Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les (principales) contradictions du capitalisme

La première survient quand les capitalistes proposent non pas des biens et des services pour combler les besoins de la population mais des « marchandises » avec pour unique raison d’empocher des profits puis de les réinvestir pour enclencher un nouveau cycle économique profitable. Cette contradiction ne saute pas aux yeux et c’est pour cela que le capitalisme a eu, un temps, un écho favorable.

La deuxième survient quand le capitaliste exige de la productivité de la part du salarié en robotisant et en automatisant, afin d’obtenir d’être plus compétitif vis-à-vis de la concurrence. Mais dans ce cas-là, il entre moins de valeur travail dans la valeur de la marchandise. Et c’est donc autant de moins de plus-value à exproprier.

La troisième survient quand, le salaire s’amenuise et donc la consommation tout autant. Le marché solvable rétrécit tandis que les capacités de production s’intensifient et inondent les marchés de produits ayant de moins en moins de valeur marchande, pour de moins en moins de clients en mesure de consommer.

La quatrième survient quand les banquiers et les financiers sont amenés à libéraliser le crédit afin de faire consommer aux salariés leurs salaires anticipés. Ils espèrent ainsi continuer à empocher leurs profits qui bientôt ne seront jamais produits puisque la crise économique s’approfondira. Mais plus les salariés empruntent, plus son pouvoir d’achat se réduit car il doit en plus rembourser les intérêts. La publicité est là pour activer le temps de cerveau disponible pour renforcer le besoin factice d’objet inutile.

Mais attention, je ne voudrais pas laisser croire que le capitalisme tombera comme un fruit mur, celui-ci est très résilient, il a plus d’un tour dans son sac. Quand la farce de la démocratie bourgeoise sera complètement cramoisie et qu’après avoir enlevé les 50 couches de poudre (une par an) sur les yeux, la population s’apercevra que la démocratie n’a été que de façade, alors le plan B interviendra. Ce plan B est à la fois attendu par les forces progressistes car ce sera la preuve manifeste que les idées marxistes sont bien fondées mais le plan B est aussi redouté car les capitalistes n’auront aucun scrupule à enclencher l’option fasciste et les premières victimes de cette guerre (interne ou externe) seront les militants progressistes puis ce sera le tour des boucs émissaires, les musulmans semblent tenir la corde pour jouer le rôle des juifs il y a 75 ans. C’est ça qui est bien avec le capitalisme, c’est qu’on sait par avance comment cela va se passer, mais bon après de là à s’en prémunir, il nous faut encore deux bonnes guerres mondiales.

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2015/05/l...
URL de cet article 28554
   
Même Thème
Sélection naturelle. Un roman capitaliste.
Alexandre Grondeau
John, Yan et Jean ont des quotidiens et des parcours professionnels très différents, mais ils arrivent tous les trois à un moment clef de leur vie. John est un avocat d’affaires sur le point de devenir associé monde dans un grand cabinet. Yan, un petit dealer toujours dans les embrouilles et les galères. Jean, enfin, est un retraité qui vient d’apprendre que ses jours sont comptés. Malgré leurs différences, ces trois antihéros se débattent dans les contradictions de la société de consommation, seuls (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je ne sais pas ce qu’est un homme, je ne connais que son prix.

Bertolt Brecht


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.