Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« Pour tout ce qui est contre, contre tout ce qui est pour »

Exclusif : la déclaration liminaire de Macron au deuxième débat télévisé du 4 avril 2017

Pierre Dac* disait : « Un bon discours ne doit être basé sur rien, tout en donnant l’impression d’être basé sur tout ». Il en fait la démonstration dans ce texte, très légèrement amélioré (passages en italiques et entre crochets) afin d’être adapté au style macronien.

« Mesdames, Messieurs,

Les circonstances qui nous réunissent aujourd’hui [dans un monde instable et dangereux] sont de celles dont la gravité ne peut échapper qu’à ceux dont la légèreté et l’incompréhension constituent un conglomérat d’ignorance [que je sais absent de ce plateau] que nous voulons croire indépendant de leurs justes sentiments.

L’exemple glorieux de ceux qui nous ont précédés [je pense à Louise Michel, Jules Ferry, Jean Moulin, De Gaulle, Pompidou, Rothschild] dans le passé doit être unanimement suivi par ceux qui continueront [sans céder au sectarisme] dans un proche et lumineux avenir [rassembleur, de Jeanne d’Arc à Guy Môquet], un présent chargé de promesses [et de réformes] que glaneront les générations futures délivrées à jamais des nuées obscures [et passéistes] qu’auront en pure perte essayé de semer sous leurs pas les mauvais bergers [et je ne vise personne, ni à gauche, ni à droite] que la constance et la foi du peuple en ses destinées rendront vaines et illusoires [grâce à l’union de tous, au-dessus des clivages idéologiques et des choix des costumes] .

C’est pourquoi je lève mon verre [d’une main, puis de l’autre] en formant le vœux sincère et légitime de voir bientôt germer [sans entraves partisanes qui empêchent d’aller résolument de l’avant] le froment de la bonne graine [mais je ne rejette pas la mauvaise graine, je veux discuter avec les unes et les autres] sur les champs arrosés de la promesse formelle [et novatrice] enfouie au plus profond de la terre nourricière [qui est notre bien commun, quels que soient nos choix politiques], reflet intégral d’un idéal [moderne] et d’une mystique [nouvelle] dont la liberté et l’égalité sont les quatre points cardinaux en face d’une fraternité massive, indéfectible, imputrescible et légendaire. »

Pierre DAC*, 24 septembre 1972 à Meulan (78) et Vincent MORET.
*Fondateur du M. O. U. (le Mouvement Ondulatoire Unifié), ancêtre de « En Marche ».

EN COMPLEMENT. Après le discours.

Les invités applaudissent à tout rompre et surtout, Robert Hue, Pierre Bergé, toute la rédaction de BFMTV, deux douzaines de députés PS, Bertrand Delanoë, Patrick Braouezec, Bernard Kouchner, Daniel Cohn-Bendit (assis à côté d’Alain Madelin), François Bayrou, Pierre Arditi, Gérard Collomb, DSK, Jean-Marie Cavada, Claude Bartolone, Pierre Gattaz (accompagné de Laurence Parisot, du bureau du MEDEF et d’une vingtaine de banquiers), François de Rugy, Barbara Pompili, Alain Minc, Dominique de Villepin, Philippe Douste-Blazi, Xavière Tibari, Jacques Attali, Jean-Yves Le Drian, Geneviève de Fontenay, Line Renaud...

Dans les coulisses, Stéphane Le Foll, Manuel Valls, Ségolène Royal se tiennent debout, alternativement sur une jambe puis sur une autre, devant François Hollande, assis le cul entre deux chaises.

Les vigiles expulsent violemment Benoît Hamon en le traitant de « Léon Blum », de « Mitterrand » et même de « Jaurès ». Sur le trottoir, le malheureux candidat du « futur désirable » harangue les passants pour qu’ils ovationnent le président sortant, mais tous s’éloignent, sauf Jean-Luc Mélenchon qui lui dit : « Viens chez moi, il y a du feu ». L’ancien ministre PS refuse et rentre seul chez lui où sa compagne (facétieuse) l’accueille d’un primesautier « Te voilà Revenu ! » que ses filles complètent par un sonore « Universel !  ». Et toute la maisonnée de rire.

URL de cet article 31663
   
"Pourquoi les pauvres votent à droite"
Thomas Frank
Titre original : What’s the matter with Kansas ? (2004, 2005, 2007) Traduit de l’anglais par Frédéric Cotton Nouvelle édition. Première parution française dans la collection « Contre-feux » (Agone, 2008) À la fin des années 1960, la concurrence internationale et la peur du déclassement transforment un populisme de gauche (rooseveltien, conquérant, égalitaire) en un « populisme » de droite faisant son miel de la crainte de millions d’ouvriers et d’employés d’être rattrapés par plus déshérités qu’eux. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Tout le savoir-faire de la politique conservatrice du 20ème siècle est déployé pour permettre à la richesse de convaincre la pauvreté d’user de sa liberté politique pour maintenir la richesse au pouvoir."

Aneurin Bevan (1897-1960)


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.