RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

"...c’est 100 millions de morts !"

Qui n’a pas entendu cette phrase : « le communisme, c’est cent millions de morts ! ». Mais qui s’est posé la question de quelles recherches était issu ce chiffre qui sonne plus comme un slogan publicitaire que comme l’aboutissement du travail d’historiens plongés dans les archives nécrologiques de l’humanité.

A la fin de la seconde guerre mondiale, le monde fut rapidement plongé dans ce que l’on appela « la guerre froide ». L’Est et l’Ouest s’opposait diplomatiquement en Europe, et beaucoup plus violemment en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud où chacun essayait d’agrandir sa zone d’influence. Deux systèmes de pensée face à face, l’un ouvertement capitaliste et libéral, l’autre prétendument communiste. La puissance militaire russe empêchait l’Ouest de l’affronter directement, et les capitalistes occidentaux étaient contraints à de nombreuses concessions sociales pour éviter la propagation de l’idée communiste. La possibilité d’un « autre monde » donnait de l’espoir à de nombreux travailleurs et refrénait la voracité du libéralisme… la chute de l’URSS a depuis libéré tout leur appétit qui se révèle aujourd’hui sans limite.

C’est lors d’un de ces nombreux sommets Est-Ouest en pleine guerre froide, qu’un émissaire américain, pour répondre aux soviétiques qui accusaient les « impérialistes de tous les maux », lâcha cette phrase : « Vous n’avez aucune leçon à nous donner, le communisme c’est cent millions de morts ! ». Il aurait pu se contenter de cinquante millions, comme il aurait pu également dire cinq cent millions ou un milliard, mais dans la joute verbale qui l’opposait à son homologue russe, il a dit cent millions. Ce chiffre a jailli comme ça, sans réfléchir, spontanément, et finalement cent millions ça ne sonne pas trop mal ! D’ailleurs ce chiffre a rapidement été repris pour devenir une vérité historique, et un puissant symbole d’anticommunisme primaire.

Ce chiffre, que l’on n’a pas à justifier, simple, que l’on retient facilement et qui fait froid dans le dos, ouvre la porte à des visions de tortures et d’exécutions, bref de massacres ! D’ailleurs tout le monde sait bien que les bolcheviques étaient des gens sans pitié qui égorgeaient les enfants comme le représentaient si bien les affiches de la propagande nazie ou du régime de Vichy. Les méchants ce sont eux, les gentils qui veulent le bien de l’humanité, c’est nous ! Et pour amener la liberté et la démocratie aux peuples opprimés, nous ne reculons devant rien : bombardements massifs, coups d’état, colonisation, occupation, arrestations, disparitions, tous les moyens sont bons pour garantir la loi du marché et la concurrence libre et non faussée !

Cette fameuse phrase a été lâchée à la fin des années cinquante ou au début des années soixante, et depuis, les plus « obtus » essaient de faire correspondre ce chiffre farfelu avec la réalité historique, en se référant également à des événements postérieurs aux années soixante ! Inlassablement ils tiennent les comptes, ajoutant, additionnant les morts qu’ils attribuent aux différents régimes communistes ou à ceux qu’ils considèrent comme tel. Je ne doute pas que ces rois du calcul arithmétique arrivent un jour ou l’autre à leurs fins, à moins qu’eux même ne meurent avant, victimes de leur acharnement et donc en quelque sorte victime du communisme !

Je ne sais pas combien de morts sont à mettre au crédit de « l’idéologie communiste », qui est à dissocier du « régime soviétique » qui n’en affichait que le nom et pas la substance, mais je suis certain qu’aucune pensée alternative ne fera autant de victimes que les religions ou le système capitaliste.

Cortez et deux cents conquistadors ont battu et asservi tout un peuple. Actuellement, un millier de personnes exploitent et dictent leur loi à sept milliards d’individus.

A voir sur Conscience Citoyenne Responsable

http://2ccr.unblog.fr/2012/09/30/cest-100-millions-de-morts/

URL de cet article 17845
  

La Tiers-Mondialisation de la planète - Bernard Conte
La Tiers-Mondialisation de la planète, c’est le laminage des classes moyennes et la polarisation riches-pauvres de l’ensemble des sociétés, les ramenant toutes à l’état du Tiers-monde d’avant les « miracles ». On peut diversement décrire ce phénomène : « prolétarisation des classes moyennes », « classes moyennes à la dérive », « déclassement »… Bernard Conte analyse le caractère universel de cette transformation sociale comme résultat des politiques économiques néolibérales mises en oeuvre depuis le milieu des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Nos sociétés sont des taudis intellectuels. Nos croyances sur le monde et sur les autres ont été créées par le même système qui nous a entraînés dans des guerres répétées qui ont tué des millions de personnes. On ne peut pas construire une civilisation uniquement à partir de l’ignorance et du mensonge." - Julian Assange

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.