Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

33 

les zadistes et le titre de propriété

Depuis l’avènement du capitalisme, le sujet paraît sérieux : Avez-vous le titre de propriété du bien dont vous jouissez, en poche ? Ou êtes vous un imposteur voire un voleur ? Les zadistes de notre dame des landes remettent, à leur corps défendant, le sujet au goût du jour.

Le sujet est tellement important qu’il a valu un débat épique entre les deux plus grands penseurs du XIXième siècle : Marx et Proudhon. Et l’on peut dire que le point de départ de leur controverse se situe dans la Constitution de 1793 (article 16) : « Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie ».

Marx commente : « Le droit de propriété privée est donc le droit de jouir et de disposer de sa fortune arbitrairement (à son gré), sans tenir compte d’autrui, indépendamment de la société, c’est le droit de l’égoïsme. C’est cette liberté individuelle tout autant que ce qui en découle qui forment la base de la société bourgeoise. » Proudhon de son côté ne critique pas de manière aussi exhaustive et radicale les articles principaux de la Constitution de 1793. Il se contente de pointer du doigt le droit de propriété. Proudhon nous explique dans son célèbre ouvrage "Qu’est-ce que la propriété ?" que l’égalité sous-jacente au droit de propriété est, selon lui, un droit fondamental qu’il décrit comme étant indispensable à toute liberté humaine. C’est un authentique droit naturel sur lequel il ne convient pas de transiger. Mais il note cependant une entourloupe dans la définition même de la « propriété ». Le flou sur le terme profite précisément au plus grand esclavagisme légal, au plus grands possédants ou aux rentiers sans scrupules ; une ambiguïté multiséculaire, à laquelle il attribue le fondement même de toutes nos misères sociales.

Le parallèle est saisissant, aujourd’hui certains citoyens honnêtes et républicains (celle là même qui bombarde en Syrie et bien d’autre pays) se disent qu’il n’est pas normal que des va-nu-pieds, des pouilleux se permettent de travailler un bout de champ humide sans titre de propriété et sans s’écrier : « ceci est à moi !! » Ce phénomène est en quelque sorte une réplique du mouvement des enclosures de l’Angleterre du XVIIeme siècle. Une époque où les potentats locaux souhaitaient conserver l’exclusivité des terres ce qui entraînait la suppression de la vaine pâture. L’absence de cadastre nécessitait de matérialiser les limites foncières, les haies firent l’affaire. Dans le bocage de Loire Atlantique, les haies fort nombreuses ont failli être supprimé. A la place un beau tarmac rutilant devait y être déployé. En quelque sorte c’était le cheminement inverse du mouvement des enclosures, on libérait les énergies, on faisait place nette, on fluidifiait les déplacements. Certes, certains grincheux pouvaient opposer que cela se faisait au bénéfice de capitaux privés, que cela allait générer un surcroît de pollution. D’autres rabat-joies précisaient que l’avion est un mode de déplacement que seule les classes avantagées bénéficient. En témoigne le fait que 160 millions de trajet sont effectués au départ d’un aéroport français, soit une moyenne de 2,5 trajets annuels par français. Posez-vous la question au regard du nombre de décollages que vous avez personnellement effectués, si cet investissement de 1 milliard d’euros (une paille par ces temps de crises) est fléché en direction des classes moyennes ? Alors le téléspectateur français non avisé devant sa télé trouve donc anormal que ceux qui ont sauvé 1650 hectares de la stérilisation puissent jouir de ce trésor. Pire : le Français qui prend sa douche chaude quotidienne reproche à ceux qui ont sauvé l’équivalent d’un carré de 4,5 km de verdure de ne pas sentir le shampoing aux huiles essentielles de perturbateur endocrinien et lui demande rubis sur l’ongle d’exhiber via son téléviseur HDMI interposé, son titre de propriété.

Mais reprenons le dialogue entre Proudhon et Marx pour nous éclairer. Proudhon a une formule amusante pour distinguer le droit de possession du droit de propriété, il dit : les amants se possèdent l’un l’autre de fait ; mais le mari, lui, est propriétaire. Il a tous les droits sur son épouse, et, selon la définition de la propriété privée il peut user et abuser à sa guise de son bien, y compris en mal. Si Proudhon préconise l’abolition pure et simple de la propriété privée, ce n’est pas à titre de possession de fait, mais de propriété sans limites, donc d’abus de propriété. Cette distinction entre propriété de fait et de droit est inexistante chez Marx, et pour cause : la propriété privée n’est rien d’autre que du travail matérialisé. Si l’on veut lui porter un coup fatal, c’est du coté du travail et donc des rapports sociaux qu’il faut voir.

Finalement, dans le combat des zadistes doit se retrouver le combat de toute personne qui pense que le système capitaliste a fait son temps. Certes ce n’est pas avec une zad que celui-ci s’écroulera de ses propres contradictions. Mais on peut tout au moins être solidaire comme on l’est quand les cheminots font grève pour le maintien de leur statut, pour les ouvriers de PSA Aulnay qui voient leur usine fermer ou pour les Fralibs qui se battent pour se transformer en Scoop.

VILA

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2018/04/l...
URL de cet article 33237
   
En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds.

Bertolt Brecht


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.