Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Expliquer le racisme aux jeunes, oui, mille fois oui

C’est la « Semaine de l’éducation contre le racisme et l’antisémitisme » dans les établissements scolaires. Nous ne pouvons que nous en féliciter. Mais pourquoi disjoindre racisme et antisémitisme, comme si dernier, tout aussi intolérable et criminel que le rejet des Arabes, des gitans, des homosexuels, des Noirs, des Indiens... n’était pas une forme de racisme ?

Le mot générique « racisme » me paraît pouvoir englober toutes les formes d’intolérance, de refus de l’autre, de négation de l’altérité... En préciser les différentes formes peut nous amener involontairement à hiérarchiser... ou à en oublier... ou à prêter le flanc à l’instrumentalisation.

Je hais tout autant le racisme anti-Arabe que le racisme anti-Juif. Sait-on suffisamment que de nombreux Juifs antifascistes, réfugiés en France pour échapper aux persécutions, rejoignirent parmi les premiers les groupes de Résistance de la MOI (Main d’Œuvre Etrangère), des FTP...

Pour que la « Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme » soit tout à fait féconde, il faudrait expliquer aux jeunes :

- que le racisme n’est pas l’état normal de l’individu, qu’il ne tombe pas du ciel. Toutes les initiatives de type « reconduites à la frontière », chasse aux « sans papiers », aux migrants, déchéance de la nationalité, double peine, délits de faciès.... vont à l’encontre de la nécessaire solidarité des femmes, des hommes et des peuples. L’on n’est pleinement femme et homme que solidaires. La solidarité, c’est la tendresse des peuples, disait le CHE, face aux vampires de la finance.

- que nos destins sont inséparables

- que nos chromosomes ignorent le racisme

- que chacun porte en soi d’autres soi-même, que toute culture naît du mélange, de la « mesclanha »

- que l’on change en échangeant

- qu’aucune douleur n’a de frontière

- que les uns ne naissent pas pour dominer le monde, pour être « libres », et les autres pour se résigner à être dominés et esclaves

- que le racisme exclut, isole, marginalise, surtout les plus faibles

- que l’internationale du fric divise, et finit par dissoudre des pans d’humanité

- que ce sont les exploiteurs qui mutilent l’arc-en-ciel terrestre en se servant de la faim et de la pauvreté (des crimes organisés par eux) comme des « variables d’ajustement »

- que les patrons opposent les salariés entre eux pour gonfler leurs profits patronaux

- que le racisme n’a pas des racines biologiques mais... essentiellement de classe

- que pour tout « bon raciste » tout ce qui n’est pas « Blanc », « occidental », est douteux a priori, donc « démonisé »

- que les maîtres impériaux du monde ont obligé et obligent encore les dominés à regarder avec le regard imposé aux colonisés, pour conserver leur pouvoir impérial

- que le droit du sol est inaliénable

- qu’aucun peuple n’a vocation à être troupeau, ou « inférieur », ou « réfractaire à la civilisation »

- que la finance rend esclave, qu’elle installe la loi de la jungle et fonctionne sur l’industrie de la peur

- que ceux qui travaillent ont tellement peur de perdre leur taf qu’ils font du « précaire, du chômeur, de l’immigré », de « l’assisté », un fainéant, un parasite, un ennemi, une menace

- que le racisme doit être combattu sur tous les terrains, y compris de foot...

Tout cela est jeté en vrac sur le papier. Assez d’hypocrisie et de cynisme ! Le racisme, (et nous avons oublié le racisme de classe) est un délit. Une matière dangereuse, un poison, avec lesquels on ne saurait faire joujou pour des raisons politi-chiennes, électoralistes. Nous sommes tous des étrangers ! Le monde entier est plein d’étrangers ! Quelle richesse !

Jean Ortiz

URL de cet article 31661
   
Même Auteur
Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.