RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Est-il déjà trop tard pour se dire adieu ?

Il semble que le moment est arrivé de se dire adieu. Ce projet a été amusant, éducatif et parfois cathartique - pour moi en tout cas. J’espère que vous avez aussi tiré quelque chose de ce temps passé ensemble.

Je ne vais nulle part, bien sûr. Du moins, pas pour l’instant. J’aime écrire. Aussi longtemps que je le pourrai, je continuerai à dénoncer l’injustice, à dénoncer le pouvoir des entreprises et leurs dérives, et à réclamer une société plus juste et plus ouverte.

Mais je dois être réaliste. Je dois admettre que d’ici peu un nombre croissant d’entre vous ne visitera plus ma page. Et il me semble impoli, après tant de temps passé ensemble, de ne pas vous dire un adieu chaleureux avant qu’il ne soit trop tard. Vous allez me manquer.

Beaucoup d’entre vous ont peut-être pensé que cela se terminerait autrement. Vous avez probablement imaginé que je serais banni par Facebook ou Twitter. Vous auriez pu alors vous mobiliser, envoyer des plaintes rédigées dans les termes les plus forts possibles et faire pression pour que je sois réintégré. Peut-être même signer une pétition.

Mais ça ne va pas se terminer comme ça. Il n’y aura pas de coup d’éclat. J’ai été trop prudent pour finir ainsi. J’ai évité les mots grossiers et vulgaires. Je me suis tenu à l’écart des insultes (je m’excuse si mes réponses ont parfois été un peu caustiques). Je n’ai pas diffamé qui que ce soit. J’ai évité les "fake news" - sauf pour les critiquer. Je n’ai pas colporté de "théories du complot", à moins que le fait de citer le British Medical Journal sur le Covid ne soit désormais considéré comme de la désinformation (oui, je sais que c’est le cas pour certains d’entre vous).

Mais rien de tout cela n’aura servi. Autrefois, mes articles de blog étaient partagés des dizaines de milliers de fois. Puis, à mesure que les algorithmes se sont resserrés, c’est tombé à des milliers. Maintenant, alors qu’ils m’étranglent davantage, les partages se comptent souvent en centaines. "Devenir viral" est un lointain souvenir.

Non, je ne serai pas banni. Je disparaîtrai progressivement, comme une petite étoile dans le ciel nocturne - une parmi des millions - progressivement éclipsée alors que ses soleils voisins deviennent de plus en plus grands et brillants. Je disparaîtrai si lentement que vous ne le remarquerez même pas.

C’est pourquoi je fais mes adieux maintenant, pendant que je peux encore vous atteindre, vous, mes disciples les plus obstinés.

Mais il ne s’agit pas vraiment d’une petite lumière qui s’éteint. Il ne s’agit pas seulement de la fin de notre relation. Quelque chose de plus grand, et de plus inquiétant, est en train de se produire.

Les journalistes comme moi font partie d’une expérience - dans un nouveau paysage médiatique plus démocratisé. Nous avons développé de nouveaux modèles financés par les lecteurs afin de nous affranchir des médias commerciaux qui, jusqu’à présent, veillaient à ce que les milliardaires et l’État contrôlent le flux d’informations dans une seule direction : de eux vers nous.

Les médias commerciaux ont besoin de la publicité - ou des poches profondes de leurs propriétaires - pour survivre. Ils n’ont pas besoin de vous, sauf en tant que public captif. Vous êtes à la fois leur prisonnier et leur produit.

Mais l’élément vital d’un journaliste financé par les lecteurs, comme son nom l’indique, ce sont les lecteurs. Plus nous attirons de lecteurs, plus nous avons de chances de générer des dons et des revenus et de rendre le modèle viable. Notre talon d’Achille est notre dépendance aux médias sociaux pour nous faire connaître, pour continuer à vous atteindre, pour vous offrir une alternative aux médias commerciaux.

Si Facebook (pardon, l’univers Meta) et Twitter empêchent les auteurs indépendants de développer leur lectorat en manipulant les algorithmes, en les transformant en fantômes en les soumettant à une censure furtive, et par toutes sortes d’autres ruses que nous ne comprenons pas encore, alors les nouvelles voix ne pourront pas développer leur base de financement et se libérer du contrôle des entreprises.

De même, pour ceux qui, comme moi, sont déjà reconnus et ont un nombre important de lecteurs, ces géants de la technologie peuvent les faire disparaître un par un. En apparence, j’ai plusieurs dizaines de milliers de suiveurs, mais depuis plusieurs années maintenant, je touche de moins en moins d’entre vous. Je suis privé de contacts. Le danger, déjà trop évident, est que mon lectorat et mon modèle de financement commencent lentement à se ratatiner et à mourir.

Joe Rogan, Russell Brand et une poignée de titans de l’ère des nouveaux médias sont si importants qu’ils peuvent probablement s’en sortir. Mais le reste d’entre nous n’aura pas cette chance.

Les lecteurs nous perdront de vue, alors que notre lumière s’éteindra lentement, puis nous disparaîtrons complètement. Disparus.

Je ne compte plus les suiveurs qui - Dieu sait pourquoi, peut-être une erreur d’algorithme ? - me disent qu’ils ont reçu un message sur les médias sociaux après plusieurs mois de silence de ma part. Dans la cacophonie des médias, ils n’avaient pas remarqué que j’étais devenu silencieux de manière inattendue jusqu’à ce que ce rappel arrive, ou alors ils ont supposé que j’avais cessé d’écrire.

C’est pourquoi, si vous voulez continuer à lire mes articles ou ceux d’auteurs comme moi, si vous voulez éviter un adieu définitif, si vous pensez qu’il est important de lire des analyses et des commentaires qui ne sont pas produits par des médias commerciaux, alors vous devez agir. Vous devez ajouter vos auteurs préférés à vos favoris et visiter leurs sites régulièrement, et pas seulement lorsque Mark Zuckerberg vous y invite.

Vous devez être un consommateur actif d’informations, et non un consommateur passif, comme vous l’avez été élevé lorsque vous aviez le choix entre trois chaînes de télévision et une douzaine de journaux imprimés.

Vous devez rechercher et entretenir ces relations avant qu’elles ne disparaissent complètement et que la fenêtre ne se referme. Car ces voix que vous appréciez maintenant se faneront et se décomposeront comme des feuilles d’automne si elles n’ont pas d’audience. Si vous attendez trop longtemps, même lorsque vous vous souviendrez et irez les chercher, vous risquez de découvrir qu’elles se sont tues. Vous aurez raté l’occasion de leur dire adieu.

Alors disons-le maintenant, pendant que nous le pouvons encore : Adieu.

Jonathan Cook

Traduction "vous rêvez si vous croyez qu’ils nous laisseront faire..." par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://www.jonathan-cook.net/blog/2022-01-22/too-late-goodbye/
URL de cet article 37698
  

Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On ne mesure pas la puissance d’une idéologie aux seules réponses qu’elle est capable de donner, mais aussi aux questions qu’elle parvient à étouffer.

Günter Anders
L’Obsolescence de l’homme (1956)

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.