RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
L’Arabie Saoudite et les Etats du Golfe ont rejoint les pays occidentaux en classant le Hezbollah comme organisation terroriste

Hezbollah contre les « Etats qui fomentent le terrorisme » (Silent Crow News)

Le Conseil de Coopération du Golf (CCG) qui comprend l’Arabie Saoudite, Bahreïn, Koweït, Oman, le Qatar et les Émirats Arabes Unis (EAU), considère désormais le Hezbollah comme une « organisation terroriste » qui a participé à des « actions hostiles », selon un récent rapport d’Al Jazeera. Le CCG est composé de pastiche que l’occident parraine. A leur bilan, ils font partis des pays qui respectent le moins les droits humains et sponsorisent, à travers le monde, de nombreuses organisations terroristes, y compris ISIS et Al-Qaïda. Al Jazeera a interviewé Secrétaire général du CCG Abdullatif al-Zayani qui a affirmé « la milice [Hezbollah] a recruté des jeunes [du Golfe] pour des actes terroristes » bien que l’Arabie Saoudite et la Turquie, ainsi que les Etats-Unis, aient soutenu ISIS et d’autres organisations terroristes. Revenons d’abord sur l’histoire du Hezbollah sur la façon dont ils sont devenus une force de résistance politique.

Le Hezbollah est une organisation politique et militaire chiite basée au sud Liban, qui a le soutien politique et financier de l’Iran depuis les années 1980. Le Hezbollah est devenu une organisation politique rivale contre le mouvement chiite Amal pendant la guerre des camps entre 1985 et 1988 au cours de laquelle les camps de réfugiés palestiniens étaient attaqués par le mouvement Amal. Le Hezbollah s’est opposé aux forces américaines et à la Syrie pendant la guerre du Liban qui fut une guerre civile opposant différents groupes.

Quand Israël a envahi le Liban en 1982, sous prétexte que l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) tirait des roquettes Katioucha depuis le Sud-Liban, entraînant plus de 23.000 morts et des dizaines de milliers d’autres blessés ; cela a conduit à la création du Hezbollah. Le Hezbollah a lancé une guerre de guérilla contre Israël qui a occupé une partie du sud du Liban après l’invasion de l’Armée du Liban Sud (ALS), une milice parrainé, à l’époque, par Israël pour combattre le Hezbollah ou tout autre groupe de résistance libanais. L’occupation a duré jusqu’en 2000. Un conflit plus léger en cours entre les soldats de Tsahal et le Hezbollah les opposent au niveau des fermes de la Chebaa, Naturellement des escarmouches ont eu lieu entre les deux côtés jusqu’au début de la guerre du Liban en 2006.

Le Hezbollah fait de son mieux pour fournir des services sociaux et de soins de santé au peuple libanais et en même temps, ils doivent rester prudents car une puissance nucléaire, non déclarée, qui est déjà entrée en guerre avec la plupart de ses voisins, également connue pour commettre un génocide contre les Palestiniens, est proche de ses frontières. Le Hezbollah est une organisation de résistance contre l’expansion israélienne qui suit le Plan Yinon de déstabilisation du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord afin de briser les nations souveraines au sein de ces régions en petites nations qu’ils pourront plus facilement dominer. Israël dispose d’une des armées les plus perfectionnée en raison de l’aide étrangère des Etats-Unis.

La menace permanente d’Israël au Sud-Liban

Les médias israéliens ont fait des reportages, en 2014, sur l’état de préparation de l’armée israélienne pour faire face à l’assaut du Hezbollah s’ils décidaient lancer une attaque. The Times of Israël a publié un rapport intitulé « Israël se prépare à une guerre ‘extrêmement violente’ contre le Hezbollah ». Le reportage affirmait que l’armée israélienne « se forme » pour « une guerre violente » contre le Hezbollah au Sud-Liban, d’après eux :

Le rapport affirme que le conflit « sera une toute autre histoire » que les derniers affrontements entre le Hamas et Israël, dans lequel plus 2 000 Gazaouis (la moitié d’entre eux des hommes armés selon Israël) et 72 Israéliens ont été tués. « Nous devrons utiliser une force considérable » pour l’emporter rapidement sur le Hezbollah, « agir de manière plus décisive, plus radicalement », a déclaré le colonel Dan Goldfus, commandant de la 769e brigade d’infanterie Hiram.

Le rapport mentionne également les propos du colonel Goldfus pour qui le Hezbollah possède l’expérience et les capacités militaires pour faire face à l’armée israélienne :

Il a affirmé que ceux qui pensent Hezbollah est en difficulté parce qu’il a subi des pertes dans les combats qu’il mène avec le président Bachar el-Assad en Syrie, se trompent. Le rapport note, en effet, que le Hezbollah a maintenant accumulé trois années d’expérience sur le champ de bataille, et a de plus grandes capacités militaires ainsi qu’une confiance renforcée.

Ce qui était vraiment troublant est ce qu’a affirmé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au secrétaire général des Nations Unies, Ban-Ki Moon, en 2012 :

Dans une guerre future contre le Hezbollah, Israël aurait à frapper les maisons dans les villages au Sud-Liban, à partir desquelles, le Hezbollah chercherait à lancer des roquettes sur Israël

Le Hezbollah combat en Syrie les groupes terroristes de l’EI et d’Al-Nusra, créés par l’occident. Dans une tournure intéressante d’événements, Mintpressnews.com a rapporté comment le Hezbollah et les chrétiens (qui ont été terrorisés par ISIS) sont unis dans la lutte contre ISIS ou tout autre groupe terroriste à la frontière sud du Liban :

Citant des sources libanaises, le bulletin G2 de Joseph Farah affirme que villages chrétiens dans la région de la Bekaa forment des milices qui rejoignent les combattants du Hezbollah, déjà engagés contre ISIS et Jabhat al-Nusra, dans les montagnes Qalamoun. Rifaat Nasrallah, un homme d’affaires catholique qui fait partie des milices de défense contre ISIS à Ras Baalbek, a discuté de l’alliance avec le Hezbollah dans un article publié par l’International Business Times le mois dernier. « Nous sommes dans une situation très dangereuse », a-t-il dit. « Les seules personnes qui nous protègent sont les résistants du Hezbollah. Le seul debout avec l’armée est le Hezbollah. Ne le cachons plus. »

Israël est dans les préparations pour une autre guerre contre le Hezbollah et Ils ne veulent pas subir une autre défaite. Puisque toutes les tentatives pour renverser le gouvernement Assad a échoué, entrainant un cessez le feu, soutenu par la Russie et les Etats-Unis, Israël a décidé de se lancer dans une nouvelle guerre contre le Hezbollah. Elle sera beaucoup plus violente avec des pertes civiles plus massives des deux côtés de la frontière. Le Hezbollah est bien préparé, car ils sont la première ligne de défense contre toute attaque israélienne sur le territoire libanais. Israël sait que lorsque l’Empire américain s’effondrera, leur aide militaire et financière prendra fin. Israël est dos au mur parce qu’ils ont peu de temps pour établir leurs objectifs géopolitiques, ce qui pose un danger pour la région.

La marche vers Damas, puis vers Téhéran se poursuit

Géopolitiquement, le Hezbollah est un obstacle aux États-Unis, à Israël, la Turquie et le CCG dans leur volonté d’éliminer le président syrien Bachar al-Assad. Le Hezbollah a vaincu Israël en 2006 et a maintenant l’expertise dans la façon de traiter avec Israël ou faire face à un afflux de militants d’ISIS tentant de lancer des attaques terroristes. Mais l’une des principales raisons pour lesquelles le CCG veut déstabiliser le Liban et éliminer le Hezbollah est d’affaiblir le pouvoir de l’Iran dans la région. Étiquetage Hezbollah comme une organisation terroriste justifie une attaque contre l’organisation et elle permet la destruction totale du Liban dans une guerre contre le terrorisme.

Dans un éditorial de www.gulfnews.com intitulé « le Hezbollah paie le prix de son soutien à l’Iran » qui prétend que l’Iran interfère avec le monde arabe :

L’Iran est coupable d’ingérence flagrante dans le monde arabe, contre laquelle les Saoudiens ont finalement pris une position ferme. Ils se battent au Yémen pour arrêter la désintégration du pays que provoque la rébellion Houthi, soutenues par l’Iran, ils ont déjà soutenu le gouvernement de Bahreïn pour qu’il stoppe le mouvement de déstabilisation provoqué par les iraniens et ils résistent au régime soutenu par l’Iran en Syrie, sans parler de leurs tentatives de limiter l’influence démesurée de l’Iran en Irak. Il est temps que tous les Arabes reconnaissent leur identité et arrêtent de travailler au service des forces iraniennes. En déclarant le Hezbollah comme organisation terroriste, il paie le prix de leur soutien à la malfaisance iranienne.

L’Iran interfère avec le monde arabe ? Les actions de l’Iran sont provoquées par l’ingérence occidentale et israélienne dans le monde arabe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, d’abord avec la création d’Israël par le gouvernement britannique en 1948 ou avec le coup d’État de américain contre l’Iran en 1953 lorsque Mohammad Mossadegh a été écarté du pouvoir. Cette opération, appelée Ajax, a été orchestrée par la CIA et le MI6 pour renverser Mossaddegh, remplacé par Mohammad Reza Pahlavi connu comme le Shah d’Iran et a permis de faire revenir les entreprises pétrolières étrangères pour contrôler le pétrôle iranien que Mosaddegh avait nationalisé. Les États-Unis ont été impliqué dans de nombreux assassinats, coups et divers conflits au Moyen-Orient et en Afrique du Nord depuis la Seconde Guerre mondiale, y compris en Syrie (1956), en Egypte (1957), en Irak (1963), au sud-Yémen (1982-1984), en Libye (1980), et en Irak (1991), en Afghanistan depuis les années 1980 jusqu’à nos jours, puis, de nouveau, en Irak en 2003, et en Libye et en Syrie en 2011.

Le États-Unis, Israël et le CCG veulent arrêter l’influence de l’Iran au Moyen-Orient. L’Arabie Saoudite et maintenant la Turquie veulent dominer le Moyen-Orient, prenant leurs ordres à Washington et Tel-Aviv. Les exportations de pétrole de l’Iran menacent l’économie de l’Arabie Saoudite depuis la levée des sanctions qui ont suivi l’épreuve, entre Iran et Washington à propos de leur programme nucléaire. Selon l’Agence de Nouvelles Fars, l’ayatollah Khatami dit à juste titre que : « Le PGCC a déclaré le groupe de résistance du Hezbollah comme groupe terroriste, alors que nous savons qu’ils sont sur le point de normaliser leurs relations avec le régime sioniste et cet acte correspond à l’exécution d’un ordre donné par les sionistes. Je voudrais également ajouter que le CCG prend aussi ses directives de leurs homologues occidentaux, y compris des États-Unis et du Royaume-Uni » Il a réaffirmé que le Liban doit sa sécurité au Hezbollah, et a dit, « s’il n’y avait pas le Hezbollah, le Liban serait déjà aux mains d’Israël. »

Déclarer le Hezbollah comme une organisation terroriste est la première étape dans le lancement d’une nouvelle guerre à la frontière sud du Liban. L’idée est de vaincre le Hezbollah à tout prix afin que le États-Unis, la Turquie et le CCG puissent affaiblir le gouvernement syrien. Cela leur laisserait suffisamment de temps pour reconstruire ISIS et d’autres groupes terroristes pour écarter le président Bachar al-Assad du pouvoir, mais avec le soutien de la Russie et de l’Iran, cela ne se produira. Ce qui est, par contre, inévitable est une autre guerre entre Israël et le Hezbollah.

Timothy Alexander Guzman

»» http://silentcrownews.com/wordpress/++cs_INTERRO++p=4613
URL de cet article 30152
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

L’Âge du capitalisme de surveillance
Shoshana Zuboff
« Révolutionnaire, magistral, alarmant, alarmiste, déraisonnable... Inratable. » The Financial Times Tous tracés, et alors ? Bienvenue dans le capitalisme de surveillance ! Les géants du web, Google, Facebook, Microsoft et consorts, ne cherchent plus seulement à capter toutes nos données, mais à orienter, modifier et conditionner tous nos comportements : notre vie sociale, nos émotions, nos pensées les plus intimes… jusqu’à notre bulletin de vote. En un mot, décider à notre place – à des fins (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si vous n’avez pas suivi de près l’affaire Julian Assange, tout ce que vous croyez savoir est probablement faux."

Viktor Dedaj

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.