RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Holodomor et complaisance. Lettre ouverte à la RTBF

Le 15 décembre 2022, le Parlement européen votait massivement une résolution assimilant à un génocide la famine qui a frappé l’Ukraine dans les années trente. Cette initiative parlementaire, complaisamment relayée par la presse, m’a inspiré la lettre ouverte suivante adressée au rédacteur en chef de La Première, le département radio de la RTBF (Radio-télévision belge francophone).

Monsieur le Rédacteur en chef,
Cher Monsieur Marlet,

1) Le 15 février, j’interpellais en ces termes Eddy Caekelberghs, journaliste de la RTBF La Première :

Cher Monsieur Caekelberghs,
Dans l’émission « Le fin mot » de ce 15/02/2023, vous avez fait vôtre l’assimilation de l’Holodomor à la Shoah.
Cette manière de voir est pourtant contestée par d’éminents historiens comme la Française Annie Lacroix-Riz ou l’Etatsunien Marc Tauger.
Une plus grande réserve journalistique eût été selon moi préférable.
A votre disposition pour en discuter.
Bien à vous.
André Lacroix

2) Le 22 février, je recevais de votre part l’aimable réponse suivante :

Bonjour Monsieur,
Vous avez récemment interpellé Eddy Caekelberghs à propos de l’holodomor. Certains historiens contestent effectivement l’appellation de génocide concernant ces massacres de masse commis par le régime de Staline. D’autres, et non des moindres, estiment au contraire qu’il s’agit bien d’un génocide. Quoi qu’il en soit de nombreux parlements dans le monde ont estimé que l’holodomor est un génocide. Vous avez le droit de ne pas être d’accord mais c’est une réalité démocratique à partir du moment où vous admettez, ce que j’espère, que le Parlement est l’instance démocratique d’un état de droit comme le nôtre.

J’ajoute que si nous tentons de répondre à nos auditeurs, lecteurs et spectateurs quand nous sommes interpellés, nous n’avons pas pour mission d’entretenir un dialogue hebdomadaire avec chacun d’entre eux. Croyez bien que nos journées sont suffisamment remplies comme cela.
Meilleures salutations

Pierre Marlet
Rédacteur en chef de La première
pma@rtbf.be
0475/376745

3) Ma réaction en date du 25 février sous forme de lettre ouverte

Cher Monsieur,

Tout d’abord je vous remercie pour votre réponse en vous rassurant : je n’ai nulle intention de vous importuner chaque semaine.

Permettez-moi ensuite de m’étonner de votre réponse. Que le Parlement soit l’instance démocratique d’un État de droit lui donnerait-il le droit d’interpréter un fait historique ? N’est-ce pas plutôt le travail des historiens ? C’est à cette question qu’avaient déjà répondu notamment nombre d’autorités académiques belges, lors d’un précédent vote du même Parlement européen, le 19/09/2019, assimilant nazisme et stalinisme (1). De cette prise de position critique, basée sur le rappel des faits dûment avérés, il ressortait que l’initiative parlementaire européenne n’était rien d’autre qu’une dangereuse tentative de réécrire l’histoire. Que le vote des députés européens ait été acquis à une très large majorité (535 oui, 66 non et 52 abstentions) ne lui accorde aucune crédibilité historique ; il démontre seulement qu’à Strasbourg comme à Bruxelles, la Droite, pour imposer ses vues, peut compter sur les socialistes gagnés à l’atlantisme et sur des écologistes ayant renoncé à leur idéal pacifiste.

Comme on pouvait s’y attendre, l’intervention russe en Ukraine n’a fait qu’aggraver la russophobie du Parlement européen : c’est ainsi qu’à l’occasion du vote du 15/12/2022 sur la résolution qualifiant de génocide la famine des années trente en Ukraine, il n’y a eu, face au 507 oui, que 12 non et 17 abstentions (dont celle du Belge Marc Botenga, qui a dû se sentir bien seul). Ici encore il y a eu usurpation de compétence, les députés européens devenant tout à coup des historiens patentés.

Vous m’écrivez : « Vous avez le droit de ne pas être d’accord mais c’est une réalité démocratique à partir du moment où vous admettez, ce que j’espère, que le Parlement est l’instance démocratique d’un état de droit comme le nôtre. » Si je comprends bien cette phrase amphigourique, je devrais admettre que vous, en tant que journaliste, vous admettez qu’une majorité politique a le droit d’imposer une vérité historique. La mission de la presse ne serait-elle pas au contraire de faire preuve d’esprit critique vis-à-vis du pouvoir (en l’occurrence le pouvoir législatif) et de contextualiser les événements ? Comment, en effet, ne pas voir dans le vote du Parlement européen une tentative politique d’interpréter sinon de réécrire une histoire vieille de nonante ans afin d’exacerber d’actuelles positions antirusses ? Un député européen n’a même pas caché son goût pour les symétries de fausses fenêtres en prétendant que, comme dans les années trente, la Russie est aujourd’hui en train d’affamer la population ukrainienne (2) ! Comment se fait-il que notre « grande presse » n’ait pas dénoncé ce grossier parallélisme ?

Mais, plus fondamentalement, comment se fait-il que vous fassiez davantage confiance à des politiciens opportunistes qu’à des historiens dont le métier est de prendre de la distance par rapport aux événements passés ? N’incomberait-il pas aux journalistes de compenser l’inculture historique de tant de politiciens par la fréquentation d’ouvrages de référence – qui établissent clairement la fausseté de l’accusation de génocide à propos de la famine qui a frappé l’Ukraine (comme d’autres parties de l’URSS) en 1932-1933 ? Je pense à l’historien étatsunien Mark Tauger (3) ou à l’historienne française Annie Lacroix-Riz (4) dont très probablement l’immense majorité des députés européens presse-boutons n’a jamais entendu parler.

Plus fondamentalement encore, je me demande si, à quelques exceptions près, les journalistes occidentaux ont encore la capacité de s’extraire du magma atlantiste caoutchouteux dans lequel ils sont empêtrés comme Louis de Funès dans L’aile ou la cuisse. Si la presse européenne avait eu quelque indépendance par rapport au pouvoir politique, elle aurait dû s’opposer de toutes ses forces à la censure frappant Spoutnik et Russia Today et exiger le retrait de l’ukase édicté par la Commission en contradiction avec l’idéal de liberté dont se targue l’Union européenne. Ce n’était manifestement pas à l’ordre du jour des journalistes ayant largement assimilé l’idéologie de l’OTAN, depuis la grande presse française possédée par de riches patrons comme : (par ordre alphabétique) Arnault, Bolloré, Drahi, Lagardère, Niel, Pigasse ou Pinault − jusqu’à, hélas, la RTBF : pas plus tard que le 23 février au matin, sur les ondes de La Première, à propos de l’initiative de paix chinoise, j’ai entendu une de vos journalistes parler de « copinage » entre la Russie et la Chine, trahissant ainsi, par l’emploi de ce terme péjoratif, une russophobie et une sinophobie parfaitement intégrées.

Veuillez agréer, Monsieur le Réacteur en chef, cher Monsieur Marlet, l’expression de ma considération distinguée.

André Lacroix
Rixensart

(1) https://www.lesoir.be/251369/article/2019-10-03/nazisme-et-communisme-...

(2) https://fr.euronews.com/video/2022/12/15/ukraine-le-parlement-europeen... (1:20)

(3) https://editionsdelga.fr/portfolio/mark-tauger/

(4) https://vimeo.com/151994776

URL de cet article 38536
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous faisons semblant de ne pas comprendre le lien entre notre confortable niveau de vie et les dictatures que nous imposons et protégeons par une présence militaire internationale.

Jerry Fresia

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.