RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Hadopi, l’histoire sans fin

Hadopi 1 ayant lamentablement capoté pour cause de censure du Conseil constitutionnel, le gouvernement remet le couvert avec Hadopi 2, dans l’espoir de pouvoir enfin couper la connexion à l’internaute pris en train de pirater. Le nouveau texte s’apprête à passer la semaine prochaine au Sénat. Etat des lieux.

Si Ponson du Terrail avait écrit le feuilleton des aventures législatives du texte Hadopi, on l’aurait accusé de tirer à la ligne. Après le projet de loi « favorisant la diffusion et la protection de la création sur Internet », censuré en partie par le Conseil constitutionnel, voici que débarque le projet de loi « relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique » - pour faire court, on dira Hadopi 2 -, à venir devant les deux chambres parlementaires en ce mois de juillet. Hier matin, Michel Thiollière, rapporteur du projet au Sénat, détaillait les derniers amendements adoptés en commission, avant qu’ils soient débattus en séance plénière les 8 et 9 juillet.

Alors qu’est-ce qui attend les internautes, en l’état du texte ? Si on reprend l’ensemble du dispositif, une fois saisie par les ayants droit, l’Hadopi envoie toujours un premier avertissement, par mail, à l’internaute repéré par son adresse IP en train de télécharger une oeuvre protégée par le droit d’auteur. En cas de récidive, deuxième averto, par lettre recommandée. A la troisième infraction, ça se gâte, et zou (c’est la nouveauté), le dossier part chez le procureur, qui peut décider de poursuivre. Si la contrefaçon est caractérisée, l’internaute tombe toujours sous le coup de la loi actuelle, qui prévoit 3 ans d’emprisonnement et 300 000 € d’amende (c’est un maximum). Mais il existe désormais une peine complémentaire, laissée à l’appréciation du juge : la fameuse coupure de la connexion Internet, d’un an maximum. Pendant ce temps-là , l’Hadopi informera les ayants droit de la saisine de l’autorité judiciaire - lesquels ayants droit pourront se constituer partie civile, et demander des dommages et intérêts.

Pendant la suspension, l’internaute continue de payer l’abonnement. Et s’il essaie de se réabonner, il risque une amende de 3 750 €. Autre nouveauté, même si vous prouvez que vous n’êtes pas l’auteur des téléchargements incriminés, le juge peut également décider de vous suspendre la ligne pour un mois (plus 1 500 € d’amende) pour « négligence caractérisée », au motif que vous n’avez pas suffisamment sécurisé votre connexion. Sympa si c’est votre voisin qui a piraté votre connexion Wi-fi.

Deux petites bonnes nouvelles, tout de même : la suspension de l’accès à Internet ne sera pas inscrite automatiquement au casier judiciaire, et les données conservées par l’Hadopi sur l’internaute devront être effacées après la suspension.

Tout cela ne résout évidemment pas la question qui tue : comment les juges vont-ils pouvoir juger sereinement tous ces dossiers, plutôt techniques, sachant qu’il est prévu qu’il en pleuve par dizaines de milliers ? La réponse, au prochain numéro. Ou pas.

Thomas Bécard

http://www.telerama.fr/techno/hadopi-l-histoire-sans-fin,44837.php

URL de cet article 8847
   

La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je donne à manger aux pauvres, ils disent que je suis un Saint. Quand je demande pourquoi les pauvres sont pauvres, ils disent que je suis un communiste.

Dom Helder Camara

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.