RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Dénoncer l’antisémitisme et combattre le sionisme politique

« Nous aussi, nous aimons la vie quand nous en avons les moyens.
Nous dansons entre deux martyrs et pour le lilas entre eux, nous dressons un minaret ou un palmier. »
(1)

L’Etat français sous tutelle du sionisme

Le 20 février 2019, lors du 34° dîner organisé par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), le chef de l’État français, Emmanuel Macron s’est engagé à intégrer dans les textes de référence une nouvelle « définition de l’antisémitisme élargie à l’antisionisme » (2) tout en affirmant que : « l’antisionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme ». (2)

Un an avant, le 7 mars 2018, dans les mêmes circonstances, Macron avait déjà souligné l’engagement de l’Etat français contre l’antisémitisme non sans déclarer que : « la sécurité de notre allié israélien est une priorité absolue, elle n’est pas négociable, je le répète ici clairement avec la plus grande fermeté. »(3)

Au 37° dîner, c’est le premier ministre Jean Castex qui, au nom du Président retenu à Bruxelles, engagea l’Etat français a bafouer le Droit international en annonçant que « Jérusalem est la capitale éternelle du peuple juif. Je n’ai jamais cessé de le dire. » (4)

Le 8 février 2012 , l’ancien président Nicolas Sarkozy avait tracé la nouvelle politique internationale de la France en déclarant « la France ne transigera pas avec la sécurité d’Israël, parce qu’Israël c’est un miracle... » (5)

Et sous la présidence de François Hollande ? Les liens entre le Parti socialiste et le sionisme politique rendent tout commentaire superfétatoire !

De toute évidence, les différents dirigeants cités n’ont pas tenu compte de l’avertissement énoncé en 2003 par le président Chirac en des termes sans équivoque : « Il y a dix ans, je fêtais avec vous le demi-siècle du CRIF, et tous, nous étions alors animés d’un formidable espoir. C’était au lendemain des accords d’Oslo. Aujourd’hui, l’espérance a laissé la place au désarroi. Et il est difficile, dix ans après, de parler de cette cruelle impasse dans laquelle chacun s’est peu à peu tragiquement enfermé. » (6)

Au contraire, l’Etat français a relégué la question palestinienne au second plan en se soumettant à l’impérialisme israélo-étasunien. Soumission jusqu’au point de devenir, aujourd’hui, complice de l’Etat d’Israël. Emmanuel Macron petit télégraphiste de Netanyahou ? Par exemple, en envoyant l’ancien ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, secondé par le directeur général de la sécurité extérieure (DGSE) Bernard Emié, pour faire pression sur le gouvernement libanais. Leur mission ? Créer une zone tampon au sud du Liban entre la ligne du Litani et la ligne bleue. Démilitariser le sud du Liban afin de rassurer les habitants israéliens des colonies limitrophes du Liban. Et jouer le gendarme d’Israël dans la mer rouge au côté de l’impérialisme étasunien.


Le ’“ miracle Israël’ ” : coloniser la terre et expulser l’autochtone

Afin qu’Israël soit l’éternelle victime, il est nécessaire de commencer par introduire dans le langage, puis dans la loi, de nouveaux ’’concepts’’. Entre autres, antisémitisme et antisionisme doivent avoir la même signification, à savoir, le rejet du juif. Il va de soi que la population européenne et française, en particulier, est malléable sur cette question au regard de ce qu’à subi la population juive en Europe. Pogroms, camps de concentration, chambres à gaz sous le nazisme avec la collaboration de Vichy. La Chambre des représentants des États-Unis, début décembre 2023, a franchi le pas en approuvant une résolution établissant que l’antisionisme est de l’antisémitisme.

Pourtant, quelques définitions suffisent pour lever toute ambiguïté.

– Antisémitisme : racisme envers le sémite réduit à racisme envers le juif.
– Sionisme politique : « le Sionisme politique aspire à la création, en Palestine, pour le peuple juif d’un foyer garanti par le droit public... » (7) (Congrès de Bâle, 1897).

Une aspiration devenue réalité à partir de la déclaration du ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, puissance occupante de la Palestine. Que proposait la déclaration du ministre Lord Balfour (1917) ?

« Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement d’un foyer national pour les Juifs et fera tous les efforts possibles en vue de faciliter la réalisation de cet objectif, étant bien entendu que rien ne sera entrepris qui puisse causer un préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives existant en Palestine ou aux droits et au statut politiques dont jouissent les juifs dans n’importe quel autre pays. » (7)

’“ Le miracle’ ” sioniste : l’enfer pour le peuple palestinien

Cette déclaration contient en elle une contradiction pour ne pas dire une aberration puisque la population autochtone concernée et à qui on ne veut pas causer de préjudice, n’a pas été consultée. Bref, le sionisme politique n’est rien d’autre qu’un colonialisme dont la particularité par rapport à l’apartheid et aux colonialismes classiques est la suivante : coloniser la terre en déracinant l’autochtone. Arthur Koestler, sioniste de la première heure et compagnon de l’extrémiste sioniste Vladimir Jabotinsky, définit la déclaration Balfour dans son livre Analyse d’un miracle comme étant « un document par lequel une première nation promettait solennellement à une deuxième nation le pays d’une troisième nation » (8)

Les conséquences sont évidentes. Les puissances coloniales aidèrent le mouvement sioniste à organiser l’immigration des juifs d’Europe et à leur implantation en Palestine. Ce qui entraîna, évidemment, des révoltes de la population palestinienne à majorité paysanne avec son point culminant : le soulèvement de 1936-1939 sous le commandement de Hajj Amin et Azzedine Kassem. Elle fut réprimée dans le sang par l’armée britannique avec l’aide des forces militaires sionistes dont la milice Haganah. Hajj Amin fut exilé par la puissance mandataire. Azzedine Kassem fut assassiné durant le soulèvement palestinien. Et aujourd’hui, l’une des forces de la Résistance palestinienne à Gaza porte le nom de Azzedine Kassem.

En Cisjordanie, à Gaza, le sionisme continue son œuvre de déracinement et d’effacement d’un peuple de sa terre. Avec cynisme mais avec lucidité, Arthur Koestler décrit Israël comme « un phénomène historique aberrant. C’est une espèce de monstre créé par Frankestein, conçu sur bleus d’architectes et couvé dans les laboratoires de la diplomatie. Il existe en fin de compte grâce à un fait accompli dont la population indigène est la victime. » (8)

Un monstre créé par Frankestein que l’impérialisme occidental, les Monarchies du Golfe et les Etats signataires des Accords d’Abraham alimentent. Convergence stratégique : l’Iran et la résistance arabe dont le Hezbollah est le fer de lance sont en ligne de mire (9). Et l’avènement du royaume d’Israël ne peut advenir sans l’effacement politique du peuple palestinien. Au Moyen-Orient, le passé est toujours présent.

M. El Bachir

(1) Mahmoud Darwich. La terre nous est étroite et autres poèmes. Poésie/ Galimard. Page 227.
(2) https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2019/02/20/antisemitisme-plus-jamais-ca
(3) https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2018/03/07/conseil-representatif...
(4) https://www.gouvernement.fr/discours/12716-discours-de-jean-castex-au-...
(5) https://www.elysee.fr/nicolas-sarkozy/2012/02/08/declaration-de-m-nico...
(6) https://www.elysee.fr/jacques-chirac/2003/05/22/discours-de-m-jacques-...
(7) Yohanan Manor : Naissance du sionisme politique. Collection Archives dirigée par Pierre Nora et Jacques Revel. Edition Galimard Julliard. Pages 112, 106, 26, 224.
(8) Arthur Koestler : Analyse d’un miracle. Circé poche. Pages 31, 51-52
(9)https://www.legrandsoir.info/l-iran-et-la-resistance-libanaise-en-lign...

(18/12/2023)

URL de cet article 39220
  

Sélection naturelle. Un roman capitaliste.
Alexandre Grondeau
John, Yan et Jean ont des quotidiens et des parcours professionnels très différents, mais ils arrivent tous les trois à un moment clef de leur vie. John est un avocat d’affaires sur le point de devenir associé monde dans un grand cabinet. Yan, un petit dealer toujours dans les embrouilles et les galères. Jean, enfin, est un retraité qui vient d’apprendre que ses jours sont comptés. Malgré leurs différences, ces trois antihéros se débattent dans les contradictions de la société de consommation, seuls (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les Occidentaux ont pour système de soutenir et de porter aux nues à l’Est des gens qu’ils s’empresseraient de jeter en prison chez eux.

Slobodan Despot

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.