RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Aucune trace de coups, d’hémorragies internes trouvées sur le corps d’Amini

Le directeur général de la médecine légale de la province de Téhéran a déclaré que l'autopsie pratiquée sur le corps de Mahsa Amini n'avait révélé aucun saignement ni rupture de ses organes internes.

Le directeur général de la médecine légale de la province de Téhéran a déclaré mercredi qu’il n’y avait aucune trace de coups ou de blessures sur la tête et le visage de feu l’Iranienne Mahsa Amini.

« Concernant les informations trompeuses sur le sang sortant des oreilles d’Amini et une fracture à la base de son crâne, nous, médecins légistes, confirmons qu’il n’y a aucun signe d’ecchymose ou de gonflement sur son oeil et aucune fracture de son crâne non plus », a déclaré le directeur général.

Le rapport médico-légal a montré qu’il n’y avait aucun signe de fracture du crâne et l’autopsie effectuée sur le corps d’Amini n’a révélé aucun saignement ni rupture de ses organes internes.

Selon le directeur général de la médecine légale à Téhéran, il faut plus de temps pour trouver la cause réelle du décès d’Amini afin de publier un rapport final basé sur les résultats de l’analyse des échantillons prélevés.

Il est à noter que « Mahsa Amini a subi une opération au cerveau dans un hôpital de Téhéran en 2006 », comme l’a révélé le directeur général.

Il convient de noter que le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a souligné mardi « qu’une enquête a été ordonnée sur la mort tragique de Mahsa, qui, comme l’a dit le président, était comme nos propres filles ».

Selon le ministre iranien, « pour l’Iran, les droits de l’homme ont une valeur inhérente contrairement à ceux qui y voient un outil contre des adversaires », faisant allusion aux États-Unis.

Une enquête a été ordonnée sur la mort tragique de Mahsa, qui, comme l’a dit le président, était comme nos propres filles.

Pour l’Iran, les droits de l’homme ont une valeur inhérente, contrairement à ceux qui y voient un outil contre des adversaires.

Au lieu de verser des larmes de crocodile, les États-Unis devraient mettre fin à leur #TerrorismeEconomique
– H.Amirabdollahian امیرعبداللهیان (@Amirabdolahian) 20 septembre 2022

https://twitter.com/Amirabdolahian/status/1572191212215627777

Mahsa Amini est une Iranienne de 22 ans dont le cas a été exploité par plusieurs médias occidentaux afin de promouvoir davantage d’iranophobie en fabriquant des mensonges et en utilisant son état de santé qui a conduit à sa mort, à des fins purement politiques.

Les médias grand public et sociaux ont été inondés de fausses nouvelles, car certains médias, principalement occidentaux, ont affirmé qu’une prétendue arrestation brutale avait entraîné la mort d’Amini.

À la suite de l’incident, le président iranien Ebrahim Raisi a appelé la famille d’Amini, confirmant qu’il avait ordonné que l’incident fasse l’objet d’une enquête approfondie.

« Votre fille est comme ma propre fille, et j’ai le sentiment que cet incident est arrivé à l’un de mes proches. Veuillez accepter mes condoléances », a déclaré Raisi à la famille d’Amini.

Plus tôt, le chef du pouvoir judiciaire iranien, Gholam-Hossein Mohseni Ejei, a souligné que le pouvoir judiciaire enquêtera de près sur le cas de la mort d’Amini, assurant à sa famille qu’il a ordonné aux organes judiciaires de mener une enquête approfondie sur l’affaire.

L’histoire telle qu’elle est

Après avoir contacté plusieurs sources officielles en Iran, Al Mayadeen a appris qu’Amini n’avait jamais été agressé, battu ou maltraité, la preuve en étant les enregistrements de CCTV qui ont démenti les rapports occidentaux comme étant faux et fabriqués.

L’incident, enregistré par CCTV, montre une policière s’approchant d’Amini et pointant son hijab. Amini et l’officier sont entrés dans un désaccord verbal, après quoi l’officier s’est retourné et a laissé Amini seul.

À ce stade, et sans qu’aucune altercation physique n’ait lieu entre les deux - contrairement aux médias occidentaux qui affirmaient qu’Amini avait été brutalement battue - Amini s’est évanouie et il a été rapporté plus tard qu’elle était tombée dans le coma. On peut voir l’officier de police se précipiter pour soutenir Amini pour l’empêcher de tomber. Amini a ensuite été transféré à l’hôpital pour y être soignée.

La vidéo montre qu’il n’y a eu ni violence ni passage à tabac et qu’il n’y a même pas eu d’arrestation. Des sources officielles ont déclaré à Al Mayadeen qu’Amini avait une tumeur au cerveau et qu’elle suivait un traitement depuis un certain temps avant l’incident. Les dossiers médicaux confirment les multiples visites d’Amini à l’hôpital pour des traitements.

»» https://english.almayadeen.net/news/politics/no-traces-of-beating-inte...
URL de cet article 38245
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Le Printemps des Sayanim
Jacob COHEN
Interview de l’auteur. Pourquoi ce titre ? J’ai voulu que le terme « sayanim » apparaisse d’emblée et interpelle le lecteur. On se pose la question, et la définition se trouve juste dans les premières lignes de la 4e. La problématique est installée, sans faux-fuyants, et sans réserve. Idéalement, j’aimerais que ce terme entre dans le vocabulaire courant, dans les analyses, et dans les commentaires. Voulez-vous nous la rappeler ? Les sayanim - informateurs en hébreu - sont des juifs de la diaspora (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement.

H. Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.