RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Racisme/Antisémitisme/Xénophobie/Islamophobie
L’aspiration à la destruction par haine de l’autre et par dégoût de soi

La rage identitaire ou le règne de l’anomie

Fethi GHARBI

« Chers djihadistes, l’Occident s’achève en bermuda [...] Craignez le courroux de l’homme en bermuda. Craignez la colère du consommateur, du voyageur, du touriste, du vacancier descendant de son camping-car !

Vous nous imaginez vautrés dans des plaisirs et des loisirs qui nous ont ramollis. Eh bien,nous lutterons comme des lions pour protéger notre ramollissement [...] Chers djihadistes, nous triompherons de vous. Nous vaincrons parce que nous sommes les plus morts. » Philippe Muray La crise que nous traversons en ce début de millénaire va au-delà de l'économique, c'est une crise de valeurs qui remet en cause les fondements mêmes de cette civilisation marchande à l'agonie.. Les individus dédaignant toute transcendance religieuse et toute utopie se trouvent livrés à eux-mêmes, soumis au règne de l'éphémère. Leurs identités en perpétuelle redéfinition n'étant plus cadrées par un moule collectif deviennent volatiles. Cette identité éclatée née avec ce qu'on s'accorde à appeler la seconde modernité pousse l'individu à se chercher sans cesse de nouveaux repères. Chacun se crée son propre récit auquel il adhère et qui lui donne cet élan vital si nécessaire. Or cette quête permanente et ce flottement des repères sont si (...) Lire la suite »
22 

Torah contre Coran

Tartampionne
J'avoue être entré dans une phase de désespérance totale par rapport à l'avenir de ce pays nommé Tunisie. Le très faible taux de participation aux élections municipales d'hier (33%), révèle combien je ne suis plus seul à ne plus accorder le moindre crédit à la politique telle qu'elle se pratique aujourd'hui dans le bled. Mais mon pessimisme ne porte pas que sur la malheureuse époque dans laquelle nous évoluons en ce début de 21ième siècle, il s'étend sur des siècles d'histoire dont nous récoltons encore les fruits. Mais je sais que ça va me passer. Allah Je ne suis pas un anti-Nahdha, ou un anti-Islamiste primaire. Je situe le problème au-delà du champ proprement politique. Je le situe au niveau de la matrice allahiste comme philosophie de vie et comme manière d'être sur terre d'une partie conséquente de nos concitoyens. Ce n'est pas de l'essentialisme et je n'y vois aucune forme de fatalisme. Je vois notre salut collectif dans une Révolution culturelle qui tarde juste à venir. Je m'étonne simplement que (...) Lire la suite »

Le grand pardon et trois idées familières

Mohamed EL BACHIR
Un souvenir de jeunesse Dès la création de S.O.S racisme en 1984, j'ai participé à un débat sur le ''droit à la différence''. Je tairai le nom de celui qui a introduit le sujet vu qu'il est décédé et je ne veux pas blesser sa famille. Intervenant à ma manière, c'est-à-dire sans langue de bois, j'ai soutenu les propos suivants : « ma mère m'a fait naître unique au monde et donc je suis différent de tous les autres humains. Je n'ai nul besoin qu'on reconnaissance ma différence. En revanche, découvrir ce que j'ai de commun avec l'autre est enrichissant. C'est cela qu'il faut mettre en avant pour construire un devenir commun. Et c'est ce commun qui sera le bouclier de ma différence. » On ne m'a pas rit au nez mais presque. En tout cas mon propos ne rentrait nullement dans les calculs politiciens des tenants de la morale qui se veut politique. Deux décennies plus tard, je sais que j'avais raison. Ceux-là même qui ont inspiré et animé SOS racisme, renient, aujourd'hui, leur œuvre, en pleurant sur ce qu'est (...) Lire la suite »

Le nouveau cheval de Troie du sionisme

Chaabane BENSACI
Trois cents personnalités en France ont signé un « virulent manifeste contre le nouvel antisémitisme », dénonçant une « radicalisation islamiste », prétendument soutenue par un « silence médiatique », et une « épuration ethnique à bas bruit » dans certains quartiers périphériques de Paris. Le texte est paru dimanche dans le quotidien Le Parisien. « Nous demandons que la lutte contre cette faillite démocratique qu'est l'antisémitisme devienne cause nationale avant qu'il ne soit trop tard. Avant que la France ne soit plus la France », peut-on lire dans ce manifeste signé par des personnalités politiques de droite comme de gauche (l'ancien président Sarkozy, le chef des Républicains Laurent Wauquiez, les anciens Premiers ministres Jean-Pierre Raffarin et Manuel Valls, l'ancien maire socialiste, Bertrand Delanoë), des artistes (Charles Aznavour, Gérard Depardieu), des intellectuels, des responsables cultuels juifs, musulmans et catholiques. Prenant prétexte de quelques faits intervenus en 2006, 2012, 2015 et (...) Lire la suite »

Apparences et réalités de la commémoration de Charles Maurras

Annie Lacroix-Riz
Apparences et réalités de la commémoration de Charles Maurras I. De Charles Maurras à son biographe Olivier Dard A. Du dithyrambe à la polémique La commémoration de Charles Maurras, organisée comme ses semblables par le Haut comité aux commémorations nationales institution fondée en 1974 par Maurice Druon, ministre de la Culture, et qui, rattachée à la direction des Archives de France en 1979, était depuis lors chargée « de veiller à la commémoration des événements importants de l’histoire nationale » , se présentait sous les meilleurs auspices. Olivier Dard, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne, temple de l’Alma Mater, et auteur d’une biographie de Maurras, "Charles Maurras". Le maître et l’action, avait été choisi par ses pairs et par sa ministre pour rédiger la « notice » destinée au « Livre des commémorations nationales » 2018, sur le fondateur du fascisme français, qui avait été lui-même jugé digne d’y figurer pour le 150e anniversaire de sa naissance. Cette notice n’avait (...) Lire la suite »
Encouragés par un journaliste israélien, des Internautes s’enthousiasment à l’idée de violer et tuer Ahed Tamimi

La violer ou pas ?

Maxime VIVAS

L’adolescente palestinienne Ahed Tamimi était poursuivie pour avoir frappé un soldat étranger qui s’était introduit dans la cour de sa maison en Cisjordanie. Arrêtée quelques jours plus tard à 4 heures du matin, extirpée de son lit par l’armée israélienne, conduite menottée en Israël, elle est devenue un symbole de la résistance contre l’occupation. Elle a été condamnée à 8 mois de prison après avoir accepté de plaider coupable. Faute de quoi, elle risquait jusqu’à sept ans de prison.

Je vais vous parler d’un pays où Elor Azrya, un soldat franco-israélien de l’armée d’occupation qui a liquidé d’une balle dans la tête un arabe gisant à terre (à 0.39 mn), a fait moins de prison qu’une adolescente de 17 ans qui a giflé chez elle un intrus armé. Mais d'abord, le contexte En mars 2008, Matan Vilnaï, le vice-ministre de la défense israélien a prévenu que les opérations militaires israéliennes contre la bande de Gaza allaient exposer les Palestiniens à une « shoah » (il a dit « shoah »). En mars 2015, Avigdor Lieberman, ministre de la Défense, ancien ministre des Affaires étrangères et ancien vice-Premier ministre d'Israël a menacé de « décapiter à la hache » (il a dit ça) les citoyens arabes israéliens s’ils ne manifestaient pas une absolue fidélité à « l’État juif ». Il a préconisé le nettoyage ethnique (il a dit « ethnique ») des citoyens palestiniens. En avril 2016, un député israélien a prôné la séparation des femmes juives des Arabes dans les maternités (sans prononcer le mot « apartheid », et sans (...) Lire la suite »
65 

Tous antisémites ?

Pierre VERHAS
Deux incidents viennent de relancer le débat sur l’antisémitisme, débat pollué par le fanatisme et l’ignorance. Le premier s’est tragiquement déroulé en France. L’assassinat de Mireille Knoll, une vieille dame juive, rescapée de la rafle du Vel d’Hiv, les 16 et 17 juillet 1942, vivant seule dans son petit appartement de la banlieue parisienne a ému et révolté tout être humain digne de ce nom. Comment peut-on avoir l’abjection et la lâcheté de tuer une personne fragile de par son âge, mais forte de cœur ? Ce forfait a-t-il été commis parce qu’elle était juive ? Les deux paumés qui ont été arrêtés voulaient sans doute s’emparer de sa « fortune » parce que tout le monde sait qu’une Juive, cela a beaucoup de sous ! En plus, ces deux petits cons la connaissaient et avaient bénéficié de sa générosité ! C’est ce qu’on peut appeler l’antisémitisme primaire. Le trépas de Mireille Knoll a très vite symbolisé le regain d’antisémitisme que l’on constate particulièrement en France. Le CRIF représentatif ? Mais cet (...) Lire la suite »
Le CRIF ou l’obligation pour les députés français d’être solidaires des crimes du gouvernement d’Israël

Le jour de la honte

Jean-Luc MELENCHON

De crainte que les médiacrates n’aient pas l’idée de vous en informer ni d’organiser des débats sur le sujet, nous donnons à lire ici un texte écrit sur du vécu. On y découvre comment dix députés, ceints de leur écharpe, menacés par une milice braillarde hurlant des slogans homophobes et des « Israël vaincra ! », ont quitté « la marche blanche » sur ordre de la police et sous le regard indifférent des hautes autorités, dont François de Rugy, président de l’Assemblée nationale.
LGS

Quelle étrange semaine que celle-ci. Le jeudi 22, j’avais chaussé mes bottes de militant et je rechargeais ma batterie au contact des cheminots qui descendaient de la gare de l’Est. Le pays était à l’unisson. Le fond de l’air était social et le malaise s’épanchait à gros bouillons sur la place publique. Un jour plus tard, à Trèbes et Carcassonne, un épisode majeur de la tragédie du terrorisme bousculait de fond en comble le pays. Le même jour encore, un assassinat, déclaré antisémite par la justice, celui d’une vieille dame rescapée des camps nazis, mettait le pays en sidération. Pourtant, sitôt close la cérémonie des Invalides à la mémoire du Colonel Beltrame, la marche qui devait exprimer l’unité de la communauté républicaine fut déchirée par un particularisme communautariste arrogant et sans pudeur. Un chef communautaire, nommé Kalifat, ayant fulminé une interdiction de paraître à la marche, contre l’avis même de la famille, le ministre de l’intérieur ayant reproché à la LFI ses « péchés », toute dignité (...) Lire la suite »
41 

Trois antiracismes : universaliste, institutionnel, politique.

Christian DELARUE

J’engage ici brièvement comme militant antiraciste un débat sur les différents formes d’antiracisme. Trois grands paradigmes et non deux sont à distinguer : l'universaliste, l'institutionnel, le politique.

Première observation. On ne saurait s’en tenir à une opposition de deux formes d’antiracisme : l’universaliste et le politique, comme je l’ai vue et comme je l’ai moi-même écrit, puisqu’engagé dans ces débats de l’automne 2017. Deuxième observation : Si aujourd’hui je pense qu’on peut distinguer trois grands corpus de luttes antiracistes et non deux comme vu jusqu’à présent, j’ajoute que les frontières sont parfois floues. Trois formes : 1) L’antiracisme universaliste historique d’en-bas, Perspective générale Cet antiracisme universaliste est celui associatif historique de la société civile. Il a ses subdivisions et notamment ses différentes organisations et ses histoires spécifiques en France. Le MRAP n’est pas la LICRA ou SOS Racisme. Pour s’en tenir aux principales. Il importe de bien noter peut y avoir parfois des points d’accord avec l’antiracisme d’Etat, ce qui peut être juste ou non. Si un antiracisme universaliste d’en-bas est totalement « calé » sur les positions de l’antiracisme d’en-haut, il y (...) Lire la suite »

Tariq Ramadan, Mennel, Diallo, ou le racisme islamophobe à la française (Middle East Eye)

Alain GABON
L’affaire Tariq Ramadan vient de connaître deux développements importants. Le premier est son incarcération en détention provisoire le 2 février avec refus de l’autorité judiciaire d’éviter l’emprisonnement moyennant le paiement d’une caution. Le second est beaucoup plus troublant car il remet en question l’intégrité de la justice française et la confiance que l’on peut avoir en elle (surtout si l’on est, comme Ramadan, du mauvais côté de l’équation). Ainsi a-t-on appris le 6 février dernier que l’administration judiciaire avait tout bonnement « égaré » une pièce majeure du dossier que lui avaient formellement transmise les avocats de Ramadan, document susceptible de prouver son innocence dans l’un des deux cas et de démontrer qu’au moins une des deux présumées victimes (« Chrystelle ») mentait. Son alibi n’a donc tout bonnement jamais été vérifié ni pris en considération par les enquêteurs et les juges. En cas de confirmation (la vérification de l’alibi auprès de la compagnie aérienne, pourtant simple, n’a (...) Lire la suite »
86 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 140