RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Choisir son camp, et vite ! Il y a urgence !

Les Cahiers communistes du « Comité de Base » : comibase@gmail.com n°07/ 11-10-2012
Cellule ouvrière du bassin minier ouest du Pas-de-Calais.

Choisir son camp, et vite ! Il y a urgence !

Le 10 octobre, pendant que 477 députés traitres votaient au Parlement, l’autorisation de signer le pire des traités que l’Europe ait fabriqué depuis sa création, des milliers d’ouvriers et d’employés manifestaient aux quatre coins de la France contre la destruction de leurs outils de travail et la détérioration de leurs conditions de vie.

Au même moment, le peuple de Grèce, victime de la politique d’austérité imposée par la Troïka menée par les banquiers Mario Draghi et Lloyd Blankfein, et le FMI de Christine Lagarde, montrait son hostilité à la venue indécente du kaiser du 4ème Reich d’Europa, la nouvelle dame de fer - allemande -.

Comme François Mitterrand fût le partenaire politique de Margareth Thatcher, le caniche de Ronald Reagan, François Hollande est le partenaire d’Angela Merkel, le caniche de l’impérialisme financier. Comme quoi les « François » ne servent jamais les intérêts des masses populaires tout comme les femmes que sont « Thatcher, Merkel, Rice, Albrigth, Clinton, Meir… » n’ont jamais servi que les intérêts capitalistes.

Le PS comme l’UMP, ne sont que des agents du capitalisme ultralibéral, aussi maintenant il est plus que temps à nous atteler à briser toutes les alliances et compromis avec ces gredins en bande organisée.

80 années plus tard, l’ « UMPS » vient de signer un chèque en blanc au fascisme qui n’en demandait pas tant. Ils ont agi en soutiers, exactement comme l’avaient fait les dirigeants, sociaux-démocrates et de droite, allemands en janvier 1933 au NSDAP, le parti nazi appuyé par le patronat des industries automobiles, sidérurgistes et des mines…

Le lendemain 10 octobre, cette fois se sont 490 députés traitres « UMPS et Verts de gris » qui votent en 1ère lecture, la loi organique qui met en oeuvre le traité budgétaire européen et notamment la « règle d’or » interdisant les déficits publics, ce qui annonce des privatisations à l’anglaise comme dans les années 80 et des coupes sombres dans le social comme en Italie, en Grèce et en Espagne…

« Peuple de France, ne vois-tu rien venir ? »

La seule solution au demeurant pour faire face à cette situation qui va se dégrader au fur et à mesure des mois et des années, n’est pas syndicale, elle est politique, même si le syndicalisme reste un formidable moyen de rassembler les masses populaires pour exiger des réponses à leurs revendications économiques. Mais on ne peut moraliser le capitalisme, c’est comme si on demandait à Le Pen de ne pas être raciste ou à Strauss-Kahn d’être de gauche.

Mais pour percer cette carapace libérale, imperméable aux soubresauts des masses, décomplexée pour reprendre le terme des années Sarkozy, il nous faut forger l’outil puissant qui au début du 20ème siècle, a permis à des millions de prolétaires de prendre en main leur pays face à l’oligarchie décadente, ce pays, c’était la Russie, première pierre de l’URSS qui fit trembler le capitalisme au point de s’en remettre au fascisme pour tenter de détruire cette construction socialiste qui les entravait.

Aujourd’hui, chacun s’aperçoit qu’avec la chute du bloc antagoniste au capitalisme, il n’y a plus d’entraves, le capitalisme se permet tout et même le pire. Aurait-il osé il y a encore 20 ans, même avec la pérestroïka ? Jamais à ce point et avec cette visibilité déconcertante et dénuée de tabou !

Cet outil au service des masses populaires exploitées, c’est un parti au service des travailleurs contre leur exploitation et la domination capitaliste, c’est un Parti Communiste.

Un PC qui met en avant les principes socialistes de base : la socialisation des moyens de productions et d’échanges - la suppression de la propriété privée capitaliste - la suppression des classes sociales - le centralisme démocratique - la souveraineté social nationale et la solidarité internationaliste - des cellules - un journal communiste - des formations communistes - des structures communistes dans les quartiers, pour les femmes, pour les jeunes...

Un PC qui organise avec un gouvernement parallèle… Montrons aux masses, ce que les Communistes peuvent faire quand ils sont communistes, ni sectaires ni chauvins.

Comme un camarade ouvrier nous disait dernièrement : « Lénine et ses camarades, Castro et ses camarades, Mao et ses camarades, Ho Chi Min et ses camarades… quels hommes, quelle volonté, quel courage ! »

Dans notre pays, ce parti communiste existe, il a des fondations historiques et des pierres angulaires solides.
Mais comme un poisson qui pourrit toujours pas sa tête, le toit n’a pas su protéger les murs qui se sont dégradés au fur et à mesure des compromis électoralistes et des réformismes appliquées au sein du PCF depuis 40 ans, depuis trop longtemps… le communisme est rouge dedans et dehors, le socialisme est rose dehors mais blanc dedans…parfois blanc rosé.

Nous le répétons, même s’il existe des bases, des cellules, des élus qui ont une sincérité et un dévouement pour la classe exploitée, la situation ne peut plus tenir, comme disait les camarades syndicalistes : « une barricade n’a que deux côtés »… le PCF ne peut se recentrer il doit avoir ses positions, claires, nettes, de classe… communistes… dire la vérité, donner des perspectives et montrer la voie en donnant de la voix.

4,4 millions d’électeurs pour le candidat du Front de Gauche au 1er tour des Présidentielles, un million de personnes dans les meetings de campagne, 100 000 à la Bastille un dimanche, 3.5 millions qui dans les urnes, reportent leur bulletin sur le candidat du PS pour mettre dehors Sarkozy… 80 000 le 30 septembre !

Qu’en faisons nous aujourd’hui, que faisons-nous de cette force de luttes, de cette armée citoyenne, alors que la social-démocratie trahit encore plus le peuple que ce que nous avions imaginé et qu’elle prend des pénalités pendant que le FN et la droite comptent et prennent des points ?

Mais que les dirigeants communistes aillent prendre des cours et des leçons là où le socialisme est mis en place ou en cours de l’être, à Cuba, au Venezuela, qu’ils se mouillent jusqu’au coup pour la classe exploitée, qu’ils s’usent pour elle ! Certains le font, c’est indéniable, mais combien ?

Qu’ils arrêtent de demander l’aumône aux plus riches pour aider les plus pauvres, il faut supprimer les riches, ceux qui s’accaparent pour eux-mêmes les richesses produites. Il faut arrêter de dire « partage des richesses, car pour qu’il n’y ait plus aucun pauvre, il ne faut plus aucun riche, que le Peuple soit égal partout et pour tout !

L’actualité n’est plus à s’indigner ou à se demander que faire, l’actualité demande de faire, bien et vite, car les « fachos » ouvrent un peu plus les portes à chaque élection, la maladie se propage même là où elle avait été éradiquée par la classe ouvrière elle-même.

Le pire est que certains élus communistes restent insouciants et confiants alors qu’ils risquent des désillusions amères…lors de prochaines élections. Ne pas comprendre aujourd’hui que le PS, l’UMP, le FN sont prêts à tout pour éliminer et supprimer les élus communistes et le Front de Gauche, avec des alliances secrètes, est une erreur politique… que l’histoire a pourtant démontré.

Nous sommes critiques, mais pour faire avancer le débat et la prise de conscience. Notre cellule est prête à tout pour donner aux masses, mais pas en commettant et en répétant les erreurs qui sont préjudiciables aux masses populaires et à toute notre classe sociale.

L’enjeu est important, nous ne pouvons tergiverser et s’atermoyer, notre rôle de communistes est important, tout comme notre sens unitaire pour faire face. La classe, notre classe, ne peut compter que sur elle-même et sur un parti qui est leur parti de classe.

Il n’y ne peut y avoir de délégation de pouvoir quand la confiance n’existe pas, il faut donc se remettre au travail en direction des masses, des travailleurs, des quartiers populaires en proie au sentiment d’impuissance, à la méfiance de la politique politicienne.

Ce travail de terrain doit être dirigé, organisé et prioritaire, car les fascistes sont déjà sur le terrain, là où ils entendent prendre des postes pour mettre en place leur programme xénophobe, chauvin et ultranationaliste.

Outre Hénin-Beaumont où se trouve le navire amiral, nous venons d’apprendre par les média que le FN déposerait des listes pour les prochaines élections municipales à Auchel et à Bruay-la-Buissière, et soyons sûrs que partout il le fera pour contrarier l’effet Front de Gauche, le PS n’étant plus crédible avec ses positions de continuité de la politique libérale européenne.

Aussi, après que les identitaires nazis aient créé la crainte et la peur, le FN va désormais passer pour un gentil… la stratégie est la même depuis la naissance du fascisme en 1920, celle de la tension et de la terreur suivie du populisme dévastateur.

Nous le répétons : Nous sommes critiques, mais pour faire avancer le débat et la prise de conscience des véritables dangers qui nous guettent. Nous lançons ce cri d’alerte car à nouveau l’ombre de la barbarie se propage. Et c’est bien Manuel Barroso qui l’a annoncée lui-même. Face à cela, Marx et Lénine nous ont donnés toutes les clés et les solutions, servons-nous de cette formidable science de classe.

URL de cet article 17948
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Croire que la révolution sociale soit concevable... sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc., c’est répudier la révolution sociale. C’est s’imaginer qu’une armée prendra position en un lieu donné et dira "Nous sommes pour le socialisme", et qu’une autre, en un autre lieu, dira "Nous sommes pour l’impérialisme", et que ce sera alors la révolution sociale !

Quiconque attend une révolution sociale “pure” ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une véritable révolution.

Lénine
dans "Bilan d’une discussion sur le droit des nations", 1916,
Oeuvres tome 22

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.