RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les salariés de Suez vent debout contre la nomination imposée du nouveau directeur général

Un vent de révolte souffle du côté de Suez : en cause, la nomination du futur directeur général de Suez, décidée semble-t-il en totale opacité, par le très fermé Comité des nominations et des rémunérations. Même si le nom du vainqueur n’est pas connu, en dehors d’un cercle très restreint d’initiés, l’intéressé et le principe de cette nomination, en dehors de toute concertation, font déjà l’unanimité contre eux.

Que se passe-t-il réellement lors des réunions Confidentielles du comité des nominations et des rémunérations ? Telle est la question posée en creux par trois représentants du personnel de Suez, qui ont récemment envoyé un long message à destination des instances de direction de ce comité. Premier visé : Gérard Mestrallet, ex-PDG d’Engie (contrairement à ce qu’indique l’article faisant état de cette affaire, voir en bas de ce texte), toujours à la manœuvre en dépit de sa presque-retraite, dès qu’il s’agit de décider du capitaine du navire Suez (Engie détient encore plus d’un tiers de Suez, ex Suez-Environnement). Mais Gérard Mestrallet n’est pas le seul fautif, puisque figurent en bonne place dans ce courrier plusieurs personnalités du monde des affaires, liées au groupe Engie-Suez : Anne Lauvergeon, Nicolas Bazire, Jean-Louis Chaussade ou encore Valérie Bernis.

Fin octobre, les représentants du personnel de Suez ont en effet eu la surprise de découvrir que le choix d’un successeur pour le poste de directeur général du groupe Suez était tranché, et qu’un nom, et un seul, ressortait. Circulez, il n’y a rien à voir. Et précisément, il n’y a rien à voir : aucune justification, aucun débat, aucune concertation. Dans l’entre-soi confortable d’un comité très exclusif, les postes se distribuent comme les bonus : en totale opacité et selon, apparemment, le bon vouloir de Gérard Mestrallet, qui n’a manifestement rien perdu de son autorité sur ses ex-collègues.

Ce n’est pas comme ça que les choses sont censées se passer dans une entreprise avec une gouvernance digne de ce nom. On se demande d’ailleurs ce qu’en pense l’Etat actionnaire, qui détient encore près d’un quart du capital. Certes, l’Etat envisage actuellement de battre en retraite et de se débarrasser de sa participation. Mais ce contexte est une raison supplémentaire de s’inquiéter pour les salariés : si de telles pratiques existent alors que l’Etat est encore au capital, qui va-t-il se passer quand celui-ci aura quitté le navire ? C’est une des raisons pour lesquelles les représentants du personnel de Suez, faisant, eux, honneur aux responsabilités qui sont les leurs, ont mis en demeure la direction de ce comité de fournir les justificatifs et les explications pour ce choix sorti du chapeau. L’identité de l’intéressé(e) n’a pas été dévoilée, mais il est très probable qu’il s’agisse d’un(e) proche de Gérard Mestrallet, tant celui-ci admet ouvertement vouloir garder un pied dans la maison Suez, au besoin par l’intermédiaire d’un(e) fidèle. La personne en question a peut-être toutes les qualités requises et la probité nécessaire pour occuper dignement ces fonctions. Mais peu importe : son accession à la direction générale restera pour toujours entachée par l’ombre du soupçon de connivence et du petit arrangement entre « amis ».

Nommer un directeur général dans de telles circonstances et avec un tel arrière-plan n’est pas lui rendre service. Ce présupposé du « coup de piston » ne lui facilitera certainement pas la tâche, tant sa légitimité risque d’être contestée, indépendamment des qualités de l’homme ou de la femme retenu. Les représentants du personnel ne demandent rien d’autre que le respect des règles et du droit, en plus d’être légalement tenus informés des décisions qui affectent l’avenir de l’entreprise. Les directeurs généraux passent, les salariés restent : l’avenir de l’entreprise les concerne en réalité bien plus que certains ne veulent bien l’admettre.

Sources :
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article160605
https://fr.calameo.com/read/005775828a34b616b0668

URL de cet article 34184
  

"Pour sauver la planète, sortez du capitalisme" de Hervé Kempf
René HAMM
Le titre claque comme un slogan que l’on clamerait volontiers avec allégresse. Quel immense dommage que si peu de Vert(-e)s adhèrent à ce credo radical, préférant, à l’image de Dominique Voynet Daniel Cohn-Bendit ou Alain Lipietz, quelques commodes replâtrages ! Les déprédations gravissimes de l’environnement découlent d’un mode de production uniquement mû par « la maximisation du profit ». La crise économique actuelle, corollaire des turbulences qui ont frappé la bulle des hedge funds et des subprimes, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent.

Bertolt Brecht

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.