Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

40 

Il était une foie (gras)…

L’association états-unienne Animal Welfare Institute a salué, la fin de la commercialisation à New York du foie gras, « nourriture de luxe inhumaine ». Les grandes chaînes de fast food se marrent ainsi que les fabricants de missiles, avions de combat, balles de mitraillettes qui n’ont rien de cruel puisque cela n’affecte que les chairs d’hommes, de femmes, d’enfants….

En 1881 déjà, Paul Lafargue, gendre de Karl Marx, fustigeait l’hypocrisie nauséabonde des sociétés qui protègent « les chiens, les chats, les moineaux, etc. », en restant muettes sur « le pigeon shooting (le tir au pigeon) où l’on blesse et mutile des milliers de pigeons apprivoisés, pour l’amusement de quelques aristocrates imbéciles… ».

Ce zèle animaliste voulait ignorer que, « pour faire des profits, c’est-à-dire pour voler, il est permis aux bourgeois de torturer des être humains dans les bagnes capitalistes et de les empoisonner avec des produits falsifiés. La fin sanctifie les moyens ».

Pfff ! J’ai cauchemardé : des millions d’enfants mouraient de faim tandis que des activistes moralement hémiplégiques, intellectuellement éborgnés, ne voyaient partout que des toreros avec un voile sur la tête. Plus loin, des viragos brandissaient des pancartes : « Torero.e.s assassin.e.s », « les oie.e.s avec moi.e. ».

Théophraste R. Auteur de la fameuse thèse : « Les végan.e.s et l’humour.e. » et du fascicule (épuisé) : « Comment lancer des ba-balles au chien-chien pour lui voler sans risque sa pâté ? ».

URL de cette brève 6365
https://www.legrandsoir.info/il-etait-une-foie-gras.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
31/10/2019 à 09:38 par Fald

Animal Welfare aurait dû voir les fermières (dont les dernières survivantes sont nonagénaires) qui gavaient les oies et les canards un par un : les volatiles se pressaient autour d’elles. Car gaver une oie ou un canard, c’est comme offrir une bonne bouteille à un alcoolique. Ce n’est pas lui qui vous en voudra. Et pourtant, il a nettement plus conscience qu’un canard de la nocivité de la chose. (Sauf s’il est animaliste ?)

#163726 
31/10/2019 à 14:07 par Roselyne Arthaud

C’est fatiguant, insultant, ridicule de prétendre que ceux qui défendent la cause animale se fichent totalement de la souffrance humaine !!! Toutes les violences contre les enfants, les femmes, les travailleurs, les migrants, les gilets jaunes, les malades, les vieux, les arbres, les oiseaux...la liste est infinie ! sont liées par la cruauté sans limites de la plupart des humains.
Mangez du foie gras rend meilleur et plus intelligent ?
Seuls les végans lancent la ba- balle et caressent leur chat ?

#163737 
31/10/2019 à 14:13 par Assimbonanga

Depuis plusieurs années déjà, je boycotte le foie d’animaux cirrhosé. Pourtant, j’ai aussi beaucoup de révolte contre l’exploitation de l’homme par l’homme. L’un n’empêche pas l’autre.
Il est vrai que le goût de ce mets est délicieux, bien assaisonné. Il est difficile de voir les autres se régaler, mais c’est tout l’honneur du sacrifice ! Ceci dit, c’est indigeste et il ne faut pas trop en manger.
Bien sûr, ça commence à se voir : s’il y a une personne intolérante sur ce site, c’est bien moi ! Puisque je laisse les autres en manger sans leur imposer rien d’autre que mon abstinence (que beaucoup ne remarquent même pas tellement ils sont concentrés sur le tarti nage de leurs toasts ! )

#163738 
31/10/2019 à 15:33 par Xiao Pignouf

Texte très drôle et très vrai !

Une coquille sur le nom de Marx.

#163742 
31/10/2019 à 18:00 par babelouest

Je me souviens d’une manif particulièrement dure à Nantes il y a 5 ans environ (22 février 2014) : les manifestants pour se protéger avaient construit une barricade rue Ker Végan*, ce fut sanglant ! Ils étaient où, les défenseurs des animaux ?

.
* bon, Kervégan c’est en un seul mot....

#163745 
31/10/2019 à 18:31 par pierreauguste

Franchement je préfère mon chien et mes chats à Macron et consorts, et si tous devaient se noyer je sais à qui je tendrai la main.
Et je gaverai bien le petit banquier "amputeur" pour ensuite le livrer aux toreros.......

#163747 
31/10/2019 à 21:38 par taliondachille

On peut tout à fait manger du foie gras, être défenseur de la cause animale et défenseur des droits humains. D’ailleurs, j’arrive à faire les 3 en même temps (pour la 1re cause je vous conseille de l’accompagner d’un Saussignac). Le problème c’est que les 2 premières couvriront à point nommé l’espace médiatique lorsqu’il sera nécessaire de masquer une attaque du capital contre les droits de la troisième.

#163749 
31/10/2019 à 23:40 par François de Marseille

Ça me parle cette petite pique à nos amis les (defenseurs des) bêtes. L’argument des défenseurs qu’ils ne sont pas non plus indifférent à la souffrance humaine est gentil, mais les journées ne font que 24 h, et les consacrer à 100 ℅ à la cause qu’on défend activement ne la fait déjà pas beaucoup avancer, alors entre la non indifférence à la souffrance humaine et rien, il n’y a qu’une différence de sémantique sans effet pratique.
Suffit de voir comment l’ancien ruquier boy (actuel défenseur acharné des animaux) dézinguer JLM dès qu’il pouvait pour comprendre qu’il ne lèvera pas le petit doigt pour ses semblables.
Un sujet écran de fumée de plus pour dissiper l’énergie de la jeunesses sur des causes inutiles. Le troupeau est finalement d’une docilité déconcertante... 12 ℅ pour les CO2phobes, 2 ℅ pour les animaux, 6 ℅ pour les sujets sociétaux vendeurs (pma, mariage/adoption homos)...
Avec le noyau dur de droite à 40 ℅ (ps/lr/lrem) et le fn à 30 ℅, il ne reste que des miettes, ceux qui savent que le seul ennemi qui mérite nos luttes est l’état profond français dont l’assise se renforce exponentiellement de génération en génération.

#163750 
31/10/2019 à 23:59 par R. Lacape

@ taliondachille

"On peut tout à fait manger du foie gras, être défenseur de la cause animale et défenseur des droits humains. D’ailleurs, j’arrive à faire les 3 en même temps..."


Certes, mais si vous fréquentez le troupeau haineux des anti-corridas, vous savez très bien qu’ils ne font que ça, ne défendent que ça, avec une bonne conscience effrayante et une indifférence sidérante aux drames humains. Vous trouverez qq exceptions (comme vous), mais vous savez que je dis vrai.

#163751 
01/11/2019 à 00:27 par Xiao Pignouf

Je confirme : le texte est très drôle. Certains commentaires le sont beaucoup moins.

#163752 
01/11/2019 à 04:38 par Gabriel Proulx

Franchement, les pseudo-moralisateurs ici qui se permettent de se prétendre moralement supérieurs pour la seule raison qu’ils refusent catégoriquement toute défense des droits des animaux... Même pas le droit de défendre les animaux en extra, ce serait « inutile » selon certains démagogues dépourvus d’un argumentaire intelligent pour défendre leur propre pureté idéologique sectaire. Une maigre tentative de justification de leur vision égoïste de ce que devrait être le militantisme pour une société meilleure. Difficile de faire mieux, quand on veut diviser un mouvement, que d’en exclure des groupes entiers sous prétexte que l’une des causes qu’ils défendent ne cadre pas avec leur petit train de vie bourgeois-gauchiste. Tout ça pour défendre le foie gras (au goût dégueulasse de toute façon) et les barbares d’un autre âge qui prennent plaisir à regarder des taureaux se faire torturer à mort dans une « compétition » truquée en faveur des humains, parasites suprêmes et suicidaires de l’écosystème de notre seule et unique planète. Bien entendu, les prolétaires qui se soucient de ces questions, « qu’ils aillent au diable » si ça dérange l’alimentation de luxe, c’est bien ça ? Ce sera quoi après ? La défense des courses de chevaux ? Serait-ce devenue une tradition prolétaire pendant que je manifestait pour la fin d’une des guerres dans lesquelles le gouvernement canadien est impliqué ? Devrais-je plutôt défendre l’industrie de la guerre, pour sauver des emplois de prolétaires ?

Se fendre de textes pour envoyer promener des gens qui défendent des causes qui nuisent au grand capital, puis défendre cette attitude en citant un membre de la famille de Marx, ça, c’est une véritable perte de temps inutile. Je viens tout juste de perdre du temps militant à répondre à ces âneries. J’espère que vous êtes fiers de vous.

#163755 
01/11/2019 à 05:41 par pierreauguste

C’est curieux ,ici on parle des méchants "anti corridas",de souffrance humaine, d animalistes etc ...et les animaux !!!! Je crois que je préfère un homme de droite qui respecte les animaux plutôt qu ’un homme de gauche qui les ignore ou les considère comme des objets parce qu ’il me semble que c’est là que le rouge rejoint le brun(ET JE NE SUIS PAS VÉGÉTARIEN,NI VEGAN).....Salut

#163757 
01/11/2019 à 07:20 par guy

c comme pour le voile !!!

#163758 
01/11/2019 à 08:22 par calame julia

Quand on a pu voir et entendre le cri des cochons tués à la ferme, vu gaver les oies, saigner les poules et/ou
les coqs, dénuder les lapins, on n’a plus envie de les manger et quand les ânes, vaches et chevaux partaient
pour l’abattoir dont nombre de rétifs, on peut comprendre la souffrance animale. Encore que, tout était fait
(ou presque) dans le respect de l’animal de son vivant comparé aux élevages dont je préfère me taire sur
la cruauté actuelle.
Mes enfants ont été élevés pour certains d’entre eux à la capitale. Quand nous sommes revenus en terre
paysanne, ils ont d’eux-mêmes pris conscience de la liberté que leur offraient les paysans soucieux de
leur pays. Le nombre de journées qu’ils ont passés dans les arbres, dans les chemins au regard des troupeaux,
leur ont donné le sens du mot "liberté". Leur conscience de la préciosité de la planète, ils la doivent à eux-mêmes
et à tous ceux qui les ont laissés aller librement dans leurs champs et sur leur arbres. Et les saisons, ils savent
ce que c’est quand ils revenaient les poches pleines de fruits.
Et lorsqu’ils ont vue de leur yeux, les enfants de nouveaux installés boucher les cours d’eaux, les rus et autres filets
d’eau, ils ont compris qu’il fallait se mettre en marche autrement.

#163759 
01/11/2019 à 10:47 par legrandsoir

LGS a publié des pages entières sur la souffrance animale.
Ci-dessous, deux articles pris au hasard et qui dénoncent les conditions d’élevage des volailles.
https://www.legrandsoir.info/torture-et-festivites.html (décembre 2014).
https://www.legrandsoir.info/l-enfer-des-poules-pondeuses.html (septembre 2019).
LGS a pour ligne de dénoncer les conséquences sans ignorer les causes et sans culpabiliser les individus alors que des systèmes mondiaux sont moteurs et bénéficiaires de la barbarie.

#163761 
01/11/2019 à 10:50 par Assimbonanga

C’est un sujet de saison. "Les fêtes" approchent et cette campagne est dans le timing. Pas de quoi en faire un fromage. Les reportages de L214 ont permis de montrer comment on traite nos animaux, ce qui en dit long sur l’organisation de notre société capitaliste, industrielle et purement financière. Le long de mon trajet habituel, deux camps de concentration se sont construits ces deux dernières années. C’est pour faire du label rouge. En effet, ils font sortir les pauvres volailles au grand air pendant quelques jours, avant le départ pour l’abattoir. D’ailleurs, j’ai observé qu’une famille épervier adore ce moment... Chaque fois que je passe devant les unités d’élevage toutes en matière plastique, je me dis que si j’avais des .ouilles, je taguerai dessus un gros " DACHAU".
J’ai essayé de relire ce texte sous l’angle de la drôlerie. Bon... je ré-essaierai car ce n’est pas venu. ( Georges ou JC vous diraient que c’est à cause de mon endoctrinement, intolérance, idéologie derrière lesquelles je me retranche pour dissimuler mes certitudes. ) Je ne pense pas que LGS se grandisse particulièrement avec cet angle d’attaque.

Heureusement, il y a d’autres textes qui, eux, sont bons. Je trouve réconfortant que Fabien Roussel assume enfin le communisme. J’aime bien la logique, la simplicité et la capacité de raisonnement des Cubains.
Est-ce verser dans l’auto-satisfaction mais n’avons-nous pas tous oeuvré ici pour redresser les torts ? Toute l’équipe de LGS, +Thierry Deronne, + Romain Migus, + Maurice Lemoine font du boulot sur le Venezuela et Jean-Luc Mélenchon n’a pas regardé ailleurs, ne s’est pas cru obligé de dénier l’Amérique Latine et c’est peut-être ainsi qu’on rétablit une vérité ? Quant à moi, j’ai fait mon possible dans ma minuscule ère d’influence.

#163762 
01/11/2019 à 10:58 par Georges SPORRI

Dans ce type de débat hyper sérieux et essentiel il importe que le point Godwin soit atteint. Alors je me dévoue = très grande politique de protection des animaux dès 1933 en Deutchland avec interdiction de l’expérimentation animale et... expérimentation sur les humains quelques années après. Il ne faut bien sûr pas généraliser : tous les animalistes, vegans, antispécistes ne sont pas des nazis potentiels.
Ils sont cependant tous des hérétiques... Et leurs thèses débiles qui ne méritent plus le bûcher depuis la sécularisation - laïcité ne sont pas un cadeau que nous devons accepter. Les mouvement anars et gauchistes qui se laisseront influencer par ces doctrines jaïnistes deviendront des sortes de sectes non religieuses (quoique ?).
Par ailleurs : on peut détester un spectacle à titre personnel sans en demander l’interdiction. Interdire + surveiller + punir est un processus mortifère lorsque cela transforme la société en lit de Procuste où trop d’individus ne se trouvent plus leur place. La tolérance est toujours supérieure à l’intolérance si on refuse la perspective d’une multiplication des lois d’exclusion.
Enfin, je redis que la bio diversité des pâturages est 500 fois supérieure à celle des labourages. Je redis aussi que les fumiers et les guanos seront indispensables lorsqu’on s’emploiera à réparer les sols empoisonnés par la FNSEA et ses sponsors. Il est donc absurde de vouloir détruire les pâturages et si les antispécistes prenaient le pouvoir ils seraient encore plus nuisibles que BAYER MONSANTO !

#163763 
01/11/2019 à 15:03 par CAZA

Ca part vraiment dans tous les sens. J’ai déjà dit que LGS ses lecteurs et commentateurs avaient du talent et que leur lecture était enrichissante. Mais bon c’est quand même vrai que c’est plus facile de s’en prendre au foie gras qu’aux crimes du capitalisme sauvage international et du complexe militaro industriel américain surtout pour les médias subventionnés
Allez un peu de distraction .
Sur la corrida revoyez Fernandel dans """ Heureux qui comme Ulysse"" où il sauve un cheval des arènes. Et oui aussi les chevaux pas que les toros et c’est pas joli joli .
Sur ""L’enfer des poules pondeuses"( LGS en Septembre) juste un mot sur mes poules .Une 50aine sur quelques Ha mais elles reste près des bâtiments because le Renard ,pas besoin de leur apprendre , et le soir tout le monde rentre à l’écurie se mettre à l’abri.
Elles élèvent leurs poussins avec amour et sollicitude (mère poule ça viens de là). Les coqs se bastonnent mais finalement les dominés ont quand même leur part d’amour (il suffit de voir la tête des poussins )
C’était comme ça par centaines de milliers les basse-cours avant l’industrialisation .Et aussi l’élevage en général où les besoins des animaux étaient respectés
Sur un emballage à œufs j’ai lu ""Œufs de nos régions"" en gros caractères rouges mais en réalité ,en petit caractères ,"œufs de poules élevées en cage"
Le consommateur ne serait il pas pris pour ce qu’il est finalement ??

#163765 
01/11/2019 à 15:13 par François de Marseille

@ Assimbonanga : "Quant à moi, j’ai fait mon possible dans ma minuscule ère d’influence."

N’ayant absolument aucune sphère d’influence, j’ai regardé ce matin Fabio Quartararo exploser le record du circuit de Sépang à la deuxieme séance d’essai libre. Peut -être une victoire historique ce week-end, la dernière (Régis Laconi) date de 1999 (j’étais devant mon petit écran pour le vivre en direct).
Bon, mon cas n’est pas totalement désespéré, je suis revenu sur LGS juste après le drapeau à damiers ;o).

#163766 
01/11/2019 à 15:17 par Pie Niouf

Et la souffrance végétale ?
Il serait temps d"entendre le cri de la carotte que l’on épluche, mais visiblement vous vous en foutez !

#163767 
01/11/2019 à 15:48 legrandsoir

Ne rigolez pas, il y a le blob : « Les capacités de cet organisme sans cerveau étonnent. Il est par exemple capable de trouver la sortie de labyrinthes dans lesquels des scientifiques le plongent ».
https://www.lemonde.fr/biologie/video/2017/06/21/visqueux-rampant-et-p...
On sait par ailleurs que les futaies de certains arbres d’espèces différentes gardent leurs distances même en cas de vent.
Les jardiniers connaissent les détestations entre plantes et ils en tiennent compte.
Le spectacle des plantes carnivores est fascinant.
Demain, la science prouvera que les végétariens sont plus cruels que les toreros (et moins courageux).
MV.

#163770 
01/11/2019 à 17:10 par Toff de Aix

Dans cet article se reconnaîtront uniquement ceux qui le doivent.
Il faut arrêter de se sentir visé et de tout prendre au premier degré, quand même !

Perso j’ai arrêté le foie gras il y a bien longtemps, j’adore les animaux, je les respecte et même aide certaines structures qui se battent pour cette cause, mais je mange aussi(encore) de la viande...
Je suis capable je pense de repérer de l’exploitation quand je la vois, et selon moi le problème est bien là : manger de la viande est naturel pour l’homme(du moins de façon modérée), qui est en théorie omnivore. Ce qui l’est moins, c’est le dérèglement absolu qu’induit le système capitaliste, qui décrète que seuls comptent la production, l’augmentation des profits (et donc de la consommation) au bénéfice des seuls exploiteurs. Donc qui met en batterie des centaines de millions d’animaux, dans des fermes-usines qui s’apparentent à lus à des camps de concentration qu’à une exploitation à taille normale, et qui n’ont qu’une seule fonction : faire du profit, et tant pis si la courte "vie" de ces pauvres bêtes s’apparente à un enfer, le temps de leur passage à l’abattoir... Et bien sûr, met en place tout un tas de stratégies de merde pour invisibiliser tout ça, tout ce qui pourrait gêner la bonne conscience des acheteurs : pub, marketing vert, labels bio et compagnie, en gros greenwashing de bonne conscience...

De ce point de vue l’article peut taper juste, surtout à destination de certains qui demandent la peine de mort sur les réseaux sociaux, lorsque par exemple un chaton est tabassé à mort par une bande d’imbéciles... Mais qui refuseront d’admettre ou de voir, dans le même temps, la souffrance et l’exploitation de leurs contemporains humains... Un espèce d’engagement exclusif pour la cause animale, mais avec une négation de la lutte des classes, un refus permanent d’ouvrir les yeux sur l’exploitation de l’homme par l’homme. Capables de se mobiliser en masse pour retrouver un imbécile qui a fait du mal à un chaton sur les réseaux (a)sociaux, mais incapables de descendre dans la rue pour manifester contre la casse du code du travail, des retraites, de la sécurité sociale...

Je suis capable de me battre autant pour la cause animale que pour le Code du Travail, et ça ne fait pas de moi un être d’exception. Juste quelqu’un qui a bien compris les ressorts de ce monde. Et l’absolue nécessité de détruire ce système mortifère, pour le remplacer par un système plus juste, pour TOUS les êtres vivants.

#163772 
01/11/2019 à 19:30 par Assimbonanga

Ce serait plutôt une aire, du reste.

#163775 
01/11/2019 à 19:39 par Assimbonanga

C’est vrai ça, on peut détester un spectacle à titre personnel sans en demander l’interdiction. Interdire + surveiller + punir est un processus mortifère !
En ce cas, pourquoi ne pas remettre en vogue les jeux du cirque, avec mise à mort par vote du public sur une appli ? On n’engagerait que des volontaires bien entendu, des gens qui ont quelque chose à se faire pardonner, ou des immigrés qui veulent acheter par leur sacrifice la nationalité pour leur famille. N’est-ce pas une bonne idée ?

#163776 
01/11/2019 à 19:52 par Pie Niouf

Mais j’étais sérieux, je sais depuis longtemps que les plantes sont des êtres sensibles et il a été prouvé qu’elles sont bien plus réceptives à la musique classique qu’à celle des Beatles. (Alors avec le rap, je n’ose même pas imaginer leur torture...)
En fait ce qui me fait rire ce sont ces réflexions de vierges effarouchées qui oublient que tout être n’est vivant qu’au détriment d’autres organismes.
Bien sûr cela ne veut pas dire qu’on a le droit d’infliger de la souffrance pour survivre, mais qu’il faut user de la pédale douce avec l’hypocrisie.

#163777 
01/11/2019 à 20:53 par ehoes

A lire certains avis ou articles non discriminés (droite et gauche en même temps),
il existerait une sorte d’équilibre entre les mauvais traitement infligés aux animaux et le respect sinon l’amélioration de la condition humaine,
un jeu à somme constante.
Le tout doublée d’une sensiblerie malvenue.
Une conclusion manifeste et simple s’impose : maltraiter plus férocement ceux là afin d’instaurer bien être commun, universel et partagé des humains,
dans le respect des règles et des codes de l’humour (macabre ou cynique selon les nécessités de la conscience personnelle) ainsi que de la bienséance révolutionnaire.

#163778 
01/11/2019 à 22:18 par vagabond

Ce n’est pas drôle. Les animaux ne sont pas des objets. Qu’on s’en nourrisse est une chose mais les faire souffrir en est une autre.
Je ne comprends pas pourquoi dénigrer ceux qui oeuvrent pour les causes qui les touchent ?
Un animal mérite la compassion tout autant qu’un humain. L’être humain n’est pas le maître absolu de la planète. Je croyais que vous aimiez "bouffer du curé" mais a priori, l’idée de l’homme au centre de cet univers à la c. est bien ancrée.

#163779 
01/11/2019 à 23:01 par Karl Nivore

@ Tof de Aix
Moi, je renonce au foie gras si j’ai en échange la volaille entière. Miam !

#163780 
01/11/2019 à 23:11 par Georges SPORRI

@ Assimbonanga / Le meurtre entre congénères n’a strictement rien à voir avec les meurtres entre espèces différentes pour se nourrir ou pour contrôler un territoire. Konrad Lorentz explique cela dans "L’homme dans le fleuve du vivant". Les sociétés humaines les plus égalitaires étaient justement celles des chasseurs - pêcheurs . cueilleurs qui par contre exterminaient tous les grands carnivores rivaux pour se réserver un territoire de chasse. Sous les climats tempérés nos grands ancêtres ont pris presque tous les abris sous roche accessibles en bousillant les squatteurs, loups - ours et autres tigres, qui occupaient illégalement nos abris sous roches sur notre planète.

#163781 
02/11/2019 à 01:25 par BQ

Ben perso je suis anti-corrida, spectacle pour débiles mentaux, et je suis anticapitaliste. Comme de nombreux anticapitalistes. Sondage : 0% des francais ne considèrent le foie gras parmi les 100 problèmes les concernant.
Allez chercher la baballe et coucouche panier maintenant (vous ne voudriez pas les détourner de la lutte anticapitaliste quand même ?) Cordialement
Ps : ce texte me fait penser qu’il faut retenir deux choses à mon avis : 1) les cons peuvent aussi dire des choses vraies et intéressantes, 2) on peut faire des choses que l’on désapprouve moralement en admettant humblement que ceux qui les critiquent ont raison.

#163782 
02/11/2019 à 06:21 par calame julia

LGS,
où par mon commentaire aurai-je mis en cause LGS ? Je n’ai mis aucun individu en cause parce que ce que je
rapporte ce qui se faisait dans les fermes pour survivre. Voir les suicides paysans.

Je ne pratique pas les commentaires à la lorgnette ;. Parler de la souffrance animale n’est pas
être étrangère aux autres esclavages de par le monde... au manque de soins et à la faim des enfants
partout où qu’ils naissent.

Vous rajoutez : "LGS a pour ligne de dénoncer les conséquences sans ignorer les causes et sans culpabiliser
les individus alors que les systèmes mondiaux sont moteurs et bénéficiaires de la barbarie".
C’est tout à votre honneur. Et moi je vous réponds : "Penser global, agir local".
L’élevage intensif de porcs en Bretagne notamment entraîne la pollution des nappes phréatiques !
Les systèmes mondiaux vont nous expliquer qu’il faut faire bouillir l’eau avant de la consommer et qu’ils
ne sont responsables de rien...
Le jour où ils sont venus me dire que la planète avait besoin de soins, j’ai fait la sourde oreille !
Le jour où il n’y eut plus de poissons dans les rivières j’ai demandé où je pouvais aller chercher des
billets de banque pour les manger...

#163783 
02/11/2019 à 10:32 par Xiao Pignouf

En fait, ce devrait être un billet amusant de plus.

Pourquoi ce billet, relativement inhabituel de Théo (que je trouvais drôle jusqu’au déversement méprisant qui s’en est suivi dans les commentaires), ne sert-il au fond qu’à en railler quelques-un(e)s qui au même titre que les autres suivent et soutiennent le GS ?

Parce que certains ont eu l’indécence de réfléchir et de questionner le bien-fondé d’une tradition méridionale visant à torturer un taureau devant un public majoritairement bourgeois, dans un autre article publié par le GS et dont l’auteur respecté, implicitement faisait de même, Théo leur consacre ce billet (drôle au demeurant) pour bien leur rappeler les bonnes façons de penser. Et évidemment, ça suscite pas mal de commentaires condescendants vis-à-vis de gens qui nonobstant sont du même bord, avec les clichés les plus éculés qui sont balancés à tour de bras.

Ce n’est pas le débat contradictoire qui me dérange, bien sûr. C’est cette levée de bouclier permanente dès qu’on cause condition animale que je trouve bien plus étrange. Elle est presque plus virulente que devant ceux qui viennent au compte-goutte distiller d’autres idées bien plus nauséabondes. En fin de de compte, je préfère discuter avec un(e) intervenant(e) qui défend la corrida qu’avec quelqu’un qui met répète à l’envi que se poser de telles questions est ridicule en prétendant me connaître intimement et me traiter comme quelqu’un qui ne se soucie pas de la condition humaine.

Certains ici ont la fâcheuse tendance à s’auto-proclamer juge des critères d’une cause acceptable.

D’autres plus radicaux que moi appelleraient ça police de la pensée, ce qui décourage plutôt à laisser un commentaire.

#163786 
02/11/2019 à 12:10 par Assimbonanga

Les volailles gavées sont atteintes de steatose hépathique. Je ne sais pas l’effet que ça fait d’avoir un foie de cette taille. Déjà que les gens ne se sentent pas bien après les fêtes, qu’ils imaginent comme ça doit être agréable de se trimbaler avec cette masse volumineuse et les symptômes de la maladie sur la qualité de vie ! Bien sûr ça ne doit pas gêner ces bêtes dans leurs déplacements puisqu’elles sont confinées et réduites à l’immobilité, ou quasi. Donc, c’est super !
On n’est pas en train de se demander s’il faut tuer pour manger, mais s’il faut de surcroît gaver pour mieux se régaler. Et gaver à échelle industrielle bien entendu, puisque ce sont des pleins super-marchés à approvisionner et donc, on a toutes les gammes , pour les petits budgets ou pour les bourgeois qui peuvent s’offrir la qualité. Les foies petits budgets auront plus tendance à flirter avec la souffrance animale à cause de l’insensibilité de l’échelle industrielle et des préoccupations de seule rentabilité financière. On est loin des chasseurs-cueilleurs et des loups. C’est la rationalisation de la tuerie et de la torture. Le canard ne refusera pas une bouchée de plus en vous rétorquant finement : "non merci, pas cette fois-ci, j’ai un colloque demain."
@Georges, il s’agit de savoir où situer le limite des cruautés. Parfois, il n’y a qu’un millimètre entre les deux. Note que la corrida n’était pas le sujet. C’est juste toi qui a tenu à y dériver.

#163787 
02/11/2019 à 16:01 par Xiao Pignouf

coquille dans mon com précédent : qui me répète à l’envi

#163795 
02/11/2019 à 16:23 par pierreauguste

Qu’est ce que j’en ai à foutre que le public soit majoritairement bourgeois ? Qu’est ce que j’en ai à foutre de la lutte des classes quand je suis un taureau et qu ils veulent ma peau ces 7 ou 8 mecs qui me courent après pour me faire la peau ? Par contre qu est ce que j’aimerais ,moi ,le cerf qu une meute veut achever ,ou moi le taureau harcelé,qu’on échange pour une fois,et pas seulement les méchants bourgeois mais aussi ceux qui applaudissent ou encore trouvent exagéré de comparer souffrance humaine ou animale ,et qu eux avec les chasseurs et autres industriels de la viande soient dans l’arène avec pas de possibilité d’en sortir....Et avec quelques copains taureaux,qu’on rigole !!!!!! Et là les diseurs de dialectiques à 2 balles ou les "je dis comme le monsieur il a raison c’est le chef" ils choisiront quoi ,les gradins ou l ’arène ?

#163796 
02/11/2019 à 20:34 par Palamède Singouin

Moi j’observe que les 2 animaux favoris de l’espèce humaine sont :
- le chat, dont la cruauté gratuite le ferait classer dans la catégorie des fous furieux s’il était humain.
- le chien, défenseur intraitable de la propriété privée.

Par contre, le taureau, l’éléphant, la girafe, le rhinocéros, la baleine....qui n’emmerdent personne sont torturés, décimés, en voie de disparition.

#163803 
02/11/2019 à 21:40 par AF30

On peut lire bien de mots malveillants contre les anti corrida. Il me semble pourtant qu’il leur faut bien du courage à ces quelques uns, en période de ferla à Nīmes, pour manifester publiquement leur opposition..
Autre stratégie dévalorisante contre ces abolitionnistes : le rapprochement injuste entre ces derniers et quelques malfaisants sociaux.
J’ajouterai pour faire bonne mesure des citations de Montaigne sur la souffrance animal :
« Je crois que c’est du sang des bêtes sauvages,
que le fer a été maculé tout d’abord.
[Ovide, Métamorphoses, XV, 106]
Un naturel sanguinaire à l’égard des bêtes témoignent d’une propension naturelle à la cruauté.
Quand on se fut habitué, à Rome, aux spectacles de mises à mort d’animaux, on en vint aux hommes et aux gladiateurs.

#163805 
02/11/2019 à 23:06 par Lou Plouc

@Palamède Singouin

Par contre, le taureau, l’éléphant, la girafe, le rhinocéros, la baleine....qui n’emmerdent personne sont torturés, décimés, en voie de disparition.

Ha ! Hi ! Venez par chez moi (Camargue) je vous ouvrirai l’enclos du taureau et vous irez lui caresser l’échine. Pour voir.
Bon, c’est quand les manifs pour les girafes et rhinocéros ?

#163808 
03/11/2019 à 02:37 par Médordure le Minicrate

Y faut pas s’appeler Einstein pour comprendre que la dégoulinance de moraline écœurée suinte aussi bien du côté de l’exercice du pouvoir (commanditaires compris) que du côté de la critique dite « anti-système ». Élite suprémaciste aux divines épaules recouvertes de soie synthétique ou roture édentée en chemise de crin.

La différence transparaît une fois qu’on a compris que les seconds prennent la moraline très au sérieux, tandis que les premiers ne croient pas un seul instant aux leçons dogmatiques qu’ils se permettent de dispenser « au nom de la démocrature et des droits des petits chiens-chiens » en façade et à ce lui de leur portefeuille, par-dessous les tables. ― Ce qui, pour l’anecdote, permet aux premiers d’utiliser les seconds en guise d’idiots utiles à l’insu de leur plein gré et à ceux-ci, d’entretenir l’illusion qu’ils lézardent le système, alors qu’ils augmentent sa perniciosité.

Il y a donc un effet de renforcement réciproque, de telle sorte qu’à chaque fois qu’un excès de moraline suit une débauche d’indignation, l’étouffement croît de façon quasi exponentielle. Résultat des courses : la vie de tous les jours devient de plus en plus impossible, et même insupportable, tant elle se voit dépréciée et condamnée d’office dans les possibilités de développement qu’elle offre.

Déjà que, depuis le virage néo-libéral des forces pseudo-progressistes, l’opposition gauche-droite en a pris un sacré coup au point de n’être plus qu’un stérile miroir aux alouettes, voici que la possibilité critique en elle-même devient une sorte de tourne-en-rond où la nécessité se résume à un jeu de dupe entre nigauds hystériques et ordures psychopathes.

La belle affaire !

Inutile d’un rajouter une couche : c’est bel et bien à un effondrement irrévocable de civilisation que l’on assiste. Non pas à cause du pic de ceci ou de la pénurie de cela, mais bien parce que la bête humaine n’a plus ni le courage ni la force nécessaires afin de s’extraire aux forceps de la chape de plomb qu’elle a construit et dans laquelle elle se sera laissé glisser au fil du temps aussi bien par soucis de confort ou par négligence que par cupidité ou férocité crasse.

Je me demande cependant si, une fois réellement au fond du trou, il en restera des durs qui s’élèveront contre ces pauvres loques vaguement humaines qui dévoreront tel rat étourdi ou telle grosse mouche verte et dodue qui passait par là, simplement parce que, entre désespoir, désastre et désolation, il n’y aura plus rien à se mettre sous la gencive. À défaut de quenottes déjà perdues.

Bien de la joie...

#163812 
03/11/2019 à 10:10 par Assimbonanga

Les étasuniens sont très peureux en ce qui concerne l’hygiène et leur petite santé. Du coup, le foie gras présente une grosse suspicion de morbidité, vu que c’est du foie malade, de la stéatose hépatique. Oui, je sais, j’insiste et là, ça doit dégoutter ?
Toutefois, on peut rechercher leAnimal Welfare Institute . Avec Internet, c’est génial tout ce à quoi on peut avoir accès. Le Animal Welfare Institute se préoccupe de tous les animaux et je ne vois pas pourquoi on serait sectaires au point de vouloir leur interdire. Le monde est vaste, les êtres nombreux et on n’est pas obligés d’être tous spécialisés sur la même chose, d’autant qu’on peut cumuler luttes politiques, sociales et animalières !
C’est bien possible que d’autres choses entrent en ligne de compte, en particulier les financements de ces grosses associations et les perfidies politico-économiques et commerciales avec un malin plaisir trumpien à dégommer un pan économique de ces petits frenchies arrogants, imbus d’eux-même et de leur gastronomie prétentieuse.
On ne va quand même pas se mettre à soutenir la filière foie gras juste pour pas s’aligner sur les Amerloques ? La filière foie gras, c’est pas des anges non plus, les ploucs réactionnaires dont le syndicat majoritaire est un puissant soutien du petit macaron.

#163818 
RSS RSS Commentaires
   
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’ennemi n’est pas celui qui te fait face, l’épée à la main, ça c’est l’adversaire. L’ennemi c’est celui qui est derrière toi, un couteau dans le dos ».

Thomas Sankara


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.