Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Elle avait hébergé Abane, Ben M'hidi et Krim

HOMMAGE À LA MOUDJAHIDA EVELINE LAVALETTE

Une militante qui a donné sa vie pour l’Algérie

La moudjahida Eveline Safir-Lavalette est décédée à Médéa à l’âge de 87 ans. Elle a été étroitement liée à la naissance de la presse libre algérienne pendant la guerre de Libération.

Née à Alger, issue d’une famille de Français d’Algérie de la troisième génération, Eveline Lavalette a adhéré très tôt à l’Association de la jeunesse algérienne pour l’action sociale (Ajaas) composée de musulmans, de chrétiens, de juifs et de laïcs. Ses activités associatives lui font découvrir le drame profond de la condition humaine au sein des populations rurales algériennes par rapport à la population européenne. Choquée par ces découvertes, elle va se rapprocher des milieux nationalistes et en 1955 elle rejoint les rangs du FLN.

Elle participe à la conception et à l’impression d’une revue clandestine qui dénonçait les injustices du colonialisme. Mais elle ne s’arrête pas là et décide de réclamer plus d’action. C’est ainsi que le FLN l’enrôle comme agent de liaison.

Dans son livre Juste Algérienne, paru chez Barzakh, elle raconte comment elle a commencé par distribuer des tracts du Front avant de passer à des missions plus périlleuses, comportant le transport de matériel et d’armes.

Eveline Lavalette a participé aux côtés de Claudine Chaulet, Nassima Hablal et Izza Bouzekri à la frappe sur sa machine à écrire et à l’impression du premier journal clandestin, l’organe du FLN, El Moudjahid. Elle a permis, grâce à ses contacts avec les Abbès, Declercq et Scotto, de cacher dans une église puis dans un presbytère, la ronéo qui avait servi au tirage des premiers numéros. Elle a également tapé pour l’organisation le document final du congrès de la Soummam ainsi que l’appel à la grève des étudiants de février 1956. C’est également elle qui a tapé la lettre que Ahmed Zabana avait adressée à ses parents avant d’être exécuté en juin 1956.

Entre 1955 et 1956, elle a hébergé des leaders aussi importants que Abane Ramdane, Larbi Ben M’hidi, Krim Belkacem ou encore Ouamrane.

Elle finit par être arrêtée le 13 novembre 1956 par la police française puis torturée avant d’être transférée dans les prisons d’Oran, d’Or léansville (Chlef aujourd’hui), puis de Maison Carrée (El Harrach).

À l’indépendance de l’Algérie, elle est élue à l’Assemblée constituante puis à la première Assemblée nationale en 1964, où elle participa à l’étude et la mise du système éducatif. En 1967, elle épouse notre collègue, le journaliste Abdelkader Safir, l’un des éminents pères du journalisme algérien. Elle occupera à partir de 1968, jusqu’à sa retraite, diverses fonctions au ministère du Travail et dans l’administration locale.

Eveline Lavalette a émis le voeu d’être enterrée aux côtés de deux compagnons de lutte et grandes figures de la résistance algérienne : Pierre Chaulet et Henri Maillot. Samedi 26 avril 2014, elle les a rejoints dans l’éternité de la mémoire collective algérienne.

Il ne sera pas dit que l’Algérie moderne puisse oublier ses enfants morts pour notre liberté et notre dignité.

Ahmed BEDJAOUI

»» http://www.lexpressiondz.com/culture/193775-elle-avait-heberge-abane-b...
URL de cet article 25374
   
LES CHEMINS DE LA VICTOIRE
Fidel CASTRO
« En ce qui me concerne, à cette étape de ma vie, je suis en mesure d’offrir un témoignage qui, si cela a une certaine valeur pour les générations nouvelles, est le fruit d’un travail acharné. » "• Fidel Castro Dans ce premier tome de son autobiographie, Fidel Castro révèle de façon inédite les coulisses de la révolution cubaine. Il fait part de sa défiance pour l’impérialisme des États-Unis qui asservissait les Cubains par l’entremise de Batista, et interdisait à l’île tout développement. Il raconte le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que ce soit bien clair : nous avons commis des erreurs, évidemment. Et nous en commettrons d’autres. Mais je peux te dire une chose : jamais nous n’abandonnerons le combat pour un monde meilleur, jamais nous ne baisserons la garde devant l’Empire, jamais nous ne sacrifierons le peuple au profit d’une minorité. Tout ce que nous avons fait, nous l’avons fait non seulement pour nous, mais aussi pour l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie, les générations futures. Nous avons fait tout ce que nous avons pu, et parfois plus, sans rien demander en échange. Rien. Jamais. Alors tu peux dire à tes amis "de gauche" en Europe que leurs critiques ne nous concernent pas, ne nous touchent pas, ne nous impressionnent pas. Nous, nous avons fait une révolution. C’est quoi leur légitimité à ces gens-là, tu peux me le dire ? Qu’ils fassent une révolution chez eux pour commencer. Oh, pas forcément une grande, tout le monde n’a pas les mêmes capacités. Disons une petite, juste assez pour pouvoir prétendre qu’ils savent de quoi ils parlent. Et là, lorsque l’ennemi se déchaînera, lorsque le toit leur tombera sur la tête, ils viendront me voir. Je les attendrai avec une bouteille de rhum.

Ibrahim
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.