RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
31 

Nouvelle-Calédonie : révolte kanak contre le colonialisme français

Depuis hier une révolte de très haute intensité se déroule en Nouvelle-Calédonie : pillages, destructions d’entreprises, lutte armée contre la police (cocktails molotov, tirs à balles réelles…), mutinerie en prison… Dans n’importe quelle autre région française, cela ferait la une de tous les journaux. Oui mais voilà, la Nouvelle-Calédonie n’est pas n’importe quelle autre région française, c’est une colonie, et à ce titre elle n’intéresse que peu la métropole et il est dur de comprendre ce qu’il s’y passe. Essayons de dénouer tout cela.

Retour en arrière : la colonisation de la Nouvelle-Calédonie

La Nouvelle-Calédonie est un ensemble d’îles situé en Océanie. Jusqu’au XVIIIe siècle, les peuples autochtones du territoire de la Nouvelle-Calédonie vivaient sans ingérence occidentale.

La situation change à partir de la fin du XVIIIe siècle mais surtout du début du XIXe siècle. Dans les années 1820, les marchands britanniques commencent à y construire des comptoirs, c’est-à-dire des structures étrangères, placées dans des points stratégiques, pour favoriser le commerce international.

Dans la foulée, les missionnaires débarquent vingt ans plus tard avec pour idée de changer les modes de vie de ceux qu’on appelle désormais les kanaks, de transformer leurs croyances et de les convertir au christianisme. Les choses ne se passent pas toujours aussi bien que prévues, puisqu’en 1847 les kanaks attaquent une des missions et décapitent le frère Blaise Marmoiton. Une base est posée : les kanaks seront peut-être colonisés mais ils ne se laisseront pas faire.

La Nouvelle-Calédonie : l’ancien goulag français

Les velléités occidentales sur la Nouvelle-Calédonie prennent une nouvelle dimension dans la décennie suivante.

Napoléon III (au pouvoir de 1848 à 1870) cherche un territoire pour y faire de nouvelles colonies pénitentiaires. La Nouvelle-Calédonie est officiellement colonisée par la France en septembre 1853.

Les français installent donc là-bas un bagne, c’est-à-dire un camp de travail pour prisonniers qui travaillent dans des conditions épouvantables. Ces derniers sont poussés à rester sur place une fois leur peine terminée, afin de favoriser la colonisation.

Si on y trouve des criminels de droit commun, la Nouvelle-Calédonie sera massivement utilisée pour déporter les opposants politiques, en faisant un vrai “goulag français”. Ainsi c’est là-bas qu’on déporte en masse les révolutionnaires de la Commune de Paris qui n’ont pas été exécutés sommairement, tout comme les résistants algériens à la colonisation française de 1830. Louise-Michel, qui y sera déportée, s’exprimera d’ailleurs sur “le problème kanak”. Les bagnards sont utilisés comme main d’œuvre quasi-gratuite pour construire les infrastructures coloniales.

Les capitalistes sont de plus en plus intéressés par cette colonie puisqu’on y découvre du nickel. L’activité minière et métallurgique s’y développe.

Jamais les kanaks n’accepteront passivement la colonisation française.

En 1878, Aitaï, “grand chef” kanak se présente auprès du gouverneur français, déverse un sac de terre et déclare “voici ce que nous avions”. Il déverse ensuite un sac de pierres puis affirme “voici ce que tu nous as laissé”. En effet petit à petit les colons français vont s’accaparer les terres cultivables déstabilisant en profondeur l’économie vivrière des Mélanésiens et laissant aux autochtones des terrains de moins bonne qualité.

Ataï, en collaboration avec d’autres chefs de tribus, commence à fomenter un plan pour prendre Nouméa (devenue capitale de la Nouvelle-Calédonie). Mais en juin 1878, après l’assassinat d’une famille de colons, les choses s’accélèrent : l’administration coloniale fait enfermer dix chefs de tribus.

De juin à août, les kanaks changent leurs plans et lancent des attaques de grande ampleur, tuant gendarmes et colons (environ 200 personnes).

L’insurrection est finalement matée par la France et la répression est extrêmement sanglante : Ataï est décapité et sa tête, placée dans du formol, est envoyée en trophée à Paris. Les autres chefs kanaks sont exécutés sans jugement et près de 5% des mélanésiens sont tués (environ 2 000 personnes). La barbarie sadique du colonialisme français est inscrite dans les mémoires.

Pendant la Première Guerre mondiale, des soldats kanaks se retrouvent à aller se battre dans une guerre qui ne les concernent pas. En plus de cela, les colons français accaparent encore davantage de terres pour répondre aux besoins croissants en approvisionnement.

En 1917, une guérilla s’organise autour de la figure de Noël, chef de la tribu de Tiamou. Celle-ci est réprimée au bout d’un an. Noël est lui aussi décapité et une soixantaine d’autres rebelles sont condamnés.

Après cette nouvelle révolte, les colons français tentent une nouvelle approche. Il s’agit désormais de former une “élite kanak républicaine” qui pourrait permettre de corrompre l’esprit de résistance de l’intérieur.

En 1931, des kanaks sont exposés, comme s’ils étaient des animaux, à l’exposition coloniale de Paris.

Après la Seconde Guerre mondiale, le statut de la Nouvelle-Calédonie change. Elle n’est plus officiellement considérée comme une colonie et la nationalité française est donnée aux kanaks. La population obtient le droit de vote en 1957. La Nouvelle-Calédonie devient 3ème producteur mondial de nickel et les autorités françaises encouragent une colonisation de peuplement. Cette arrivée de colons fait augmenter la population de 20% dans la première moitié des années 1970.

En parallèle, les idées indépendantistes se développent et préparent une nouvelle ère de révoltes anticoloniales dans les années 1980 : ce que la France appellera “les évènements”.

Les “évènements”

Dans les années 1960, les revendications nationalistes kanaks se formalisent. Des étudiants de gauche ayant participé à mai 68 reviennent en Nouvelle Calédonie. Nidoïsh Naisseline, militant d’extrême gauche, fonde les “Foulards Rouges” tandis que d’autres indépendantistes créent en 1971 le “groupe 1878” (référence à l’insurrection de cette année là). Ils demandent la restitution des terres et veulent préserver leur identité. Ils fusionnent pour créer le Parti de Libération Kanak en 1975. D’autres suivront comme le Parti indépendantiste en 1979.

Pierre Declercq, enseignant et partisan de l’indépendance, est assassiné chez lui en septembre 1981. Ses assassins ne seront jamais retrouvés. Des manifestations éclatent et des barrages sont mis en place. La situation continue de se tendre en juillet 1983 où des gendarmes sont tués.

Un référendum d’autodétermination est prévu pour 1989 mais les indépendantistes souhaitent que le corps électoral soit limité afin que ce soit les peuples autochtones, et non les colons, qui y votent. Cette revendication est d’abord refusée. En 1984 des militants indépendantistes kanaks se rendent dans la Libye de Kadhafi pour y suivre une formation militaire. Le Front indépendantiste devient Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS) et ce dernier appelle à boycotter les élections territoriales de 1984 en raison de cette règle électorale qu’ils considèrent illégitime. Un des leaders indépendantistes, Eloi Machoro, brise une urne électorale pour symboliser ce boycott.

C’est le début d’une quasi-insurrection.

En novembre 1984, des barrages sont dressés, le sous-préfet est séquestré, la gendarmerie est occupée dans la commune de Thio, cinq hélicoptères du GIGN sont désarmés. En décembre, des maisons d’européens sont pillées et incendiées.

Le gouvernement socialiste français envoie l’armée et la gendarmerie, interdit toutes les manifestations et fait surveiller étroitement les tribus.

Après un bref retour au calme, les tensions reprennent entre colons et indépendantistes.
En janvier 1985, le GIGN exécute Eloi Machoro, l’État d’urgence et le couvre-feu sont mis en place.

Pour calmer le jeu, le gouvernement de Laurent Fabius accorde davantage d’autonomie à la Nouvelle-Calédonie et met en place quelques réformes pour davantage de démocratie.

Cela ne dure pas bien longtemps puisque l’année suivante la droite revient au pouvoir avec le gouvernement de cohabitation mené par Jacques Chirac. Le statut “Pons I” est voté : il vise à contrer les velléités indépendantistes, à réduire les compétences qu’avaient obtenues les “conseils de région” et à organiser un référendum d’autodétermination.

Une fois de plus le FLNKS explique qu’il ne participera pas au référendum si les colons peuvent y voter au même titre que les kanaks.

Celui-ci est soutenu par le mouvement des non-alignés, c’est-à-dire les pays qui se refusent à être inféodés aux Etats-Unis ou à l’Union Soviétique. L’Assemblée générale de l’ONU vote une résolution affirmant « le droit inaliénable du peuple de la Nouvelle-Calédonie à l’autodétermination et à l’indépendance » et inscrit la Nouvelle-Calédonie dans la liste des territoires non autonomes des Nations unies, c’est-à-dire des territoires non-décolonisés « dont les populations ne s’administrent pas encore complètement elles-mêmes ».

Le référendum est boycotté par les indépendantistes et en septembre 1987 cette “autodétermination” est donc rejetée sans surprise. Ces derniers s’engagent également à boycotter l’élection présidentielle et les élections régionales. En octobre, les auteurs d’une embuscade dans laquelle dix indépendantistes avaient été tués en 1984 sont tous acquittés par un jury composé exclusivement d’Européens, ce qui déclenche la colère des kanaks.

Deux jours avant la présidentielle de 1988, des militants du FLNKS lancent une nouvelle offensive : c’est ce qu’on appellera la prise d’otages d’Ouvéa.
Une soixantaine d’indépendantistes attaquent une gendarmerie à Ouvéa et prennent une vingtaine de gendarmes en otage (quatre d’entre eux sont tués durant l’attaque). Une moitié des otages sera rapidement libérée, les autres seront conduits dans une grotte.

Le gouvernement français déclare l’île zone militaire et l’interdit aux journalistes. Les soldats français s’en donnent à cœur joie : des enfants sont maltraités, attachés aux poteaux des cases, devant leurs familles.

Alors que les gendarmes sont bien traités par les ravisseurs, Chirac discute avec le général Vidal et lui demande ce que feraient les israéliens et Thatcher dans un pareil cas. Le général répond qu’ils lanceraient une “intervention”, Chirac se décide alors à le faire.

Le 5 mai 1988, l’assaut est lancé, les kanaks laissent les otages s’enfuir sans leur faire de mal. La version officielle est simple : 18 ravisseurs auraient été tués au combat. Sauf que 12 d’entre eux seront retrouvés avec des balles dans la tête en plus de leurs autres blessures. Bref il s’agit d’exécutions sommaires. En juin, une loi d’amnistie s’applique à tous les faits de cette affaire ce qui permet de ne pas creuser ce qu’il s’est réellement passé. Michel Rocard confirmera d’ailleurs : “À la fin de l’épisode de la grotte d’Ouvea, il y a eu des blessés kanaks et deux de ces blessés ont été achevés à coups de bottes par des militaires français, dont un officier (...) Il fallait prévoir que cela finisse par se savoir et il fallait donc prévoir que cela aussi soit garanti par l’amnistie”.

Pour ramener le calme, les Accords de Matignon sont signés, acceptés notamment par le FLNKS. Ils sont ratifiés par un référendum sur l’autodétermination en Nouvelle-Calédonie qui donne le oui gagnant. iI prévoit qu’un référendum sur l’indépendance soit organisé dix ans plus tard.

Le référendum de 2021 contesté

Durant cette période les gouvernements français incitent à la construction d’usines et d’infrastructures. Les inégalités sur l’archipel restent majeures.
En 1998 les accords de Nouméa repoussent d’encore dix ans le référendum sur l’indépendance initialement prévu cette année-là.

Celui-ci a donc lieu en novembre 2018, seuls les kanaks et les “caldoches” (les descendants de colons et de bagnards installés depuis longtemps) votent. Le “non” à l’indépendance l’emporte à 56,4%. La loi prévoit que les kanaks puissent encore organiser deux autres référendums.

Un nouveau référendum sur l’indépendance est ainsi prévu en 2020. Il est légèrement reporté en raison de la pandémie de Covid-19. Le vote indépendantiste progresse mais perd de nouveau avec le “non” qui l’emporte à 53,2%.

Un troisième référendum est donc organisé en 2021 mais cette fois celui-ci est boycotté par les indépendantistes. En effet, l’Etat français refuse de repousser le référendum comme demandé par les indépendantistes en raison de la pandémie. Les indépendantistes ne votant pas, le référendum donne sans surprise une très large victoire au refus de l’indépendance (96%)

Mai 2024 : révolte contre la réforme constitutionnelle

Le gouvernement français tente de profiter de la défaite des indépendantistes pour changer les règles constitutionnelles et limiter la possibilité d’une indépendance future.

Il souhaite ainsi ouvrir le droit de vote à tous les résidents de Nouvelle-Calédonie habitant sur le territoire depuis au moins dix ans, ce qui permettrait de mettre petit à petit en minorité les kanaks.

En métropole, les députés ont commencé à se pencher sur cette loi le lundi 13 mai. Cela a déclenché un important mouvement de révolte : incendies de véhicules, pillages de magasins, dizaines d’entreprises et d’usines incendiées, affrontements avec la police, mise en place de barricades, mutinerie en prison.

La France Insoumise a demandé le retrait du projet de loi mais le vote est toujours prévu alors que le couvre feu vient d’être décrété, et que le gouvernement envoie quinze renforts du GIGN

Dans un contexte de révolte de haute intensité en Nouvelle-Calédonie, il est essentiel de comprendre les racines profondes de ces troubles. La colonisation de la Nouvelle-Calédonie a laissé des cicatrices profondes dans la société, marquées par des décennies d’oppression, de dépossession des terres autochtones et de répression brutale. Depuis les premières attaques des colons jusqu’aux révoltes anticoloniales des années 1980, l’histoire de la Nouvelle-Calédonie est celle d’une lutte constante pour la liberté et l’autodétermination.
Les accords de Matignon en 1988 ont semblé apaiser les tensions, mais les inégalités persistent, alimentées par une économie déséquilibrée et des disparités sociales criantes. Malgré les référendums sur l’indépendance, les tensions restent vives, avec des résultats serrés et des débats continus sur le chemin à suivre pour l’avenir de la Nouvelle-Calédonie.

La récente tentative de réforme constitutionnelle par le gouvernement français a ravivé la contestation, alimentant un mouvement de révolte sans précédent. Les incendies, les pillages et les affrontements avec les forces de l’ordre reflètent la frustration et la colère d’une population qui se sent une fois de plus marginalisée et trahie.

Alors que la France de Macron risque de réprimer brutalement, il est crucial de reconnaître les aspirations légitimes du peuple kanak à l’autodétermination.

Rob Grams

Source : Frustration

Colonialisme en Kanaky : résumé en 40 secondes

Pour comprendre ce suprémacisme toujours en vigueur aujourd’hui, voici une vidéo de 40 secondes issues d’un reportage de l’émission Strip Tease, tourné en 1998, que vous pouvez visionner intégralement en ligne. On y voit un caldoche rudoyer son employé kanak avec des injures raciste très violentes, devant la caméra. Rien n’a changé depuis cette émission.

Si Youtube décide de censurer la vidéo voici une copie sur Contre Attaque

Kanaky : des milices de colons armés tuent plusieurs habitants

Des milices de colons blancs, souvent cagoulés, équipés de fusils à lunette ou de fusils à pompe. Ce sont les images effrayantes qui nous arrivent de Nouvelle Calédonie/Kanaky ces derniers jours. Ces groupes armés s’organisent par quartier, et certains ouvrent le feu. 3 Kanaks ont ainsi été abattus.

Ce territoire du Pacifique est surarmé. Selon les autorités, 64.000 armes sont déclarées et autant circulent illégalement, soit près de 130.000 armes pour 272 000 habitants. Cette situation folle est le fruit d’une décision des autorités locales en 2011, visant à faciliter, la possibilité de s’armer pour les Blancs surnommés les « caldoches ». Seuls une carte d’identité ou un permis de chasse sont exigés pour se procurer une arme, et les quotas de munitions ont été supprimés. Cette mesure a provoqué une explosion des achats dans les armureries. Une décision irresponsable et criminelle.

Depuis deux jours, trois Kanaks ont donc été assassinés. Deux hommes de 19 et 36 ans et une adolescente de 17 ans. L’un des défunts s’appelait Djibril Saïko Salo et était en première année de BTS. Le CCAT – Cellule de coordination des actions de terrain – qui représente les indépendantistes Kanaks détaille « les conditions dans lesquelles (il) a été abattu » et explique qu’il a été « abandonné sur la route comme s’il s’agissait d’une vulgaire bête sauvage, ou pire, d’un criminel récidiviste ». Le collectif ajoute : « Le caractère ignoble et volontaire de cet acte, nous le qualifions sans ambiguïté de meurtre avec préméditation, avec volonté assumée de laisser son cadavre exposé sur la chaussée en guise certainement de message à ceux qui veulent suivre son exemple ».

Une photo montre un colon braquer son fusil à lunette derrière un grillage prêt à tirer. Une vidéo, authentifiée par Le Monde montre un homme blanc tirant délibérément en direction de deux jeunes Kanak marchant sur la route à Nouméa. D’autres témoignages évoquent des expéditions punitives de colons.

Enfin, un gendarme a été tué par un tir qualifié “d’accidentel” par les médias. Les autorités disent pudiquement qu’il ne “s’agit pas d’un tir ennemi”. C’est donc la balle d’un autre gendarme ou d’un milicien qui a coûté la vie à cet homme.

En parallèle à cette violence paramilitaire, l’état d’exception est décrété dans l’archipel. Le gouvernement vient d’assigner à résidence cinq indépendantistes du CCAT, et les autorités envisagent de dissoudre le collectif. Gabriel Attal a annoncé le déploiement de l’armée en Nouvelle-Calédonie et interdit l’accès au réseau social Tiktok.

Ainsi, les milices et les forces régulières de la République française assurent, ensemble, la répression coloniale. Par son mépris et sa violence, le gouvernement Macron a fait voler un lent et fragile processus de paix en Kanaky. Et plusieurs vies ont déjà été volées.

Source : Contre Attaque

Comprendre la crise en Kanaky

Vous avez dit « grand remplacement » ?

Vu de France métropolitaine, la révolte en Kanaky et ses causes peuvent paraître complexes. C’est pourtant plus simple qu’on peut l’imaginer : imaginez une colonie de peuplement, où les habitants originaires sont dépossédés de leurs terres et progressivement mis en minorité, afin de ne plus pouvoir décider de leur sort, même dans le cadre d’élections.

Ce « grand remplacement » a été théorisé dès les années 1970 par le Premier Ministre français : Pierre Messmer. Le chef du gouvernement avait été résistant avant d’occuper différents postes de pouvoir, de lancer le grand programme nucléaire français et d’être nommé Premier ministre du président Pompidou. Il explique dans une lettre du 19 juillet 1972 à son secrétaire d’État aux DOM-TOM un plan pour coloniser la Nouvelle-Calédonie. Pour lui, les Kanaks, qui peuplent cet archipel depuis près de 5000 ans, doivent peu à peu s’effacer sous le poids démographique d’une population blanche.

Voici ce qu’il écrivait :

« La Nouvelle-Calédonie, colonie de peuplement, bien que vouée à la bigarrure multiraciale, est probablement le dernier territoire tropical non indépendant au monde où un pays développé puisse faire émigrer ses ressortissants.

Il faut donc saisir cette chance ultime de créer un pays francophone supplémentaire. La présence française en Calédonie ne peut être menacée, sauf guerre mondiale, que par une revendication nationaliste des populations autochtones appuyées par quelques alliés éventuels dans d’autres communautés ethniques venant du Pacifique.

À court et moyen terme, l’immigration massive de citoyens français métropolitains ou originaires des départements d’outre-mer (Réunion) devrait permettre d’éviter ce danger en maintenant et en améliorant le rapport numérique des communautés.

À long terme, la revendication nationaliste autochtone ne sera évitée que si les communautés non originaires du Pacifique représentent une masse démographique majoritaire. Il va de soi qu’on n’obtiendra aucun effet démographique à long terme sans immigration systématique de femmes et d’enfants. »

50 ans plus tard, c’est ce qu’il se passe en Kanaky. Et Macron, en voulant « dégeler » le corps électoral, c’est-à-dire permettre aux nouveaux arrivants de participer aux scrutins, veut achever le processus, en empêchant définitivement les Kanaks la possibilité même d’être majoritaires dans les urnes. Et donc rendre impossible toute autodétermination.

Ainsi, le gouvernement français pourra invoquer la « démocratie » en toute bonne conscience, puisque les votes sur l’indépendance de la Kanaky ne peuvent que lui être favorables. Machiavélique.

Source : Contre Attaque

»» https://www.frustrationmagazine.fr/nouvelle-caledonie-revolte-kanak-co...
URL de cet article 39590
  

Philippe Bordas. Forcenés. Paris, Fayard 2008.
Bernard GENSANE
Ce très beau livre, qui montre à quel point le cyclisme relève du génie populaire et comment il a pu devenir une « province naturelle de la littérature française », me donne l’occasion d’évoquer des ouvrages qui m’ont, ces dernières années, aidé à réfléchir sur la pratique du vélo, sur le cyclisme professionnel et la place du sport dans notre société. Ce n’est pas l’argent qui pourrit le sport (l’argent, en soi, n’est rien), c’est le sport qui pourrit l’argent. La première étape du premier Tour de France en 1903 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous faisons semblant de ne pas comprendre le lien entre notre confortable niveau de vie et les dictatures que nous imposons et protégeons par une présence militaire internationale.

Jerry Fresia

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.