RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Equans : jeux de dupes, trompe-l’œil et renvois d’ascenseur au sommet

Qui d’Eiffage, Bouygues ou Bain Capital remportera le gros lot ? C’est la question que tout le monde se pose dans le cadre de la vente d’Equans, la filiale multi-services d’Engie. D’autant que beaucoup craignent que le choix de l’Etat ne se fasse pas uniquement sur des critères objectifs, mais que des considération politiques et stratégiques viennent parasiter le processus de décision. Ça ne serait pas une première…

C’est le futur feuilleton politico-économique de l’hiver 2021 : la vente d’Equans, l’entreprise multi-services d’Engie. Née fin juin, cette entreprise qui regroupe 74.000 personnes, réalise près 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires et est présente dans à peu près 17 pays (1), a été officiellement mise en vente moins de trois mois après sa création.

Début septembre, sept acquéreurs potentiels (2) ont déposé leurs offres préliminaires. Parmi eux figuraient les trois groupes français Bouygues, Eiffage et Spie, les fonds d’investissement américains Bain Capital, Apollo et Carlyle, ainsi que le consortium constitué des fonds européen et français CVC et PAI Partners. Très vite, cette liste s’est réduite à cinq acheteurs potentiels (3), puis à quatre avec le retrait de Carlyle (4), et enfin à trois après que Spie a renoncé (5) à son tour. Restent donc dans la course Eiffage, Bouygues et Bain Capital, avec un léger avantage aux deux derniers (6) si l’on en juge par les derniers développements de l’affaire. Il faut dire que, l’un comme l’autre, font tout pour séduire les syndicats, dont l’avis s’annonce décisif dans le choix du repreneur, mais également l’Etat français qui détient à lui seul 23,64% du capital et 33,44% des droits de vote chez Engie (7). Mais à ce petit jeu, Bouygues a sans aucun doute un joker dans sa manche par rapport à ses concurrents.

Une proximité indéniable entre Bouygues et le pouvoir

Du côté de Bouygues, la frontière semble en effet nettement poreuse avec la majorité présidentielle en général, et avec Emmanuel Macron lui-même en particulier. Depuis son passage à Sciences Po, le Président de la République est en effet très lié à l’un de ses anciens professeurs, Didier Casas (8), qui évolue au sein du groupe Bouygues depuis 2011. En 2015, Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, lui avait d’ailleurs confié une mission pour favoriser la mobilisation civique des entreprises (9). Deux ans plus tard, alors qu’il est directeur général adjoint de Bouygues Telecom, Didier Casas rejoint le mouvement En Marche ! (10) pour participer à la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron en tant que conseiller sur les questions régaliennes (11). Après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, Didier Casas a retrouvé son poste de directeur général adjoint chez Bouygues Telecom, une fonction qu’il a occupée jusqu’au 1er novembre 2020, date à laquelle il est nommé secrétaire général de TF1 (12), une filiale du groupe Bouygues... encore ! Un poste hautement stratégique (13) puisqu’il assure le lien avec le CSA, l’Elysée, Bercy, les parlementaires et Bruxelles et qu’il a la charge, entre autres choses, du lobbying.

Et Didier Casas n’est pas le seul lien entre Bouygues et la Macronie. Ainsi, quelques semaines après l’élection d’Emmanuel Macron, La République en Marche ! présentait ses premiers candidats aux élections législatives et, parmi eux, un certain Jean-René Cazeneuve (14), alors directeur général adjoint chez Bouygues Telecom. Elu député, l’homme a certes quitté ses fonctions au sein de l’opérateur téléphonique, mais gageons qu’il a su garder quelques contacts haut placés dans l’entreprise de Martin Bouygues, à commencer par le président du géant du BTP, des télécoms et de la télévision lui-même ! D’autant que, selon le Journal du Dimanche, Martin Bouygues serait très proche d’Emmanuel Macron (15) et entretiendrait d’excellentes relations avec lui.

Une décision économique, sociale ou politique ?

Certes, le locataire de l’Elysée n’est pas le seul décisionnaire dans cette affaire, mais que penserait l’opinion publique, et donc les millions d’électeurs appelés à se présenter aux urnes dans quelques mois pour élire le Président de la République, s’il penchait en faveur d’une vente d’Equans au groupe Bouygues ? « L’Elysée est très orienté sur le social. Juste avant la campagne présidentielle, le sujet est très sensible », rapporte un candidat (16) au rachat de la filiale d’Engie. Or, sur ce point précis, l’avantage est plutôt du côté de Bain Capital qui a fait du social l’axe principal de sa stratégie. « Personne ne s’attendait à ce qu’un fonds donne le LA sur le social », confie d’ailleurs un proche d’Engie (17). Il faut dire que le fonds d’investissement basé au Luxembourg et soumis à la règlementation européenne a pris des engagements forts, avec notamment le maintien des emplois sans départs contraints pendant cinq ans et même la création de 2500 nouveaux emplois. Bain Capital propose aussi le statut « d’entreprise à mission » pour Equans et de l’actionnariat salarié jusqu’à 5% dans cinq ans, qui sont deux éléments clés de la loi Pacte (18), proposée par Bruno Le Maire, arguments qui ne devrait donc pas laisser insensible le ministre de l’Economie. D’autant que, du côté de Bouygues, même si le groupe s’est engagé lui aussi à maintenir l’emploi, on imagine mal comment le rapprochement avec Equans pourrait se faire sans casse sociale : un rachat de cette ampleur entre entreprises concurrentes génère forcément des superpositions de structure, et donc une nécessaire restructuration. Si les salariés d’Equans vont faire l’objet de toutes les attentions, ceux de Bouygues ou d’Eiffage sont sous les radars et pourraient payer le prix de ce rachat...

Si le gouvernement choisit Bouygues, les soupçons de favoritisme seront inévitables. Il faut dire que le Président de la République a déjà largement pris parti pour le groupe Bouygues dans le rachat d’M6, au détriment, entre autres, de Vincent Bolloré, du trio Niel-Pigasse-Capton et de Daniel Kretinsky. Et ce alors que le nouveau groupe ainsi créé risque de poser des problèmes de concurrence sur différents marchés, comme l’avait fait remarquer Isabelle de Silva, la présidente de l’Autorité de la concurrence. En poste depuis 2016, elle n’a d’ailleurs pas été reconduite par Emmanuel Macron (19), et nombreux sont les observateurs qui ne peuvent s’empêcher d’y voir un lien direct avec le projet de fusion TF1/M6, un « dossier délicat » de l’aveu même d’Isabelle de Silva qu’elle souhaitait « traiter avec beaucoup de sérieux ». Elle n’en aura pas eu le temps...

Quoi qu’il en soit, cette irruption du Président de la République dans le Monopoly médiatique risque bien de faire des remous, et les choses ne devraient pas s’arranger si c’est à nouveau le groupe de Martin Bouygues qui est choisi pour racheter Equans. À quelques mois des élections présidentielles, un choix plus politique que social ne serait vraiment pas un signal positif envoyé aux Français...

Sources :
(1) https://www.capital.fr/entreprises-marches/equans-la-nouvelle-entite-d...
(2) https://www.capital.fr/entreprises-marches/engie-le-processus-de-vente...
(3) https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/equan...
(4) https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/equan...
(5) https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/spie-...
(6) https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/energie/duel-au-couteau-ent...
(7) https://www.engie.com/actionnaires/action-engie/structure-de-lactionnariat
(8) https://www.lalettrea.fr/medias_audiovisuel/2021/06/02/telecoms-medias-macronie--les-cercles-d-influence-de-didier-casas-le-discret-sg-du-groupe-tf1,109670472-ar2
(9) https://www.sports.gouv.fr/presse/Emmanuel-MACRON-et-Patrick-KANNER-co...
(10) https://www.lepoint.fr/societe/didier-casas-dg-adjoint-de-bouygues-tel...
(11) https://www.lepoint.fr/societe/didier-casas-dg-adjoint-de-bouygues-tel...
(12) https://groupe-tf1.fr/fr/communiques/didier-casas-nomme-secretaire-gen...
(13) https://www.nouvelobs.com/tv/20200918.OBS33492/tf1-un-proche-de-macron...
(14) https://www.ladepeche.fr/article/2017/05/11/2572683-un-dirigeant-de-bo...
(15) https://www.legossip.net/emmanuel-macron-sur-tf1-martin-bouygues/305630/
(16) https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/la-vente-d-equans-tourne-au...
(17) https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/energie/duel-au-couteau-ent...
(18) https://lentreprise.lexpress.fr/gestion-fiscalite/le-plan-entreprises-...
(19) https://www.cbnews.fr/medias/image-surprise-non-reconduction-president...


URL de cet article 37473
  

Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je suis arrivé au pouvoir, les multinationales recevaient 82% des revenus de nos matières premières et nous 18%. Aujourd’hui c’est l’inverse ! J’ai fait ce qu’il y avait à faire pour mon peuple. J’attends maintenant qu’on m’assassine comme ils ont fait avec Chavez.

Evo Morales, Président de la Bolivie

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.