seraient responsable du réchauffement planétaire car, selon la dernière étude de la FAO, l’élevage représenterait 14 % des émissions de GES (gaz à effet de serre). La suppression de l’élevage n’aurait pas cependant les effets bénéfiques attendus car elle transférerait un petit tiers des émissions sur l’agriculture, puisque si nous ne mangeons plus d’animaux nous consommerons plus de végétaux ; nous perdrions également la possibilité de relocaliser largement notre alimentation puisque l’agriculture est moins relocalisable que l’élevage, pour des raisons de climat, sauf à développer les productions hors sol, en serres chauffées, alors qu’il serait facile d’interdire les transports occasionnés par les centres d’engraissement à l’étranger et de généraliser l’abattage sur place.

L’essentiel est cependant ailleurs puisque l’élevage traditionnel présente un effet positif en termes d’émissions de GES, puisque les prairies constituent des puits et non des sources de carbone, celles de moyennes montages piègent 1 tonne par hectare/an.

Le principal effort doit porter sur l’autonomie alimentaire des fermes d’élevage en privilégiant les mélanges céréales et protéagineux, en sortant les animaux plus tôt, en développant le pâturage tournant, en plantant davantage de légumineuses, en revenant à des types génétiques plus adaptés aux milieux… La solution qu’on veut nous imposer des biotechnologies véganes est celle d’une fuite en avant dans un modèle productiviste responsable des méfaits actuels.

Salauds de viandistes qui assoiffez toute l’humanité !
Les omnivores seraient responsables du gaspillage de l’eau comme semblent le montrer les chiffres : 1 kg de blé équivaut à 60 litres, un kg de viande à 15 000. Ces chiffres sont justes, mais ils nous parlent de ce que les experts nomment l’eau virtuelle qui n’a rien de commun avec une eau gaspillée… On ne « consomme » pas 15 000 litres d’eau pour produire un Kg de bœuf…

Cette notion comptabilise trois types d’eau : l’eau bleue qui correspond à l’eau réellement consommée, l’eau grise qui est celle nécessaire pour traiter l’eau et l’eau verte qui représente la totalité de l’eau de pluie stockée dans le sol… Cette eau grise atteint 94 % du total lorsque l’animal est élevé en pâturage. Les animaux élevés en plein champ consomment plus d’eau verte… donc d’eau virtuelle que ceux élevés industriellement dans des élevages hors-sol… Ces chiffres ne sont donc valables que pour le bétail nourri aux grains ! Sinon le nombre de calories produit par litre d’eau est sensiblement le même pour un kg de blé et de bœuf…

La baisse mondiale de la qualité de l’eau provient d’ailleurs davantage des activités agricoles en raison des pesticides, herbicides, engrais. L’irrigation qui représente 70 % des prélèvements, affiche des taux de perte de 40 à 60 % et engendre une salinisation qui stérilise les sols et tue la faune. La vraie question n’est pas celle de la quantité d’eau virtuelle consommée par l’élevage mais celle de sa qualité à l’issue des multiples activités… Ainsi Coca-Cola ponctionne 30,4 milliards de mètres cubes d’eau, soit plus que le quart de l’humanité et cette eau utilisée industriellement doit être ensuite traitée.

Depuis toujours, je combats pour une réduction de la consommation carnée dans les pays du Nord mais cet objectif salutaire ne doit pas être instrumentalisé ni par l’antispécisme végan ni par les firmes qui promeuvent les biotechnologies et les fausses viandes à partir de cellules souches mais seulement dans le cadre d’une nouvelle alliance entre les animaux, les éleveurs et les mangeurs comme nous le défendions avec Jean Ziegler, Carlo Pétrini et Josef Zisyadis.

Paul Ariès
Politologue,
auteur de : Lettre ouverte aux mangeurs de viandes
qui souhaitent le rester sans culpabiliser
(Larousse, janvier 2019).

URL de cet article 34383
   
Comment la mondialisation a tué l’écologie
Aurélien BERNIER
Le débat scientifique sur la réalité du changement climatique a ses imposteurs. Mais, en matière d’environnement, les plus grandes impostures se situent dans le champ politique. Lorsque l’écologie émerge dans le débat public au début des années 1970, les grandes puissances économiques comprennent qu’un danger se profile. Alors que la mondialisation du capitalisme se met en place grâce à la stratégie du libre échange, l’écologie politique pourrait remettre en cause le productivisme, l’intensification du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si j’étais le président, je pourrais arrêter le terrorisme contre les Etats-Unis en quelques jours. Définitivement. D’abord je demanderais pardon - très publiquement et très sincèrement - à tous les veuves et orphelins, les victimes de tortures et les pauvres, et les millions et millions d’autres victimes de l’Impérialisme Américain. Puis j’annoncerais la fin des interventions des Etats-Unis à travers le monde et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51ème Etat de l’Union mais - bizarrement - un pays étranger. Je réduirais alors le budget militaire d’au moins 90% et consacrerais les économies réalisées à indemniser nos victimes et à réparer les dégâts provoqués par nos bombardements. Il y aurait suffisamment d’argent. Savez-vous à combien s’élève le budget militaire pour une année ? Une seule année. A plus de 20.000 dollars par heure depuis la naissance de Jésus Christ.

Voilà ce que je ferais au cours de mes trois premiers jours à la Maison Blanche.

Le quatrième jour, je serais assassiné.

William Blum


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.