Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

50 
Aïe, c’est justement le jour où on en mangeait (un gilet jaune)

Lettre ouverte aux 500 signataires de l’appel à des lundis sans viande

Les lundis sans viande ne sont pas nécessairement verts. Remplacer la viande (industrielle) par des produits encore plus industriels (viande à partir de cellules souches, céréales industrielles, produits OGM) ne fait pas progresser d’un iota.

La seule alternative : retour à l’élevage fermier et à l’agriculture paysanne ! Les Lundis sans viande ne doivent pas être le faux nez des biotech alimentaires et des grandes firmes. Les véritables vandales du climat ne sont pas les « viandales » comme les vomit Eymeric Caron, mais les Bill Gates, Richard Branson (Virgin), Sundar Pichai (Google), tous fans d’une agriculture biotech.

L’année 2019 commence par un appel moralisateur adressé au peuple par 500 personnalités en faveur de lundis sans viande mais ces journées sans viande ne sont pas nécessairement des journées vertes comme l’affirment les signataires. Le petit monde favorable aux biotechnologies alimentaires soutient cette initiative pour imposer ses fausses solutions. Benjamin Netanyahu promeut par exemple ces lundis sans viande pour favoriser l’essor des « fausses viandes » industrielles réalisées à partir de cellules souches. Cet appel qui collectionne les faux-semblants évite de fâcher ceux qui vandalisent vraiment la planète.

Salauds de viandistes qui affamez l’humanité !
Les omnivores seraient responsables de la famine car il faudrait davantage de calories végétales pour produire une seule calorie animale. Cette thèse a pour elle sa simplicité mais elle est fausse. Il n’existe pas de concurrence entre les besoins des animaux et ceux des humains, tout dépend du type d’élevage. Les calories consommées par la vache au pâturage ne sont pas consommables directement par les humains car nous ne pouvons pas manger de l’herbe.

Le vrai scandale c’est que se développe l’élevage industriel qui utilise davantage de productions céréales (notamment du soja) et beaucoup moins d’herbes. Le vrai scandale, c’est qu’une part croissante des productions végétales soit utilisée pour produire de l’éthanol et du bioéthanol afin de nourrir les… voitures. Le vrai scandale, c’est que nos aliments soient devenus des pétro-aliments : en 1940, une ferme produisait deux calories d’énergie alimentaire par calorie d’énergie fossile utilisée ; en 2018, elle en consomme plus qu’elle en produit. La solution qu’on veut nous imposer des biotechnologies véganes est énergivore.

Salauds de viandistes qui causez le réchauffement planétaire !
Les omnivores seraient responsable du réchauffement planétaire car, selon la dernière étude de la FAO, l’élevage représenterait 14 % des émissions de GES (gaz à effet de serre). La suppression de l’élevage n’aurait pas cependant les effets bénéfiques attendus car elle transférerait un petit tiers des émissions sur l’agriculture, puisque si nous ne mangeons plus d’animaux nous consommerons plus de végétaux ; nous perdrions également la possibilité de relocaliser largement notre alimentation puisque l’agriculture est moins relocalisable que l’élevage, pour des raisons de climat, sauf à développer les productions hors sol, en serres chauffées, alors qu’il serait facile d’interdire les transports occasionnés par les centres d’engraissement à l’étranger et de généraliser l’abattage sur place.

L’essentiel est cependant ailleurs puisque l’élevage traditionnel présente un effet positif en termes d’émissions de GES, puisque les prairies constituent des puits et non des sources de carbone, celles de moyennes montages piègent 1 tonne par hectare/an.

Le principal effort doit porter sur l’autonomie alimentaire des fermes d’élevage en privilégiant les mélanges céréales et protéagineux, en sortant les animaux plus tôt, en développant le pâturage tournant, en plantant davantage de légumineuses, en revenant à des types génétiques plus adaptés aux milieux… La solution qu’on veut nous imposer des biotechnologies véganes est celle d’une fuite en avant dans un modèle productiviste responsable des méfaits actuels.

Salauds de viandistes qui assoiffez toute l’humanité !
Les omnivores seraient responsables du gaspillage de l’eau comme semblent le montrer les chiffres : 1 kg de blé équivaut à 60 litres, un kg de viande à 15 000. Ces chiffres sont justes, mais ils nous parlent de ce que les experts nomment l’eau virtuelle qui n’a rien de commun avec une eau gaspillée… On ne « consomme » pas 15 000 litres d’eau pour produire un Kg de bœuf…

Cette notion comptabilise trois types d’eau : l’eau bleue qui correspond à l’eau réellement consommée, l’eau grise qui est celle nécessaire pour traiter l’eau et l’eau verte qui représente la totalité de l’eau de pluie stockée dans le sol… Cette eau grise atteint 94 % du total lorsque l’animal est élevé en pâturage. Les animaux élevés en plein champ consomment plus d’eau verte… donc d’eau virtuelle que ceux élevés industriellement dans des élevages hors-sol… Ces chiffres ne sont donc valables que pour le bétail nourri aux grains ! Sinon le nombre de calories produit par litre d’eau est sensiblement le même pour un kg de blé et de bœuf…

La baisse mondiale de la qualité de l’eau provient d’ailleurs davantage des activités agricoles en raison des pesticides, herbicides, engrais. L’irrigation qui représente 70 % des prélèvements, affiche des taux de perte de 40 à 60 % et engendre une salinisation qui stérilise les sols et tue la faune. La vraie question n’est pas celle de la quantité d’eau virtuelle consommée par l’élevage mais celle de sa qualité à l’issue des multiples activités… Ainsi Coca-Cola ponctionne 30,4 milliards de mètres cubes d’eau, soit plus que le quart de l’humanité et cette eau utilisée industriellement doit être ensuite traitée.

Depuis toujours, je combats pour une réduction de la consommation carnée dans les pays du Nord mais cet objectif salutaire ne doit pas être instrumentalisé ni par l’antispécisme végan ni par les firmes qui promeuvent les biotechnologies et les fausses viandes à partir de cellules souches mais seulement dans le cadre d’une nouvelle alliance entre les animaux, les éleveurs et les mangeurs comme nous le défendions avec Jean Ziegler, Carlo Pétrini et Josef Zisyadis.

Paul Ariès
Politologue,
auteur de : Lettre ouverte aux mangeurs de viandes
qui souhaitent le rester sans culpabiliser
(Larousse, janvier 2019).

URL de cet article 34383
   
Communication aux lecteurs
PARIS - Rassemblement pour Julian Assange (Acte IV)
Samedi 20 avril 2019

Avec les Gilets Jaunes.

Participation aux cortèges avec panneaux et banderoles de soutien à Julian Assange

A l’appel de citoyens engagés

"Pas d’extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis"

Un page de ressources sur Julian Assange
https://www.legrandsoir.info/julian-assange-prisonnier-politique-depui...

L’Équipe de choc de la CIA
Hernando CALVO OSPINA
Le 18 Avril 2009, les autorités des États-Unis faisaient détourner un avion d’Air France qui devait survoler leur territoire pour la seule raison que l’auteur de ce livre, Hernando Calvo Ospina, était à son bord ! La publication de ce livre ayant été annoncée par la presse... Mais tout ce qui est écrit ici est vérifiable auprès des meilleures sources, notamment étasuniennes. On aura beau chercher, on ne trouvera jamais une autre équipe ayant de tels antécédents. Il s’agit bel et bien du groupe d’agents (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.