RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Être palestinien en Israël – Ségrégation, discrimination et démocratie

La Guillotine est heureuse de vous proposer sa deuxième publication. Après Europe-Israël : Une alliance contre-nature de David Cronin, traitant des relations ambivalentes entre l’Europe et Israël, cette fois il s’agit d’une investigation abordant un autre sujet peu éclairé. Alors que les Palestiniens en Israël s’imposent comme une composante incontournable de la réflexion politique et de l’action pour libérer la Palestine de l’apartheid et de la domination militaire sionistes, aucun livre en français n’expose systématiquement le régime de discrimination légalisée auquel ils sont soumis depuis la proclamation d’Israël. Or, le livre écrit par Ben White comble largement ce déficit d’information.

Ce livre traite d’une question clé ignorée par le “processus de paix” officiel et par les commentateurs les plus influents : celle de la minorité palestinienne à l’intérieur d’Israël. Malgré sa considérable population palestinienne en pleine croissance, ce pays se définit, non comme un État de ses citoyens, mais comme un État juif. White démontre que l’insistance à privilégier constamment un groupe ethnoreligieux par rapport à un autre n’est pas compatible avec les valeurs démocratiques. À moins d’y remédier, cette politique ne peut que saper toute tentative de trouver une paix durable. Ce livre démolit de façon convaincante le mythe d’Israël “seule démocratie” du Moyen-Orient. Comme le montre Ben White, le traitement des Palestiniens en Israël est la preuve ultime qu’Israël est tout sauf démocratique.

Ben White est un journaliste dont les travaux ont été publiés dans The Guardian, The New Statesman, Al Jazeera et The Electronic Intifada. Il est l’auteur de Israeli Apartheid (Pluto Press, 2009).

Chapitre 1 – Juif et démocratique ? – Extrait pp. 27-29

Il est devenu banal d’entendre les dirigeants israéliens et les diplomates exiger que les Palestiniens “reconnaissent” Israël comme un État juif ou parfois « juif et démocratique ». Apparu dans le cadre des pourparlers de paix après Oslo, cela est relativement récent. En effet, avant 2000, la question du caractère supposément « juif et démocratique » d’Israël n’était pas souvent l’objet de compte-rendus ou de débats. À en croire les archives des journaux de la période 1970 à 1990, le souci de préserver Israël en tant qu’État « juif et démocratique » faisait principalement partie d’un débat sur le devenir des Territoires palestiniens occupés par Israël depuis 1967.

Désormais, par contre, le caractère autoproclamé juif d’Israël ne fait plus seulement partie du processus de paix : selon certains législateurs de la Knesset, il faut aussi le « défendre ». Pour les lobbyistes et les soutiens internationaux d’Israël, c’est l’opposition à Israël en tant qu’État juif qui rend sa « délégitimation » si problématique. Il est par conséquent vital de décortiquer la formule « juif et démocratique » puisque comprendre la signification de cette autodéfinition nous aide à mieux identifier la cause principale du conflit.

Premièrement, pour citer l’universitaire israélien, Dr Haim Misgav, « l’État d’Israël n’est pas comme les autres États », et cette particularité est célébrée ostensiblement (3). Voici, par exemple, ce que l’universitaire Eliezer Schweid a écrit pour l’Organisation sioniste mondiale en 1970 :

« En tant qu’État sioniste, l’État d’Israël, à la différence des autres États, doit se concevoir comme l’État d’un peuple dont la majorité n’est pas concentrée à l’intérieur de ses frontières. En tant qu’État sioniste, il doit assumer la responsabilité de la sécurité, du bien-être, de l’unité et de l’identité culturelle continue du peuple juif (4)... »

Souvenons-nous néanmoins qu’en Israël un citoyen sur cinq est un Palestinien. Aussi, alors que la “limite” d’Israël s’étend jusqu’à inclure « chaque Juif, partout dans le monde », car tous sont considérés comme des citoyens potentiels, « dans le même temps, Israël reste un État pour une partie seulement de ses citoyens actuels (5) ».

Deuxièmement, s’il faut trancher, une moitié du caractère « juif et démocratique » pèse plus lourd que l’autre. Noam Arnon, une personnalité clé du mouvement des colons, l’a exprimé ainsi :

« Par définition, l’État d’Israël a été fondé en tant qu’État juif. Le régime constitué est de caractère démocratique, mais par essence il est juif. Et si contradiction il y a entre cette essence et le caractère du gouvernement, il est clair que l’essence doit prédominer(6)... »

Cela n’est pas seulement le point de vue de la droite politique en Israël ; comme nous allons le voir, il s’agit d’une vision qui régente les sphères juridiques, législatives et administratives. C’est un État « créé par et pour les Juifs » et par conséquent un État qui « s’identifie avec le groupe national central, plutôt qu’à ses citoyens en tant que tels(7) ».

Troisièmement, la discrimination subie par la minorité palestinienne et qui est inhérente à la définition d’Israël comme « juif et démocratique » est reconnue sans problème lorsque la question est discutée honnêtement. La célèbre juriste Ruth Gavison, qui fut un temps pressentie pour un siège à la Cour suprême d’Israël, fut l’une des membres fondateurs de l’Association pour les droits civils en Israël. En 2003, Gavison a rédigé une longue défense du « droit des Juifs à un État » dans laquelle elle s’est exprimée sans détour sur les conséquences pour les Palestiniens :

« L’État juif est donc une entreprise dans laquelle les Arabes ne sont pas des partenaires pleinement égaux ; leurs intérêts n’ont pas le même statut que ceux des Juifs – qui sont, pour la plupart, des nouveaux venus sur cette terre, sans compter ceux qui n’y vivent même pas (8). »

De même, dans l’étude Civil Religion in Israël, les chercheurs israéliens Charles S. Liebman et Eliezer Don-Yeiyha affirmèrent « la nature même de la religion civile [d’Israël] exclut les Arabes », lesquels représentent actuellement environ 20 % de la population (9).

ISBN : 978-2-9543806-1-2

160 pages
13 x 20 cm
Prix : 10 €
Dépot légal : mai 2012
Edition La Guillotine

»» https://assolaguillotine.wordpress.com/etre-palestinien-en-israel-de-ben-white/

3. Haim Misgav, « This is not racism », Ynetnews.com, 9 octobre 2009.

4. Eliezer Schweid, « Israel as a Zionist state », World Zionist Organization, www.wzo.org.il/index.php ?dir=site&page=articles&op=item&cs=3316 (consulté le 21 janvier 2015).

5. Baruch Kimmerling, « Boundaries and frontiers of the Israeli control system : analytical conclusions », in Baruch Kimmerling (éd.), The Israeli State and Society : Boundaries and Frontiers, Albany, NY : State University of New York Press, 1989, pp. 265–84 (274).

6. Ha’aretz, 28 août 2002.

7. Yifat Holzman-Gazit, Land Expropriation in Israel : Law, Culture and Society, Aldershot : Ashgate, 2007, p. 102.

8. Ruth Gavison. « Plaidoyer pour le droit à un État juif », in Les Temps Modernes, n° 652-653 (2009), pp. 46-85, www.cairn.info/zen.php ?ID_ARTICLE=LTM_652_0046 (consulté le 20 janvier 2015)

9. Charles S. Liebman et Eliezer Don-Yehiya, Civil Religion in Israel : Traditional Judaism and Political Culture in the Jewish State, Berkeley, CA : University of California Press, 1983, p. 12.


URL de cet article 28555
   

Même Thème
Israël, parlons-en !
Michel COLLON
PRESENTATION : Voilà qui peut paraître étrange tant les médias nous parlent d’Israël. Mais les raisons du conflit sont-elles claires ? Israël : terre sans peuple pour un peuple sans terre ? Démocratie en légitime défense ou Etat d’apartheid ? Choc des civilisations, conflit religieux ou enjeu pétrolier ? Pourquoi une solution paraît-elle impossible ? Michel Collon a interrogé 20 témoins et spécialistes. Israéliens et Arabes, juifs et musulmans, Européens et Américains. Chacun éclaire une question (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je donne à manger aux pauvres, ils disent que je suis un Saint. Quand je demande pourquoi les pauvres sont pauvres, ils disent que je suis un communiste.

Dom Helder Camara

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.