RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Peur, croyance et besoin d’appartenance

L’homme conscient a naturellement peur. Peur de la mort, de la maladie, de l’exclusion, de la trahison, etc. Afin de juguler ces peurs, plus ou moins prégnantes, il est amené à adhérer aux diverses croyances d’usage qu’impose sa communauté, ou du moins qu’induit son environnement — familial, social, culturel. C’est ce que l’on pourrait appeler, de façon générale, le prêt-à-penser. Qu’on l’estime indispensable ou non, au fond peu importe, car les bienfaits et les méfaits n’en seront jamais réellement quantifiables — ceux-ci relevant avant tout de l’intimité.

On ne peut reprocher aux gens leurs croyances dès lors qu’ils y trouvent des réponses à leurs peurs, et qu’on en admet les fonctions protectrices pour la collectivité, notamment pour les plus vulnérables. On ne peut reprocher aux gens leurs habitudes, leurs rituels, aussi absurdes soient-ils d’un point de vue rationnel, dès lors qu’ils y trouvent des moyens de se rassurer dans le vertige de la vie, devant les injustices et incompréhensions de l’arbitraire. En revanche, qu’ils ne prétendent pas à la liberté pour autant. Car croire, c’est toujours se soumettre à un système, aussi séduisant soit-il (y compris spirituellement), aussi populaire soit-il, suivant l’éternel schéma de gestion binaire « sanction / récompense ».

C’est ainsi, par l’entretien de mythes culturels, qu’on oriente – ou qu’on manipule, selon les intentions et intérêts du pouvoir en place – le monde. L’homme n’étant plus ou moins qu’un grand enfant en attente d’autorité, de protection et de reconnaissance. Mythe de la « nation » qui permet d’envoyer les jeunes soldats au front, mythe du « juge céleste » qui permet une surveillance virtuelle des individus, etc. Aujourd’hui, les médias de masse et l’institution scolaire sont sans doute, par l’idéologie de la déshumanisation – sous le règne du profit et de la machine – et la banalisation de la perversité, les vecteurs de croyances les plus dangereux.

Encore une fois, il ne s’agit aucunement d’opposer les uns aux autres, puisque la croyance a, d’une certaine façon, quelque chose de vital, de curatif, pour celui qui pense et se projette. Seulement, c’est à l’homme adulte, en être responsable et autonome, qu’il revient de façonner ses propres croyances, qui deviendront alors convictions. Par la connaissance, l’expérience, le bon sens et surtout l’intuition. Non par les facilités du mimétisme et les bassesses du conformisme, qui sont les voies de la soumission aux prédateurs. La voie de la sagesse consistant peut-être à reconnaître son ignorance forcée, à oser dire « Je ne sais pas » plutôt qu’à s’enfermer dans l’arrogance de la certitude.

Certes, le besoin d’appartenance – en premier lieu à une communauté – est fondamental chez l’être social, car il naît, précisément, d’une peur fondamentale : celle de la solitude. Cependant, et là aussi, c’est l’homme lui-même qui devrait être idéalement à l’origine de son objet d’appartenance. Du moins s’il aspire à une quelconque « liberté »... L’homme se craindrait-il donc plus que tout, au point de devoir appartenir à autre chose qu’à lui-même ? L’animal, lui, se contente de son instinct. Et c’est là une chose admirable. Pourvu que son instinct n’ait été altéré par la violence du monde, y compris de sa propre communauté.

URL de cet article 39448
  

La Chine sans œillères
Journaliste, écrivain, professeur d’université, médecin, essayiste, économiste, énarque, chercheur en philosophie, membre du CNRS, ancien ambassadeur, collaborateur de l’ONU, ex-responsable du département international de la CGT, ancien référent littéraire d’ATTAC, directeur adjoint d’un Institut de recherche sur le développement mondial, attaché à un ministère des Affaires étrangères, animateur d’une émission de radio, animateur d’une chaîne de télévision, ils sont dix-sept intellectuels, qui nous parlent (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Tout ce qui est sage a déjà été pensé : il faut essayer seulement de le penser encore une fois. »

Goethe

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.