RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
"Pull-over rouge", Hassan II, affaire Curiel… Mort de Gilles Perrault, un homme à part

Hommage à Gilles Perrault

L’écrivain et historien Gilles Perrault est décédé ce 3 août à l’âge de 92 ans. Auteur entre autres du livre « Pull-over rouge » sur l’affaire Christian Ranucci, il laisse une œuvre singulière qu’il serait temps de revisiter.

Il est mort comme il a vécu, dans l’ombre, injustement oublié, alors qu’en lanceur d’alerte avant l’heure, il a jeté une lumière crue sur quelques événements clés de l’histoire.

Le 3 août, Gilles Perrault, né Jacques Peyroles, s’est éteint dans son village de Sainte-Marie-du-Mont, dans la Manche, à quelques encablures des plages du débarquement à 92 ans. Il laisse derrière lui une œuvre protéiforme qui mériterait d’être reconsidérée.

Gilles Perrault avait commencé une (brève) carrière d’avocat avant de bifurquer vers le journalisme. On a souvent associé son nom au livre Le pull-over rouge, publié en 1978, et consacré à Christian Ranucci, l’un des derniers condamnés à mort en France. Il est vrai que cet ouvrage, écrit au terme d’un long et minutieux travail d’investigation (c’était sa marque de fabrique), démontrait la légèreté des accusations ayant permis d’envoyer le jeune homme à la potence. L’affaire, portée ensuite à l’écran par Michel Drach, valut à Gilles Perrault des démêlés homériques avec certains policiers, outrés que l’on puisse les suspecter de méthodes douteuses.

Un conteur hors pair

Ce fut à cette occasion que les lecteurs découvrirent les vertus singulières d’un auteur maîtrisant à la fois le sérieux de l’enquête, le courage d’affirmer des prises de position iconoclastes et le talent d’un conteur hors pair, doté d’une capacité d’écriture mêlant simplicité et brio, ce qui est somme toute assez rare. Mais ce n’est qu’une partie de son œuvre, commencée de façon retentissante avec L’orchestre rouge (1967), consacrée au réseau de renseignement installé au cœur de l’appareil nazi, et qui contribuera beaucoup à la défaite de Hitler. Ainsi apparaissaient des soldats de l’ombre largement oubliés, à commencer par Leopold Trepper, décédé en Israël en 1982, après avoir joué un rôle essentiel durant la Seconde Guerre mondiale.

Féru d’histoire, Gilles Perrault consacra nombre d’ouvrages aux faits et gestes de personnages méconnus, aux victimes de l’arbitraire, ou aux gloires imméritées. Dans cette dernière catégorie entre bien sûr Notre ami le Roi (1990), sur le Maroc d’Hassan II, ses frasques, ses crimes, ses amis officiels ou cachés, ses relais politico-médiatiques en France et ailleurs. À l’époque, le livre fit l’effet d’une bombe, car il n’était pas courant de mettre les pieds dans le plat royal.

Procès de Moscou à Paris

On retrouvera la même veine à propos de l’affaire Curiel, du nom de l’intellectuel tiers-mondiste et anticolonialiste Henri Curiel, juif égyptien exilé par le roi Farouk en 1950, assassiné près de chez lui, rue Rollin, le 4 mai 1978. Ce crime jamais élucidé inspira à Gilles Perrault un livre intitulé Un homme à part (1984). La formule pourrait très bien s’appliquer à celui qui vient de se faire la malle, tant il est inclassable. Cela lui valut d’ailleurs bien des déboires à l’époque où il se hasarda en politique. Un temps membre du parti communiste, il fut de ceux qui s’engagèrent contre le FN de Jean-Marie Le Pen sur l’air bien connu du retour de la bête immonde. Gilles Perrault prit la tête du mouvement Ras le Front ! et vécut ses déchirements internes, sur fond de foucades d’un antifascisme d’opérette et de procès de Moscou à Paris dont il fut l’une des victimes désignées.

Certains, emmenés par Didier Daeninckx, que l’on a connu plus inspiré, trouvèrent malin de rappeler qu’il avait été parachutiste durant la guerre d’Algérie, et qu’il avait commencé sa carrière de journaliste au Nouveau Candide, plutôt classé à droite, comme si l’on n’avait pas le droit de changer d’opinion. Pourtant, dans la vie, l’important n’est pas d’où l’on vient mais où l’on va. Il n’en fallut pas plus pour faire de Gilles Perrault un représentant de la filière brun-rouge et une taupe manipulée par les services secrets. L’intéressé en ressentit une profonde amertume qui en fit un SDF de l’engagement politique sans pour autant ébranler ses valeurs humanistes et ses qualités de citoyen intègre, ne mégotant pas sur les principes, bref, un homme à part

Jack DION
Marianne, 4 août 2023

»» https://www.marianne.net/pull-over-rouge-hassan-ii-affaire-curiel-mort...
URL de cet article 38825
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Un nouvel art de militer
DIVERS
Ils sont le visage de la contestation des années 2000. Jeudi Noir, Déboulonneurs, Brigade activiste des clowns, Désobéissants, Anonymous... au-delà des formes traditionnelles que sont la grève ou la manifestation, une nouvelle génération de militants est apparue dans l’espace médiatique et agite régulièrement le cours de l’actualité. Chez eux, pas de chef, pas de violence, pas de longs discours théoriques, mais un goût prononcé pour l’humour et les mises en scènes spectaculaires, et un sens manifeste de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.