RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Cuba : Le pas suspendu de la Loi Helms Burton.

Dans un article publié dans le quotidien espagnol El Mundo, et repris en français dans Le Monde, Raul Rivero ("journaliste et poète cubain. Prisonnier politique d’avril 2003 à novembre 2004" est-il précisé) nous gratifie de ses réflexions sur la situation actuelle à Cuba. (1)

D’entrée de jeu, la Diva de la "dissidence" nous livre une observation : alors que le monde bruisse de commentaires sur l’eclipse de Fidel Castro, "à Cuba, personne ne dit rien. Il y règne un silence plus grand que la nuit..." et plus loin "Jusque dans ces moments-là , ou plus que jamais dans une telle circonstance, les contrôles, les fers, les cadenas qui enferment les 11 millions de Cubains sautent aux yeux." Plus loin encore "Une telle paix semble peu croyable, à moins qu’elle ne vienne de la contrainte ; une telle tranquillité, si les gens ne savaient pas - pour l’avoir vécu - que derrière le discours d’amour, il y a un tank." Un tank, rien de moins. Pauvre Raul. Pauvre Rivero.

En bon "gusano", Raul Rivero se garde bien de livrer toutes les pièces d’un puzzle patiemment concocté par les Etats-Unis et les médias inféodés depuis 47 ans. Il se garde surtout de se présenter lui-même comme une de ces pièces. (2)

Aux Etats-Unis, la Commission Pour une Assistance à une Cuba Libre, organisme crée par l’Administration Bush et présidé par Condoleezza Rice en personne, vient de publier un rapport de plus de 90 pages pour réaffirmer sa ferme intention d’empêcher une succession de pouvoir à Cuba qui prendrait une forme autre que celle prévue par Washington (3) Etrangement, ce rapport fut publié avec une partie officiellement occultée (classée "secret défense") sur le site du Département d’Etat. (3) Après toutes les mesures agressives déjà prises par les Etats-Unis, on peut se demander en quoi peuvent bien consister ces mesures "secrètes". Avec un peu d’expérience de l’impérialisme US, on peut raisonnablement penser que ces mesures relèvent d’une autre nature que, par exemple, la diffusion non-stop de musique country par des hauts-parleurs placés sur le batiment de la représentation des Etats-Unis à la Havane.

Bien sûr, Georges Bush vient de déclarer que l’avenir de Cuba devra être l’oeuvre des Cubains eux-mêmes. Bien sûr, les média ont complaisemment relayé ces propos rassurants. Et, comme par magie, Georges Bush serait devenu soudainement crédible. On en oublierait presque un autre rapport de la Commission Pour une Assistance à une Cuba Libre, publié en mai 2004 et comportant... plus de 450 pages. Mais derrière toutes ces déclarations de rigueur et/ou politiquement correctes, forumulées à tour de rôle par cette petite poignée de "spécialistes" attitrés (Rivero, Manet, Machover, Valdes, Languepin, Raffy, Muller, et les habituels scribouillards de la presse commerciale) on en oublierait presque un élément essentiel : la loi états-unienne dite "Helms-Burton" de 1996. Heureusement que je suis là pour vous la rappeler. (5)

La loi Helms-Burton est, comme son nom l’indique, une loi. Et elle est en vigueur aux Etats-Unis depuis 1996. Cette loi fait obligation (textuellement) au président des Etats-Unis de renverser le gouvernement Cubain et d’empêcher toute succession de pouvoir qui ne prendrait pas une forme "acceptable" pour Washington. Cette loi conditionne (textuellement) toute aide économique à un ex-pays de l’Est à sa rupture de toutes relations avec Cuba. Cette loi prévoit (textuellement) le pillage et la privatisation de l’économie Cubaine. Cette loi prévoit (textuellement) le contrôle de la période de "transition" par une commission ad hoc composée de représentants de sociétés multinationales US. Cette loi prévoit (textuellement) la création "ex nihilo" d’une société civile selon une tactique déjà mise en oeuvre dans les pays de l’ex-bloc soviétique. Cette loi prévoit (textuellement) des représailles contre les sociétés ou individus qui oseraient commercer avec Cuba. Cette loi prévoit (textuellement) que la transition à Cuba ne sera PAS l’oeuvre des Cubains. Cerise sur le gateau, cette loi prévoit aussi (textuellement) que Cuba sera considérée comme démocratique lorsque le président des Etats-Unis l’aura décidé. Et cette loi oblige le président des Etats-Unis en exercice à rendre compte tous les six mois de l’état d’avancement des travaux (si l’on peut dire).

Oubliées donc, les déclarations sur une soi-disant "cuba aux cubains". Oubliées, les mains sur le coeur et les promesses de "non ingérence"... Oubliée, toute "voie cubaine" qui serait autre que "cubano-américaine". Et toutes les déclarations des uns et des autres n’y changeront rien, tant que la loi Helms-Burton (entre autres) restera en vigueur.

Parallèlement à l’incroyable arsenal juridique des Etats-Unis contre Cuba (6), on trouve aussi des mesures administratives diverses et variées. Parmi ceux-là , l’interdiction faite (par les autorités US) aux états-uniens de voyager sur l’île, les refus de visas opposés aux Cubains invités dans le cadre d’échanges culturels, les refus de visas opposés aux officiels cubains, l’interdiction faite aux cubains vivant aux Etats-Unis de visiter l’île plus d’une fois tous les trois ans (et uniquement pendant une durée de séjour très limitée), l’interdiction d’envoyer de l’argent ou des colis aux familles à Cuba, etc. Sans oublier le bureau OFAC (Office of Foreign Assets Control) du Département du Trésor qui affecte 4 employés à traquer les fonds de Ben Laden et Saddam Hussein, et plus de 20 pour traquer les fonds cubains...

Pratiquement aucun média n’a cru bon de relever que l’administration Bush avait passé tout le mois de juillet à réaffirmer qu’elle empêcherait Raul (Castro) de succèder à Fidel. L’actualité, d’une manière qui n’appartient qu’à elle, vient de placer l’administration Bush au pied du mur qu’elle a elle-même patiemment construit. Les médias, tout occupés qu’ils sont à se demander "ce que feront les Cubains", en oublient de se demander ce que fera l’administration Bush qui avait déjà promis de "tout faire" pour empêcher la situation... qui vient de se produire.

Désorientés par l’absence de scènes de liesse à Cuba, déboussolés par l’absence de manifestants suppliant l’armée US de venir libérer l’île, l’administration Bush et les anticubains européens battent en retraite et se livrent logiquement à leurs contorsions habituelles pour "expliquer" Cuba. Et quarante-sept années consécutifs de pronostics erronés n’y changeront rien.

Pour Raul (Rivero) donc, le silence des Cubains ne peut s’expliquer que par une terreur latente qui régnerait sur l’île. Par des tanks invisibles mais qui n’attendent qu’un mot pour envahir les rues. (Le fait qu’ils ne soient jamais sortis de leurs garages durant ces 47 dernières années ne change rien à l’imminence du danger que tout Cubain sentirait, euh, "instinctivement", "ataviquement", c’est ça ?).

Tels des chimpanzés de laboratoire, les anticubains tentent encore et encore de faire rentrer le baton rond de leurs affirmations dans le trou carré de la réalité. Sauf que le singe, lui, finit un jour par comprendre le truc et admettre son erreur.

Viktor Dedaj
"moi castriste, toi cheetah"

En photo, le sénateur Jesse Helms, ex-président de la Commission des Affaires Etrangères du Sénat US. Homophobe, raciste, fier de n’avoir jamais voyagé à l’étranger et ne pas posséder de passport. Affirme que les seules lois internationales qui se respectent sont celles qui correspondent aux intérêts des Etats-Unis.

(1) A Cuba, le silence des ombres, par Raul Rivero

(2) voir Les Etats-Unis et la « dissidence » cubaine, par Salim Lamrani. http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=1990

(3) le nouveau plan de Bush pour renverser le gouvernement Cubain, Salim Lamrani http://vdedaj.club.fr/spip/article.php3?id_article=505

(4) "For reasons of national security and effective implementation, some recommendations are contained in a separate classified annex." - pour des raisons de sécurité nationale et l’efficacité de leur mise en oeuvre, certaines mesures ont été classifiées et placées dans un annexe. (Page 14) http://www.cafc.gov/documents/organization/68166.pdf

(5) texte de la loi Helms-Burton en français, traduit avec les moyens du bord... http://vdedaj.club.fr/spip/article.php3?id_article=112

(6) Trading With the Enemy Act, Cuban Adjustment Act, Loi Toriccelli de 1992, Loi Helms-Burton de 1996...

Pourquoi les arrestations à Cuba ?
par Wayne Smith, ancien responsable la section des intérêts US à la Havane.

Cuba : Fidel Castro malade, Miss Monde acnéique, presse métastasée, par Maxime Vivas.

Cuba : La Havane des dernières années de Fidel, par Miguel Otero.

URL de cet article 3981
  

Même Auteur
Cuba sous embargo - paroles cubaines sur le blocus
Viktor DEDAJ
Instauré depuis 1962 par les États-Unis après un échec de l’invasion de l’île, le blocus non seulement pourrit la vie des Cubains mais constitue également une véritable insulte à la communauté internationale, laquelle, dans sa quasi totalité, le condamne chaque année à l’ONU depuis près de trente ans. Cette négation de la souveraineté des États et cette sanctification du droit d’ingérence par l’asphyxie constitue l’un des plus grands scandales de tous les temps. Dans le carnet de bord qu’il tient tout en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.