Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Expliquer le racisme aux jeunes, oui, mille fois oui

C’est la « Semaine de l’éducation contre le racisme et l’antisémitisme » dans les établissements scolaires. Nous ne pouvons que nous en féliciter. Mais pourquoi disjoindre racisme et antisémitisme, comme si dernier, tout aussi intolérable et criminel que le rejet des Arabes, des gitans, des homosexuels, des Noirs, des Indiens... n’était pas une forme de racisme ?

Le mot générique « racisme » me paraît pouvoir englober toutes les formes d’intolérance, de refus de l’autre, de négation de l’altérité... En préciser les différentes formes peut nous amener involontairement à hiérarchiser... ou à en oublier... ou à prêter le flanc à l’instrumentalisation.

Je hais tout autant le racisme anti-Arabe que le racisme anti-Juif. Sait-on suffisamment que de nombreux Juifs antifascistes, réfugiés en France pour échapper aux persécutions, rejoignirent parmi les premiers les groupes de Résistance de la MOI (Main d’Œuvre Etrangère), des FTP...

Pour que la « Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme » soit tout à fait féconde, il faudrait expliquer aux jeunes :

- que le racisme n’est pas l’état normal de l’individu, qu’il ne tombe pas du ciel. Toutes les initiatives de type « reconduites à la frontière », chasse aux « sans papiers », aux migrants, déchéance de la nationalité, double peine, délits de faciès.... vont à l’encontre de la nécessaire solidarité des femmes, des hommes et des peuples. L’on n’est pleinement femme et homme que solidaires. La solidarité, c’est la tendresse des peuples, disait le CHE, face aux vampires de la finance.

- que nos destins sont inséparables

- que nos chromosomes ignorent le racisme

- que chacun porte en soi d’autres soi-même, que toute culture naît du mélange, de la « mesclanha »

- que l’on change en échangeant

- qu’aucune douleur n’a de frontière

- que les uns ne naissent pas pour dominer le monde, pour être « libres », et les autres pour se résigner à être dominés et esclaves

- que le racisme exclut, isole, marginalise, surtout les plus faibles

- que l’internationale du fric divise, et finit par dissoudre des pans d’humanité

- que ce sont les exploiteurs qui mutilent l’arc-en-ciel terrestre en se servant de la faim et de la pauvreté (des crimes organisés par eux) comme des « variables d’ajustement »

- que les patrons opposent les salariés entre eux pour gonfler leurs profits patronaux

- que le racisme n’a pas des racines biologiques mais... essentiellement de classe

- que pour tout « bon raciste » tout ce qui n’est pas « Blanc », « occidental », est douteux a priori, donc « démonisé »

- que les maîtres impériaux du monde ont obligé et obligent encore les dominés à regarder avec le regard imposé aux colonisés, pour conserver leur pouvoir impérial

- que le droit du sol est inaliénable

- qu’aucun peuple n’a vocation à être troupeau, ou « inférieur », ou « réfractaire à la civilisation »

- que la finance rend esclave, qu’elle installe la loi de la jungle et fonctionne sur l’industrie de la peur

- que ceux qui travaillent ont tellement peur de perdre leur taf qu’ils font du « précaire, du chômeur, de l’immigré », de « l’assisté », un fainéant, un parasite, un ennemi, une menace

- que le racisme doit être combattu sur tous les terrains, y compris de foot...

Tout cela est jeté en vrac sur le papier. Assez d’hypocrisie et de cynisme ! Le racisme, (et nous avons oublié le racisme de classe) est un délit. Une matière dangereuse, un poison, avec lesquels on ne saurait faire joujou pour des raisons politi-chiennes, électoralistes. Nous sommes tous des étrangers ! Le monde entier est plein d’étrangers ! Quelle richesse !

Jean Ortiz

URL de cet article 31661
   
Même Auteur
CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB.

Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
57 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.