Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Autrement dit : L’âge de glace du Printemps arabe

Un slogan racoleur ...

Et puis, on s’est attaqué à la Syrie, dont le régime semble résister plus que jamais aux coups de boutoir des factions armées, germant çà et là printemps oblige, après le passage des semeurs étrangers.

On l’appréhendait depuis plusieurs mois, certains prédisaient même le pire après la victoire du parti "Ennahdha" et la formation d’un gouvernement "islamiste" en Tunisie. De ce côté-ci de la frontière, on espérait même voir le pays voisin échapper aux convulsions et aux souffrances que nous avons connues en Algérie. Las, les derniers événements, les attentats contre les libertés, puis le meurtre, mercredi dernier, d’une éminente figure de l’opposition tunisienne, nous interpellent de nouveau. Sans doute, n’est-ce pas le lieu de rappeler ici la solitude qui fut la nôtre, et la façon scandaleuse dont certaines voix, à l’Est et à l’Ouest, se sont empressées de se démarquer. Il y a eu des commentaires désobligeants, et blessants dans le contexte, sur les capacités de certaines nations, mieux outillées que d’autres face aux crises. "¨

Ces jours-ci, encore, alors que mausolées et tombes étaient profanés et détruits, la même antienne est revenue, mais comme un acte futile d’exorcisme. Heureusement, ils ne sont plus très nombreux, en Tunisie, à vouloir se persuader qu’ils ne vivraient pas le drame, vers lequel ils se précipitaient pourtant tout droit. Nos voisins sont désormais bien conscients que le langage de la violence engendre la violence et les liquidations physiques, que l’extase religieuse n’autorise pas la négation de l’autre. Aujourd’hui, il est encore plus évident que les mêmes causes produisent les mêmes effets, à fortiori dans une région de population aussi homogène que le Maghreb. On voit, aujourd’hui, que les révolutions qui ont triomphé, sans violence ou avec un minimum de dégâts, ne faisaient que différer cette violence."¨ Tout avait pourtant bien commencé en Tunisie, d’où l’odeur du jasmin se répandait sur toute la rive Sud de la Méditerranée, mais les soubresauts continus mettent à nu l’inanité de certains néologismes, trop vite hissés au rang de dogme immuable. C’est le cas de ce Printemps arabe, lancé par quelques nostalgiques qui ont raté ou refusé de respirer l’air du Printemps de Prague. Depuis les années soixante, la terminologie n’a pas évolué, et de vieux slogans sont ressortis des placards, hâtivement époussetés, pour un usage de circonstance. "¨L’absurdité suprême, ou l’audace suprême du vocabulaire de la conspiration, aura été de vouloir faire pousser du jasmin partout. Même là où il avait fort peu de chances de pousser, et même là où l’on n’avait pas du tout envie de cultiver ce genre, préférant les orties locales à un jasmin, aux forts relents de "Chanel".

De Tunis à Bahreïn, on a vu, et aussi entendu, ce slogan racoleur auquel ont succombé les Arabes eux-mêmes, en proie à une crise de psittacisme, sans égale dans leur histoire."¨ A la pointe de ce combat pour un "printemps", élaboré pour des Arabes dans des laboratoires non arabes, on a retrouvé un certain Sarkozy. A la barre d’une France, que son timonier dirigeait "à droite toute", l’ancien président n’a réussi qu’un seul prodige : détester les Arabes de Saint-Denis, en le montrant bien sûr, et aimer, de façon tout aussi ostentatoire, d’autres Arabes, ceux de Benghazi. En Tunisie, il n’a pas osé, parce que la ficelle aurait été trop grosse, au regard des relations de Paris avec le régime déchu. Ensuite, il y a eu d’autres "printemps", ou des ersatz de la saison des floraisons, comme en Egypte où Moubarak, lâché par Washington, a abandonné. Puis, on s’est attaqué à la Syrie, dont le régime semble résister plus que jamais aux coups de boutoir des factions armées, germant çà et là , printemps oblige, après le passage des semeurs étrangers. Là , on ne se donne même plus la peine d’agir, selon la tradition, en se contentant de signer des chèques.

Désormais, les financiers tiennent à contrôler eux-mêmes, et sur place, la destination et l’usage final de leur argent.

Salah Arezki

http://www.afrique-asie.fr/menu/actualite/4947-autrement-dit-l-age-de-...

URL de cet article 19366
   
Maxime Vivas : le gai Huron du Lauragais
Bernard GENSANE
C’est sûrement parce qu’il est enraciné dans les monts du Lauragais que Maxime Vivas a pu nous livrer avec ce roman une nouvelle version de l’ébahissement du Candide face aux techniques asservissantes censées libérer les humains. Soit, donc, un Huron né à des milliers de kilomètres de l’Hexagone, sur l’àŽle Motapa, d’une mère motapienne et d’un père parisien. A l’âge de 25 ans, ce narrateur décide de voir Paris. Motapa est une île de paix, de sagesse, de tranquillité. La lave de son volcan charrie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La seule véritable passion qui mérite qu’on se laisse guider par elle est le non-conformisme.

Julian Assange


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
53 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.