Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Epouse-moi, Bri-bri !

Selon le quotidien Le Bien Public, un élève anonyme a crié à Brigitte Macron en déplacement au lycée Carnot de Dijon le lundi 5 mars : « Brigitte, épouse-moi ! ».

Les médias ont parlé d’une punition collective en représailles. Dans un pays où Riss propriétaire friqué de Charlie Hebdo peut produire plusieurs dessins désopilants d’un enfant de 4 ans noyé, on imagine bien que ce n’est pas l’humour potache qui peut choquer. Le tutoiement, sans doute.

Or, le proviseur dément toute punition. Et d’ailleurs, pas plus que Bri-bri, il n’a entendu l’impertinente supplique. Il paraît même que personne ne lui a lancé « Kess tu fous-là, toi ? T’es élue ? » et que le proviseur ne lui a pas demandé si c’est avec sa retraite de prof que l’élégante se paie une tenue de grand couturier par jour.

Théophraste R. (Macrono-brigittophobe).

URL de cette brève 5755
https://www.legrandsoir.info/epouse-moi-bri-bri.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
15/03/2018 à 17:37 par Bernard Gensane

On sait désormais ce qu’il faut faire et dire pour empêcher Bri-Bri d’amour de mettre les pieds dans un établissement scolaire.

#146335 
15/03/2018 à 18:10 par Renard

Ils veulent faire avec Brigitte Macron le même coup marketing qu’avec Michelle Obama, d’ailleurs la directrice de la communication de Macron, Laurence Haïm, a toujours dit vouloir adopter la même stratégie marketing qu’Obama, le maître en la matière, le rêve des publicitaires.

J’avoue avoir rit au dessin de Riss avec le panneau macdo.

#146339 
15/03/2018 à 18:56 par Georges SPORRI

Moi pas brigittophobe ! Au contraire je l’admire depuis le 14-07-2017 ? En quelques jours elle fait du général De Villiers l’égal de Louis de Funès et nous a servi un spectacle désopilant ... Le général "psycho affectif" et grincheux prouvait son indignation en affichant un visage incroyablement crispé qui le faisait ressembler au toon " Elmer " . Sans aucun effort sinon celui d’exhiber un regard pétillant et un sourire d’hôtesse du salon de l’auto, notre président ressemblait alors au perfide Bugs Bunny . Ce spectacle intitulé " le général pleure comme Soraya " ( ou comme Margaret, ou comme Stéphanie ...etc.) pulvérisa tous les césars, oscars et autre hochets dans toutes les catégories ( mise en scène - jeu d’acteur - scénario ... ).

#146341 
15/03/2018 à 19:18 par Roger

Les dessins abjects de Riss, font que je ne regrette pas d’avoir refusé de participer au cirque médiatico-publicitaire de "je suis Charlie"...Sans pour autant ne pas oublier les victimes.

#146344 
15/03/2018 à 20:21 par irae

Juste un poil jocaste la bribri mais à part ça une petite séance de psy ?

#146347 
15/03/2018 à 21:53 par adel

Du vrai journalisme Theo ! Une belle mise en perspective de l’obsession maladive de ce pseudo humoriste neo conservateur. Et bravo pour le courageux lycéen !!!

#146352 
17/03/2018 à 00:09 par Geb.

"Courageux" le Lycéen... Mais pour le bon goût il repassera.

Encore un qui n’a pas évacué son complexe d’Oedipe.

#146403 
17/03/2018 à 12:29 par latitude zero

un élève anonyme a crié à Brigitte Macron en déplacement au lycée Carnot de Dijon le lundi 5 mars : « Brigitte, épouse-moi ! ».

C’est vrai que Macron a déjà 40 ans !

#146416 
RSS RSS Commentaires
   
Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’ennemi n’est pas celui qui te fait face, l’épée à la main, ça c’est l’adversaire. L’ennemi c’est celui qui est derrière toi, un couteau dans le dos ».

Thomas Sankara


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.