RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Horreur ! Une loi ignoble votée en catimini

La France reconnaît « l’oeuvre positive » de la colonisation française

par Abdellali Hajjat

Une victoire des nostalgiques de l’Empire colonial.

Loi du 23 février 2005, article 4, alinéa 2 : "Les programmes scolaires
reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française
outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l’histoire et aux
sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la
place éminente à laquelle ils ont droit."

Le 15 mars 2003, une proposition de loi déposée à l’Assemblée nationale, portée par le député Jean Léonetti, avait
pour ambition de reconnaître l’"oeuvre positive" des ressortissants français en
Algérie. Suite à ce déni de l’histoire coloniale et de toutes ses atrocités,
nous avons lancé une pétition, qui a reçu quelques mille signatures, dont la
revendication principale était "Non à l’occultation des crimes coloniaux" [1].

La proposition de loi avait été refusée pour une question de procédure et devait
passer devant la Commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale pour
consultation. Pendant de longs mois, nous avons consulté l’agenda de cette
commission. Aucun signe de vie, nous pensions que la proposition avait été
abandonnée et enterrée.

C’est en trompant notre vigilance que la majorité parlementaire a voté le 23
février 2005 une loi "portant reconnaissance de la Nation et contribution
nationale en faveur des Français rapatriés". La plupart des articles de ce
texte [2] visent à octroyer un statut (et une "allocation de reconnaissance")
aux "Français rapatriés" et aux Harkis.

Mais c’est dans cette loi du 23 février 2005 que s’est glissée, en catimini, la
proposition de loi du 15 mars 2003. En effet, on retrouve, quasiment à 
l’identique, les termes de cette dernière dans l’article 4 alinéa 2 : "Les
programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la
présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à 
l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces
territoires la place éminente à laquelle ils ont droit." Le mot "positif"
réapparaît, et les programmes scolaires sont mis à contribution...

Cette loi n’a suscité aucune réaction tant dans les médias que dans le milieu
politique et associatif. Or il s’agit d’une atteinte grave à la dignité de tous
les peuples colonisés et de leurs héritiers en France, et d’une véritable honte
pour la République française. A l’heure où la question coloniale émerge,
maladroitement et dans la confusion, dans le débat public, cette loi vient nous
rappeler qu’il existe toujours des nostalgiques de l’Empire colonial, et qu’il s’agit de
lutter non par une agitation médiatique, mais par une pression à exercer sur
les locataires de l’hémicycle.

Quelques grands historiens, de l’immigration en France ou de l’Empire colonial
français, ont réagi. Nous reproduisons ci-dessous leur texte :

Des historiens contre la loi du 23 février 2005

La loi du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution
nationale en faveur des Français rapatriés a des implications sur l’exercice de
notre métier et engage les aspects pédagogiques, scientifiques et civiques de
notre discipline.

Son article 4 dispose : "Les programmes de recherche universitaire accordent à 
l’histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la
place qu’elle mérite. Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le
rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord,
et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée
française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit."

Il faut abroger d’urgence cette loi,

- parce qu’elle impose une histoire officielle, contraire à la neutralité
scolaire et au respect de la liberté de pensée qui sont au coeur de la laïcité.

- parce que, en ne retenant que le "rôle positif" de la colonisation, elle impose
un mensonge officiel sur des crimes, sur des massacres allant parfois jusqu’au
génocide, sur l’esclavage, sur le racisme hérité de ce passé.

- parce qu’elle légalise un communautarisme nationaliste suscitant en réaction le
communautarisme de groupes ainsi interdits de tout passé.

Les historiens ont une responsabilité particulière pour promouvoir des
recherches et un enseignement

- qui confèrent à la colonisation et à l’immigration, à la pluralité qui en
résulte, toute leur place.

- qui, par un travail en commun, par une confrontation entre les historiens des
sociétés impliquées rendent compte de la complexité de ces phénomènes.

- qui s’assignent pour tâche l’explication des processus tendant vers un monde à 
la fois de plus en plus unifié et divisé.

Claude Liauzu, professeur émérite à l’université Denis Diderot-Paris 7

Gilbert Meynier, professeur émérite à l’université de Nancy

Gérard Noiriel, directeur d’études à l’EHESS

Frédéric Régent, professeur à l’université des Antilles et de Guyane

Trinh Van Thao, professeur à l’université d’Aix-en-Provence

Lucette Valensi, directrice d’études à l’EHESS.

Il faut soutenir cet appel contre le négationisme historique et utiliser tous
les moyens possibles pour faire abroger cette loi ignoble.


URL de cet article 2164
  

Même Auteur
Un nouvel art de militer
DIVERS
Ils sont le visage de la contestation des années 2000. Jeudi Noir, Déboulonneurs, Brigade activiste des clowns, Désobéissants, Anonymous... au-delà des formes traditionnelles que sont la grève ou la manifestation, une nouvelle génération de militants est apparue dans l’espace médiatique et agite régulièrement le cours de l’actualité. Chez eux, pas de chef, pas de violence, pas de longs discours théoriques, mais un goût prononcé pour l’humour et les mises en scènes spectaculaires, et un sens manifeste de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je ne sais pas ce qu’est un homme, je ne connais que son prix.

Bertolt Brecht

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.