Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Brésil. Le pétrole vendu aux enchères aux multinationales

Il y a une année était votée par le parlement brésilien, majoritairement compradore, ultra réactionnaire et ultra libéral, la loi 4567/2016 modifiant le rôle de l’entreprise publique PETROBRAS dans l’exploration et l'exploitation des gisements pétroliers pré-salifères.Vendredi 27 octobre 2017, soit une année après le vote de cette loi que les progressistes Brésilens vivent comme une loi de trahison nationale, le gouvernement Temer, issu du golpe parlementaire qui destitua Dilma Rousseff, à la fin du mois d’août 2016, a mis aux enchères les premiers lots de puits de pétrole pré-salifère. Cette vente s’annonce comme le prélude de la liquidation, du bradage, de gisements, qui s'étendent sur une superficie de 149 000 km2, au profit des multinationales pétrolières.

Il y a une année était votée par le parlement brésilien, majoritairement compradore, ultra réactionnaire et ultra libéral, la loi 4567/2016 modifiant le rôle de l’entreprise publique PETROBRAS dans l’exploration et l’exploitation des gisements pétroliers pré-salifères. Cette loi mettait ainsi fin au rôle de la puissance publique en tant que seul opérateur, et ouvrait le marché aux multinationales pour participer à la curée des richesses nationales, en l’occurrence ici les champs de pétrole pré-salifères.
Vendredi 27 octobre 2017, soit une année après le vote de cette loi que les progressistes Brésilens vivent comme une loi de trahison nationale, le gouvernement Temer, issu du golpe parlementaire qui destitua Dilma Rousseff, à la fin du mois d’août 2016, a mis aux enchères les premiers lots de puits de pétrole pré-salifère. Cette vente s’annonce comme le prélude de la liquidation, du bradage, de gisements, qui s’étendent sur une superficie de 149 000 km2, au profit des multinationales pétrolières.
La mise aux enchères fut suspendue dans un premier temps par un juge fédéral de la ville de Manaus, capitale de l’État de l’Amazonas, le jeudi 26 octobre 2017. Ce juge avait considéré que l’offre initiale du gouvernement était trop faible et qu’elle constituait une immense perte pour le patrimoine public. Mais très vite, le vendredi dans la matinée, cette décision fut annulée par le procureur général de la République fédérative du Brésil, autorisant ainsi la vente aux enchères du bassin pétrolifère pré-salifère de la région de Santos, dans l’État de Sao Paulo

C’est un consortium composé de deux multinationales, la Shell anglo-néerlandaise et la française Total, qui a acquis ce bassin pétrolifère. Selon l’agence habilitée par le gouvernement à mettre aux enchères les gigantesques gisements pétrolifères du Brésil, ce consortium a été le seul à se porter acquéreur du bassin de Santos.
Fixée au prix de 7, 5 milliards de reais par le gouvernement de Temer, (2, 4 milliards d’euros), la vente aux enchères fut adjugée au prix de 6,15 milliards de reais (1, 6 milliards d’euros), alors que la valeur minimale de ce bassin avait été estimée à 15 milliards de reais, (4 milliards d’euros). Indépendamment de cet abaissement de l’État, et de ce renoncement à la souveraineté nationale, le prix d’achat est une gracieuseté faite à ces multinationales. À quoi s’ajoutent l’exonération fiscale totale et le droit d’employer une main d’œuvre étrangère dans l’exploitation des gisements au détriment du savoir-faire des ouvriers, des techniciens et des ingénieurs brésiliens de la PETROBRAS.

Pour les progressistes et patriotes Brésiliens, la livraison du pétrole pré-salifère, par une caste affairiste corrompue, aux multinationales, participe de liquidation de la souveraineté nationale et doit être considérée comme un crime de plus d’un gouvernement jugé illégitime . 

A cet égard l’ancien directeur du département Exploration et Production de la Petrobras, l’ingénieur Guilherme Estrella a déclaré : "Cette vente aux enchères des richesses nationales était un des objectifs centraux du golpe qui destitua Dilma Rousseff. Le gouvernement de Temer détruit notre futur, car l’énergie est une souveraineté nationale". 

Pour le père du pétrole pré-salifère, c’est ainsi qu’on le nomme, car il fut à l’origine de la découverte des gisements : « Ce gouvernement pourri, malodorant et corrompu est sourd aux manifestations de la société. L’actuel président-usurpateur n’a- t- il pas dit à propos des manifestants :"Les chiens aboient et la caravane passe." C’est à nous, peuple brésilien de descendre dans la rue et d’en finir avec ce gouvernement traître."

URL de cet article 32496
   
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.