RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Audience Assange. Mon Dieu, ça n’en finit pas !

L’impression de vivre un cauchemar qui revient sans cesse...Me voilà une fois de plus dans le tristement malnommé “train du dormeur”, direction Londres et les cours royales de justice pour entendre un nouveau jugement.

Julian n’est pas présent au tribunal et n’est pas en bonne santé ; Stella (sa femme) se bat, mais se bat aussi pour préserver sa santé ; Gareth Peirce (une de ses avocats) est toujours aussi calme et déterminée ; mes amis de Wikileaks rassemblent ressources juridiques et médiatiques en restant résolus et de bonne humeur.

Le Lord Chief Justice d’Angleterre et du Pays de Galles, Ian Duncan Burnett, est exactement le genre d’homme qu’on choisirait pour ce rôle dans un opéra comique. Costaud, avec un large visage ouvert couronné de cheveux blancs, il respire la solidité, la bonhommie et l’autorité naturelle. On s’attend à ce qu’il prononce son jugement, puis se rende chez Simpson pour déguster quelques tranches épaisses d’aloyau rôti et un verre de Bordeaux. Cette remarque n’est pas une critique dans ma bouche, j’aurai choisi le meme menu.

Le Lord Chief Justice n’a pas seulement son propre bureau, il n’a pas seulement le plus beau costume pourpre ridicule qu’on puisse imaginer, il a aussi son propre tribunal. Et quelle cour ! Des hectares de bois poli, plus grands que certains théâtres ; des galeries et des étages, des murs à tous les niveaux tapissés de milliers et de milliers de livres de droit, aux reliures magnifiques, enfermés derrière des portes vitrées que je soupçonne fortement de n’être ouvertes que pour y ajouter un autre livre destiné à passer sa vie là-dedans sans être visité, sans possibilité de libération conditionnelle.

Le Lord Chief Justice occupe un banc surélevé, de sorte qu’il faut lever la tete pour le voir ; une construction faite de plusieurs tonnes d’acajou, qu’on verrait bien garnie de palmiers en pot, avec des serveurs moustachus en étroites vestes blanches, entrant et sortant de ses divers escaliers et entrées en portant des plateaux d’argent, et abritant un quatuor à cordes dans un coin. La rumeur veut qu’il y ait de fait un quatuor à cordes dans un coin, qui essaie d’en partir depuis 1852.

Le Lord Chief Justice se matérialise soudainement sortant de la porte située derrière son banc, de sorte qu’il n’a pas besoin d’escalader l’acajou au risque de trébucher dans ses draperies de velours écarlate. J’aime à imaginer qu’il a été élevé au niveau requis, avec dans les coulisses un système de cordes et de poulies actionné par des matelots velus. À côté de lui, mais légèrement plus bas, se trouve le juge Holroyde, qui rend le jugement faisant l’objet de l’appel, et qui a aujourd’hui l’air encore plus suffisant et onctueux dans le rayonnement de son haut partenaire.

L’apparition a duré deux minutes. Burnett nous dit que la Cour a certifié, comme étant une question d’intérêt public, la question de savoir si les “garanties diplomatiques” qui n’ont pas été soumises lors de l’audience de fond, peuvent être soumises au stade de l’appel. La Cour n’a pas certifié les autres points soulevés et a refusé à Julian l’autorisation de faire appel devant la Cour suprême.

Vous pouvez ignorer cette dernière phrase ; il est habituel que la Haute Cour refuse l’autorisation de faire appel ; avec la certification de l’intérêt public, Julian peut maintenant faire appel directement à la Cour suprême qui décidera ou non de statuer. Le refus d’autorisation par la Haute Cour est un pur signe de déférence envers la Cour suprême, Comme disent les avocats : “la Cour suprême dîne à la carte”.

Certains des points de l’appel que la Haute Cour a refusé de certifier comme défendables et d’intérêt public étaient importants. L’un d’entre eux était que les garanties diplomatiques données par les États-Unis promettaient de ne pas recourir à des pratiques illégales assimilables à de la torture, mais subordonnaient cette promesse au comportement futur d’Assange.

Or, le traitement illégal d’un prisonnier ne devient pas légal au motif que ledit prisonnier s’est mal comporté. Cela aurait dû être un argument irréfutable, sans parler du fait que la stratégie selon le comportement futur d’Assange serait décidée précisément par les mêmes autorités qui ont comploté pour l’enlever ou l’assassiner.

Tout cela n’a pas été certifié comme point de droit défendable d’intérêt public.

Ce qui est certifié et mis en avant est la simple question de savoir si les garanties diplomatiques ont été reçues trop tard. Etrangement, le jugement de Burnett et Holroyde reproche à la magistrate chargée de l’extradition, Vanessa Baraitser, de ne pas avoir demandé aux États-Unis des garanties diplomatiques à un stade plus précoce.

La doctrine selon laquelle un juge devrait suggérer aux avocats d’une des parties des points utiles pour renforcer leur dossier contre l’autre partie est entièrement nouvelle en droit anglais. Les États-Unis auraient pu soumettre leur note diplomatique à n’importe quelle étape de la procédure, mais ont choisi de ne pas le faire, afin de voir s’ils pouvaient s’en tirer sans prendre d’engagement quant au traitement d’Assange. Ils n’ont soumis une note diplomatique qu’après avoir perdu l’affaire initiale. Ce n’était pas à Baraitser de leur demander de le faire plus tôt, et cette suggestion est un ridicule plaidoyer de la part de Burnett.

C’est plus qu’un simple point de procédure. Si les garanties avaient été soumises au tribunal de première instance, leur valeur aurait pu être contestée par la défense d’Assange. Les conditionnalités auto-annulantes contenues dans les garanties elles-mêmes auraient pu être examinées, et le long passé des États-Unis en matière de rupture de telles garanties aurait pu être discuté.

En les introduisant seulement au stade de l’appel, les États-Unis ont échappé à tout examen de leur validité.

Cela a été confirmé par le jugement d’aujourd’hui. La question de l’acceptabilité de garanties qui, entre parenthèses, font de la torture une option future, a été jugée comme n’étant pas un point d’appel défendable.

Ainsi, le point certifié, celui de savoir si les garanties peuvent être présentées au stade de l’appel, n’est pas seulement une question de calendrier et de délais, il s’agit de savoir si les garanties doivent être examinées ou non.

Cependant, cela ne semble pas être un point essentiel. Il s’agit plutôt d’un point technique de calendrier et de délais. C’est très important, car cela pourrait être le paravent utilisé par l’establishment britannique pour se diriger lentement vers la sortie. Lord Burnett cherchait-il à sortir de cette affaire par l’une des portes à rideau situées dans son dos ?

Si l’un des autres points avait été certifié, le tribunal aurait discuté en détail du penchant des États-Unis pour la torture, de leurs conditions de détention épouvantables et de leur longue histoire de mauvaise foi (aux États-Unis, il est admis que les autorités nationales ne sont pas liées par une garantie, un engagement ou même un traité envers des gouvernements étrangers). Pour la Cour suprême, refuser l’extradition d’Assange pour l’un de ces motifs serait une accusation officielle contre l’intégrité des États-Unis, et donc ce serait difficile au niveau diplomatique.

Mais la Cour suprême peut refuser l’extradition sur le seul point certifié par la Haute Cour, et ce refus peut être présenté comme n’étant en rien une critique des États-Unis et de leur gouvernance, mais comme une simple question technique de délai non respecté. Toutes mes excuses... ne vous en faites pas, l’ami... allons boire du Bordeaux chez Simpson.

Y a-t-il vraiment une issue possible pour Julian ? L’Establishment britannique se dirige-t-il tranquillement vers la sortie ?

Craig Murray
https://www.craigmurray.org.uk/archives/2022/01/your-man-in-the-public...

»» https://diaspora-fr.org/posts/0be030e061f0013a66570025900e4586
URL de cet article 37708
  

Même Thème
In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

A force de tout voir on finit par tout supporter...
A force de tout supporter on finit par tout tolérer...
A force de tout tolérer on finit par tout accepter...
A force de tout accepter on finit par tout approuver.

Saint Augustin

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.