RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Sortir de la culpabilité collective

Il est certain que l’issue de la tragédie en cours dans la bande de Gaza, transformée en champ de ruines par l’armée israélienne, sera décisive pour l’avenir de l’humanité : saurons-nous vaincre l’empire du mensonge et résister à la tyrannie sioniste, ou devrons-nous finir par nous incliner devant les pouvoirs du tribalisme raciste et de l’argent sale ?

Il n’y a plus à tergiverser, voilà le dilemme, terriblement binaire. Sommes-nous encore capables de soutenir l’opprimé, protéger l’être innocent qu’on bombarde en faveur d’idéologies suprémacistes et ségrégationnistes, ou faut-il se résigner face au chantage apocalyptique de ce micro-État artificiel qui, en plus de disposer de l’arsenal nucléaire, bénéficie de la complicité des gouvernements du monde occidental ?

Si l’on peut s’étonner qu’une minorité de gens, dans nos sociétés sous emprise atlanto-sioniste, soit ouvertement révoltée par tant d’injustice, c’est qu’une majorité semble victime de cet état de sidération propre à la personne abusée. Au-delà de la collusion mesquine qu’impose le régime de terreur israélien à nos responsables de l’information mainstream, comment de tels crimes sont-ils possibles, et permis ? Comment expliquer le silence et la complaisance mortels des institutions internationales ?

Les méthodes de la « seule démocratie du Moyen-Orient », bien connues de nos cercles complotistes (fichtre !), sont désormais officielles : une enquête conjointe du journal britannique The Guardian et de deux médias israéliens, publiée le 29 mai dernier sur le site de +972 Magazine, révèle comment ses services de renseignement ont agi ces dernières années pour espionner et menacer des responsables de la Cour Pénale Internationale entre autres. Au cas où l’on aurait eu un doute quant aux intentions « démocratiques » de l’État hébreu...

Cette incroyable complaisance des gouvernements alignés du monde en faveur de la « solution finale » israélienne à l’œuvre, en dépit de la violation permanente du Droit international, on la doit non seulement au chantage mafieux exercé tous azimuts par le régime de Netanyahou allié à l’Oncle Sam, mais aussi à cet effort de culpabilisation collective mené depuis des décennies par l’institution scolaire et les médias de masse quant aux horreurs de la Seconde Guerre mondiale.

Il est essentiel, en un travail de pédagogie intelligent, de rapporter et d’expliquer les évènements les plus tragiques de l’Histoire, pour continuer de sensibiliser le monde aux facilités du totalitarisme, cependant il n’est pas question que l’on se soumette aux exigences d’une communauté belliciste qui se complaît arrogamment dans un délire constant de persécution, et dont le fonctionnement relève objectivement, pénalement, de la criminalité en bande organisée.

Ce « devoir de mémoire » détourné, trafiqué et monnayé par une élite illégitime, qui brandit sa judaïté comme un alibi historique pour couvrir ses crimes et ses manœuvres les plus viles, le peuple allemand en sait particulièrement quelque chose ; un peuple anesthésié et humilié, qui porte aujourd’hui, par une américanisation réactionnaire des mœurs et le wokisme à tout-va, les stigmates les plus caricaturaux de cette tyrannie de la repentance.

Il est temps pour tous de sortir, consciencieusement et sereinement, de cette culpabilité collective insensée, et que les jeunes générations, tournées vers l’avenir, trouvent le courage de dire fermement à leurs bourreaux de la mémoire : les années 1940, c’est fini.

Place à la paix.

URL de cet article 39638
  

Même Thème
Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) je suis d’accord avec le fait que le tsunami a été une merveilleuse occasion de montrer, au-delà du gouvernement des Etats-Unis, le coeur du peuple américain.

Condoleezza "oui, j’ai un grain" Rice
devant la commission sénatoriale des relations étrangères US - janv. 2005

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.