Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La cryptographie et l’autoritarisme (Blog do Mauro Santayana)

Les États-Unis, qui se présentent, comme toujours, comme le paladin de la défense de la liberté et de la démocratie, viennent de demander à la communauté scientifique de mettre fin à la cryptographie, un processus qui permet aux utilisateurs d’ordinateurs de défendre leurs données des pirates, et de les protéger des États abusifs et autoritaires qui espionnent leurs propres citoyens comme les étrangers, ce qui est le cas des États-Unis.

Lors de la dernière conférence RSA, sur les systèmes de sécurité cybernétique, le Secrétaire pour la Sécurité Intérieure des EU, Jen Johnson, a lancé un appel aux techniciens et aux scientifiques présents, afin qu’ils développent une forme définitive pour « contourner et rendre caduque la cryptographie », afin de renforcer le pouvoir des organes de sécurité.

Le chemin le plus simple dans ce but est déjà tracé. L’avance rapide de l’informatique quantique rendra possible un nouveau type d’ordinateur, contre lequel la majorité des logiciels de cryptographie ne seront d’aucune utilité.

Il y a pourtant des pays et des organisations, anticipant la menace que ce type de machine pourrait occasionner aux libertés individuelles, qui s’organisent pour inciter au développent de nouveaux types de cryptographie capables de protéger les données dans l’univers futur de l’informatique quantique, avant même que les ordinateurs quantiques ne soient développés.

Échaudée par l’espionnage pratiqué contre certains de ses dirigeants, comme la chancelière Angela Merkel, l’Union Européenne ne semble pas être disposée à rester les bras croisés contre un immense Big Brother planétaire fomenté par le gouvernement étasunien, non pas dans le style de son homonyme imbécile (le reality show du même nom NdT), mais dans celui décrit par le roman prophétique de George Orwell 1984.

La Commission Européenne vient de libérer des millions d’euros pour que soient développés des systèmes cryptographiques immunisés contre les ordinateurs quantiques, dans ce qui est déjà appelé la cryptographie « post-quantique ». N’importe quelle donnée qui devrait être protégée à un horizon de plus de dix ans nécessiterait déjà la garantie de ce système, puisque c’est le délai prévu pour l’entrée en service de l’informatique quantique par les gouvernements les plus avancés dans ce domaine.

Le Brésil, dont le gouvernement a été également la victime de l’espionnage étasunien, devrait se joindre à cet effort, en collaboration avec l’Union Européenne, ou en finançant de telles études au sein d’universités comme l’USP (Université de São Paulo).

Les EU allèguent qu’il est nécessaire d’éliminer la cryptographie pour se défendre des « terroristes » et des criminels.

La question est de savoir qui, dans le futur, déterminera qui est « terroriste » et qui est un combattant qui lutte, éventuellement, contre des états fascistes disposant de technologie de localisation des personnes, de reconnaissance faciale, de données biométriques, d’espionnage en masse des télécommunications et de l’internet.

Au nom de la liberté, il est primordial que cette prérogative appartienne à l’individu, et non au système.

Traduit par Lucien pour Si le Brésil m’était traduit...

»» http://www.maurosantayana.com/2015/04/a-criptografia-e-o-autoritarismo.html
URL de cet article 28556
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Même Thème
Histoire du fascisme aux États-Unis
Larry Lee Portis
Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée. Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le fait est que les slogans du type "soutenons nos soldats" n’ont aucun sens... Et c’est tout l’objectif d’une bonne propagande. Il vous faut créer un slogan auquel personne ne s’oppose, et tout le monde y adhérera. Personne ne sait ce qu’il veut dire parce qu’il ne veut rien dire. Son importance réside dans le fait qu’il détourne l’attention d’une question qu’il aurait fallu poser : soutenez-vous notre politique ? Mais ça c’est une question qu’on n’a pas le droit de poser.

Noam Chomsky


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.