Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

Interview enregistrée le 29 mai à Paris lors de la visite du Président russe en France.

Interview complète de Vladimir Poutine sur Macron, Trump, l’Ukraine, la Syrie et la Russie (Le Figaro)

Transcription :

Journaliste (question retraduite) : Monsieur le Président, bien le bonjour. Merci beaucoup d’avoir accepté de répondre aux questions du Figaro. Je voudrais également vous remercier de nous rencontrer ici, dans une salle de classe du Centre culturel russe. Encore une fois, merci de nousavoir accordé cette interview.

Vous êtes venu en France pour ouvrir une exposition qui marque 300 ans depuis la création de relations diplomatiques entre la Russie et la France. Il y a eu des hauts et des bas dans les relations entre les deux pays. Quelle est votre perspective sur l’état actuel de ces relations ?

Vladimir Poutine : Il est vrai que le Président Macron m’a invité à participer à l’ouverture de l’exposition. Cependant, permettez-moi de vous dire tout de suite que les relations entre la Russie et la France ont une histoire bien plus ancienne et des racines beaucoup plus profondes, comme le Président français et moi-même l’avons mentionné à plusieurs reprises aujourd’hui. De fait, la plus jeune fille de Yaroslav le Sage et une des grandes princesses russes, Anna, est venue au 11ème siècle pour épouser le roi de France Henri Ier.

Elle s’appelait en fait Anna de Rus, Reine de France. Son fils Philippe Ier de France a été le fondateur de deux maisons royales européennes, les Valois et les Bourbons, et ce dernier règne en Espagne jusqu’à ce jour.

Cela veut dire que les racines de nos relations sont beaucoup plus profondes, même si, au cours des 300 dernières années, elles ont accéléré. C’est vrai. J’espère vraiment que l’événement d’aujourd’hui, l’exposition et mes entretiens avec le Président Macron donneront un nouvel élan à ces relations.

Journaliste : Monsieur le Président, quelle est votre vision de Pierre le Grand, qui est venu à Versailles en 1717 pour établir des relations diplomatiques ?

Vladimir Poutine : Comme je l’ai dit aujourd’hui à mon collègue français et à nos amis français, Pierre le Grand était avant tout un réformateur, un homme qui non seulement a mis en œuvre les meilleures pratiques et les plus modernes, mais qui était aussi sans aucun doute un patriote, qui a lutté pour assurer à la Russie la place qu’elle mérite dans les affaires internationales.

Mais surtout, il était déterminé à réformer son pays, le rendant moderne, résilient et tourné vers l’avenir. Il a réussi dans beaucoup de ses entreprises, sinon dans toutes. Il s’est concentré sur la recherche, l’éducation, la culture, les affaires militaires et l’Etat, laissant un héritage immense sur lequel la Russie a compté jusqu’à aujourd’hui, sans parler du fait qu’il a fondé ma ville natale, Saint-Pétersbourg, qui était la capitale de la Russie durant de nombreuses années.

Journaliste : Vous avez récemment rencontré M. Macron. Aviez-vous des attentes pour cette première réunion ? Vous avez dit qu’il était important de surmonter le stade de la méfiance. Est-ce fini maintenant ?

En ce qui concerne le problème principal, les sanctions, pouvez-vous dire que vous avez atteint un quelconque type d’accord ?

Vladimir Poutine : Lors de toute réunion, dans tous les contacts, à tout événement de ce niveau, surtout s’il s’agit du premier contact, il y a toujours des attentes. S’il n’y a pas d’attentes, il est inutile de tenir des réunions de ce genre. J’avais certainement des attentes cette fois-ci.

Je voulais voir de plus près, apprendre de première main quelle était la position du nouveau Président de la République française sur les questions clés de l’agenda international et sur le développement des relations bilatérales.

À mesure que le nouveau Président élu prend ses fonctions, il a certainement sa propre vision des choses, des relations bilatérales, de la politique internationale. Dans l’ensemble, je dirais que c’est une vision très pragmatique. Nous avons certainement des points de rapprochement, pour un travail en commun dans des domaines clés.

Journaliste : La mise en œuvre des Accords de Minsk en l’Ukraine semble avoir atteint une impasse. Avez-vous réussi à progresser avec le Président Macron en vue de la résolution de ce conflit ?

Vladimir Poutine : Des progrès dans la résolution de tout conflit, y compris le conflit dans le sud-est de l’Ukraine, peuvent être atteints avant tout par les parties en conflit. Ce conflit est interne – un conflit ukrainien principalement. Il s’est produit après une saisie inconstitutionnelle de pouvoir par la force à Kiev en 2014.

C’est la source de tous les problèmes. La chose la plus importante à faire est de trouver la force de négocier avec toutes les parties en conflit, et surtout, je suis convaincu que, comme on dit, la balle est dans le camp des autorités officielles de Kiev. Tout d’abord, ils doivent s’occuper de mettre en œuvre les accords de Minsk.

Journaliste : Qu’est-ce qui pourrait contribuer à réaliser des progrès dans ce domaine ? La Russie peut-elle proposer une initiative qui apportera la paix ?

Vladimir Poutine : C’est ce dont nous ne cessons de parler. Nous considérons que la principale condition est de retirer les forces armées de la ligne de contact. C’est la première chose à faire. Le retrait a été achevé dans deux zones, mais cet objectif n’a pas été atteint dans la troisième zone.

Les autorités ukrainiennes disent que cela ne peut pas être fait en raison des échanges de tirs là-bas. Mais les tirs ne s’arrêteront pas à moins que les troupes et les armes lourdes ne se retirent. Les armes lourdes doivent être retirées. C’est une priorité clé.

Le deuxième objectif dans le domaine politique est de mettre en pratique, enfin, la loi sur le statut spécial de ces régions, que le parlement ukrainien a adoptée. La loi a été adoptée mais n’est pas entrée en vigueur.

La loi sur l’amnistie a été adoptée, mais le président Porochenko ne l’a pas signée. Les accords de Minsk stipulent la réhabilitation sociale et économique dans les républiques autoproclamées. Au lieu de faire cela, Kiev a soumis ces territoires à un blocus. Le blocus a été initié par les radicaux qui ont bloqué les lignes de chemin de fer.

Au début, le Président ukrainien a dénoncé ses actions et a déclaré qu’il rétablirait l’ordre. Cependant, il a échoué. Au lieu de poursuivre ses efforts, il a officiellement rejoint le blocus et a émis un ordre exécutif à cet effet. Peut-on parler de changements pour le mieux dans cette situation ? Malheureusement, nous n’en avons pas encore vu un seul jusqu’à présent.

Journaliste : Oublions l’Europe de l’Est une minute et parlons du Moyen-Orient, principalement de la Syrie. Après l’intervention militaire de la Russie en septembre 2015, quelles sont d’après vous les principales solutions pour que la Syrie puisse sortir de cette guerre à long terme ?

Vladimir Poutine : Tout d’abord, j’aimerais souligner l’approche constructive de la Turquie et de l’Iran, et bien sûr, du gouvernement syrien qui, avec la Russie, ont réussi à obtenir un cessez-le-feu. Le cessez-le-feu n’aurait pas été possible sans la soi-disant opposition armée syrienne. C’était la première et très importante étape vers la paix.

Une autre étape, qui n’est pas moins importante, est l’accord sur l’établissement des zones dites de désescalade. Actuellement, il existe quatre zones de ce genre. Nous croyons que c’est une étape extrêmement importante sur le chemin de la paix, si je peux le formuler de cette façon, car il est impossible de parler d’un règlement politique sans mettre fin à l’épanchement de sang.

Maintenant, à mon avis, nous sommes tous confrontés à une tâche différente, qui est techniquement et je dirais même technologiquement de finaliser la création de ces zones de désescalade, de se mettre d’accord sur leurs limites et la façon dont les organes gouvernementaux fonctionneront là-bas, ainsi que sur la façon dont ces zones de désescalade communiqueront avec le monde extérieur.

De fait, le Président Macron l’a mentionné lorsqu’il a parlé de convois d’aide humanitaire. En général, je crois que le Président français a raison et c’est l’un des points de contact où nous pouvons coopérer avec nos collègues français. Une fois que les zones de désescalade seront formalisées, j’espère qu’au moins certains éléments de coopération commenceront entre le gouvernement et les gens qui contrôleront les zones de désescalade.

J’espère vraiment (et ce que vais dire est très important) que ces zones ne deviendront pas un prototype pour la future division territoriale de la Syrie. Au contraire, je m’attends à ce que ces zones de désescalade, si la paix est établie, et les personnes qui les contrôlent, coopéreront avec les autorités syriennes officielles.

C’est ainsi qu’un environnement d’interaction et de coopération de base peut et doit être construit. La prochaine étape est une réconciliation purement politique et, si possible, l’élaboration de régulations constitutionnelles, d’une Constitution et la tenue d’élections.

Journaliste : En effet, la Russie et les autres parties diffèrent sur la question syrienne concernant principalement le sort de Bachar al-Assad, que les pays occidentaux ont accusé d’utiliser des armes chimiques contre son propre peuple.

Monsieur le Président, pouvez-vous envisager le futur politique de la Syrie sans Bachar al-Assad ?

Vladimir Poutine : Je ne pense pas avoir le droit de déterminer l’avenir politique de la Syrie, que ce soit avec ou sans al-Assad. C’est aux Syriens eux-mêmes d’en décider. Personne n’a le droit de s’arroger les droits qui appartiennent au peuple d’un autre pays. C’est la première chose que je veux dire.

Avez-vous une question complémentaire ?

Journaliste : Oui. Vous dites que ce n’est pas à vous d’en décider. Cependant, cela ne signifie pas que l’avenir de la Syrie est possible sans al-Assad, n’est-ce pas ?

Vladimir Poutine : Comme je l’ai dit, il appartient au peuple syrien d’en décider. Vous avez mentionné des allégations concernant l’utilisation d’armes chimiques par le gouvernement syrien. Lorsque l’attaque s’est produite, nous avons appelé nos partenaires américains – et tous ceux qui considèrent que cela est opportun – d’envoyer des inspecteurs dans l’aérodrome à partir duquel les avions qui ont prétendument largué des bombes chimiques auraient décollé.

Si des armes chimiques ont été utilisées par les agences officielles du Président al-Assad, des équipements de vérification modernes en trouveraient certainement des traces dans l’aérodrome. C’est certain. Ces traces se trouveraient dans l’avion et dans l’aérodrome. Cependant, tout le monde a refusé de procéder à une telle inspection.

Nous avons également proposé d’envoyer des inspecteurs sur le site de l’attaque chimique présumée. Mais ils ont également refusé, affirmant que c’était dangereux. Pourquoi est-ce dangereux si l’attaque a été lancée dans une zone où vivent des civils pacifiques et où la partie saine de l’opposition armée est déployée ?

À mon avis, les accusations ont été faites dans le seul but de justifier l’utilisation de mesures supplémentaires, y compris militaires, contre al-Assad. C’est tout. Il n’y a aucune preuve que’al-Assad ait utilisé des armes chimiques. Nous croyons fermement que c’est une provocation. Le Président al-Assad n’a pas utilisé d’armes chimiques.

Journaliste : Vous souvenez-vous de ce que le Président Macron a dit au sujet des lignes rouges concernant les armes chimiques ? Êtes-vous d’accord avec lui ?

Vladimir Poutine : Oui.
De plus, j’estime que cette question devrait être abordée à plus grande échelle. Le Président Macron partage ce point de vue. Peu importe qui utilise des armes chimiques contre des personnes et des organisations, la communauté internationale doit formuler une politique commune et trouver une solution qui rendrait impossible l’utilisation de ces armes pour quiconque.

Journaliste : Après que Donald Trump ait été élu Président des États-Unis, beaucoup de gens ont parlé d’une ère nouvelle dans les relations russes-américaines. Cependant, ces relations ne semblent pas avoir pris un nouveau départ. Les dirigeants de l’OTAN ont parlé de la menace russe lors de leur sommet la semaine dernière.

Êtes-vous déçu par l’attitude américaine ?

Vladimir Poutine : Non, je ne le suis pas. Nous n’avions aucune attente particulière. Le Président américain mène une politique américaine traditionnelle. Bien sûr, nous nous rappelons que lors de sa campagne électorale, et aussi après avoir été élu et pris ses fonctions, le Président Trump a parlé de son intention de normaliser les relations avec la Russie et a déclaré qu’elles ne pouvaient pas être pires. Nous nous en souvenons.

Cependant, nous voyons également et réalisons que la situation politique aux États-Unis est influencée par ceux qui ont perdu les élections mais refusent d’accepter leur défaite, et qui continuent d’utiliser la carte anti-Russie et diverses allégations plus activement dans les luttes politiques. C’est pourquoi nous ne sommes pas pressés, nous sommes prêts à attendre, mais nous espérons vivement que les relations entre la Russie et les États-Unis deviendront normales à nouveau dans le futur.

En ce qui concerne l’augmentation...

Journaliste : Dans un monde parfait, qu’attendriez-vous des États-Unis pour améliorer les relations avec la Russie ?

Vladimir Poutine : Il n’y a pas de monde parfait, et il n’y a pas d’humeur au subjonctif en politique.

J’aimerais répondre à la deuxième partie de votre question. Au sujet des plans visant à augmenter les dépenses militaires de 2% ou plus, c’est un fait que le budget de la défense des États-Unis est supérieur aux budgets de défense de tous les autres pays réunis. C’est pourquoi je comprends le Président américain lorsqu’il dit que ses alliés de l’OTAN devraient prendre en charge une partie de ce fardeau. C’est une approche pragmatique et compréhensible.

Cependant, ce qui a attiré mon attention, c’est que les dirigeants de l’OTAN ont parlé lors de leur sommet de la volonté d’améliorer les relations avec la Russie. Alors pourquoi augmentent-ils leurs dépenses militaires ? Contre qui ont-ils l’intention de combattre ? Je vois là une contradiction interne, bien que ce ne soit pas nos affaires.

Laissez l’OTAN décider qui va payer et combien. Nous devons nous occuper de notre propre défense, et nous travaillons à l’assurer de manière fiable et en vue de l’avenir. Nous sommes confiants.

Journaliste : Cependant, en ce qui concerne l’OTAN, certains de vos voisins veulent assurer leur sécurité par l’intermédiaire de l’OTAN. Est-ce un signe de méfiance envers vous, quelque chose qui cause une attitude scandaleuse ?

Vladimir Poutine : Pour nous, c’est un signe que nos partenaires en Europe et aux États-Unis, pardonnez-moi, poursuivent une politique à court terme. Ils n’ont pas l’habitude de regarder un pas en avant. Nos partenaires occidentaux ont perdu cette habitude.

Lorsque l’Union soviétique a cessé d’exister, les politiciens occidentaux nous ont dit (pas sur papier, mais cela a été déclaré clairement) que l’OTAN ne s’étendrait pas vers l’Est. Certains politiciens allemands à l’époque ont même proposé de créer un nouveau système de sécurité en Europe qui impliquerait les États-Unis et, de fait, la Russie.

Si cela avait été fait, nous n’aurions pas les problèmes que nous avons eu ces dernières années, à savoir l’expansion de l’OTAN vers l’Est jusqu’à nos frontières, l’avancée de l’infrastructure militaire à nos frontières. Peut-être que les États-Unis ne se seraient pas retirés unilatéralement du Traité anti-missiles balistiques (ABM).

Ce traité était une pierre angulaire de la sécurité actuelle et future. Les installations de défense antimissiles en Europe – en Pologne et en Roumanie – n’auraient pas été construites, ce qui, sans aucun doute, crée une menace pour nos forces nucléaires stratégiques et perturbe l’équilibre stratégique – un développement extrêmement dangereux pour la sécurité internationale. Peut-être que tout cela n’aurait pas eu lieu. Mais cela s’est produit, et nous ne pouvons pas rembobiner l’histoire, ce n’est pas un film.

Nous devons partir de la situation actuelle. À cet égard, nous devons réfléchir à ce que nous voulons pour l’avenir. Je pense que nous voulons tous la sécurité, la paix, la sûreté et la coopération. Par conséquent, nous ne devrions pas accumuler des tensions ou inventer des menaces fictives de la Russie, des guerres hybrides, etc.

Vous avez inventé ces choses vous-même et maintenant, vous vous faites peur avec elles et vous les utilisez même pour planifier vos politiques futures. Ces politiques n’ont pas de perspective d’avenir. Le seul avenir possible est dans la coopération dans tous les domaines, y compris les problèmes de sécurité.

Quel est le principal problème de sécurité aujourd’hui ? Le terrorisme. Il y a des attentats en Europe, à Paris, en Russie, en Belgique. Il y a une guerre au Moyen-Orient. C’est la principale préoccupation. Mais non, continuons plutôt à spéculer sur la menace russe.

Journaliste : Vous dites que plus de choses pourraient être faites en ce qui concerne le terrorisme et l’islamisme. Mais qu’est-ce qui doit être fait exactement et que peut faire la Russie ? Et pourquoi est-il si difficile de travailler avec l’Europe pour atteindre ces objectifs ?

Vladimir Poutine : Demandez à l’Europe. Nous sommes prêts à coopérer, comme je l’ai dit il y a quelque temps au 70e anniversaire des Nations Unies, lorsque j’ai appelé tous les pays à unir leurs efforts pour lutter contre le terrorisme. Cependant, il s’agit d’une question très complexe.

Vous voyez, après l’attaque terroriste à Paris, un événement sanglant et horrible, le Président Hollande est venu en Russie et nous nous sommes mis d’accord sur des actions de coopération. Le porte-avions Charles de Gaulle s’est approché de la côte syrienne. Puis, François est allé à Washington, tandis que Charles de Gaulle partit pour le canal de Suez [au lieu de la Syrie].

Donc la véritable coopération avec la France s’est terminée avant même qu’elle ne commence. La France est impliquée dans les opérations là-bas, mais elle agit au sein de la coalition dirigée par les États-Unis. Allez comprendre qui donne les ordres, qui ne les donne pas, qui a son mot à dire, et quel est l’agenda. La Russie est ouverte à la coopération.

Il était également très difficile de s’entendre sur ces questions avec les États-Unis. De fait, nous avons assisté à quelques changements dernièrement ; et il y a des résultats réels. J’ai parlé au Président Trump par téléphone, et il a soutenu l’idée, en général, de créer des zones de désescalade.

Nous envisageons maintenant comment les intérêts de tous les pays du sud de la Syrie peuvent être servis au mieux, compte tenu des préoccupations de tous les pays confrontés à des problèmes dans cette région. Je parle de la Jordanie, d’Israël et de la Syrie elle-même. Bien sûr, la Russie est prête à tenir compte de ce que les États-Unis et nos partenaires européens ont à dire. Cependant, ce dont nous avons besoin, c’est que le dialogue soit spécifique et concis, au lieu de discussions vides sur les réclamations et les menaces mutuelles. Il faut un effort réel.

Journaliste : Vous dites que c’est eux qui doivent décider et agir, n’est-ce pas ?

Vladimir Poutine : C’est exactement ça.

Journaliste : Vous avez mentionné les États-Unis. Les allégations d’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle aux États-Unis ont soulevé une tempête politique à Washington. Des allégations similaires ont également été exprimées en France. Quelle est votre réponse, surtout dans le contexte des développements récents aux États-Unis ?

Vladimir Poutine : J’ai déjà commenté cette question plusieurs fois. Il y a eu une question d’un de vos collègues à ce sujet aujourd’hui. Il l’a dit avec beaucoup de précaution à la conférence de presse, disant que « il y a des allégations selon lesquelles des pirates russes... » Qui est l’auteur de ces allégations ? Sur quoi se basent-elles ? Si ce ne sont que des allégations, alors ces pirates pourraient être de n’importe où ailleurs et pas nécessairement de Russie.

Comme l’a dit le Président Trump, et je pense qu’il avait tout à fait raison lorsqu’il a dit cela, ça aurait pu être quelqu’un qui était assis sur son lit (un particulier) ou peut-être que quelqu’un a intentionnellement inséré une clé USB avec le nom d’un ressortissant russe ou quelque chose comme ça. Tout est possible dans ce monde virtuel. La Russie ne s’engage jamais dans des activités de ce genre, et nous n’en avons pas besoin. Cela n’aurait pour nous aucun sens de faire de telles choses. A quoi bon ?

J’ai déjà parlé à trois Présidents américains. Ils vont et viennent, mais la politique reste la même en tout temps. Vous savez pourquoi ? A cause de la puissante bureaucratie. Lorsqu’une personne est élue, elle peut avoir certaines idées. Ensuite, des gens avec des mallettes arrivent, bien habillés, portant des costumes foncés, tout comme le mien, à l’exception de la cravate rouge, puisqu’ils portent des cravates noires ou bleu foncé. Ces personnes commencent à expliquer comment les choses se font. Et instantanément, tout change. C’est ce qui se passe avec chaque administration.

Changer les choses n’est pas facile, et je le dis sans ironie. Ce n’est pas que la personne ne veut pas le faire, mais parce qu’il est très difficile de le faire. Prenez Obama, un homme qui voit loin, un libéral, un démocrate. N’avait-il pas promis, avant son élection, de fermer Guantanamo ? Mais l’a-t-il fait ? Non, il ne l’a pas fait. Et puis-je demander pourquoi ? Ne voulait-il pas le faire ? Il le voulait, j’en suis sûr, mais cela n’a pas fonctionné. Il a sincèrement voulu le faire, mais n’a pas réussi, car cela s’est révélé très compliqué.

Ce n’est pas le problème principal, cependant, même s’il est important, car il est difficile de comprendre que des gens ont marché [à Guantanamo] dans des chaînes depuis des décennies sans procès ni enquête. Pouvez-vous imaginer la France ou la Russie agir de cette façon ? Ce serait une catastrophe. Mais c’est possible aux États-Unis et ça continue à ce jour. Il s’agit de la question de la démocratie, soit dit en passant.

Je me suis référé à cet exemple seulement pour montrer que ce n’est pas aussi simple qu’il le parait. Cela dit, je suis prudemment optimiste et je pense que nous pouvons et devrions être à même de parvenir à des accords sur des questions clés.

Journaliste : Vous dites qu’à l’heure actuelle, la tempête politique à Washington repose sur des allégations absolument infondées.

Vladimir Poutine : Ce n’est pas fondé sur des allégations, mais sur le désir de ceux qui ont perdu les élections aux États-Unis d’au moins améliorer leur position par des attaques anti-russes, en accusant la Russie d’ingérence. Les personnes qui ont perdu les élections ne veulent pas admettre qu’elles ont vraiment perdu, que celui qui a gagné était plus proche du peuple et a mieux compris ce que les électeurs ordinaires veulent.

Ils sont absolument réticents à admettre cela, et préfèrent se raconter des histoires à eux-mêmes et aux autres en pensant que ce n’était pas leur faute, que leur politique était correcte, qu’ils ont fait tout ce qu’il fallait, mais que quelqu’un de l’extérieur les a contrecarrés. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé. Ils ont juste perdu et ils doivent l’admettre.

Quand ils le feront, je pense qu’il nous sera plus facile de travailler. Cependant, le fait que cela soit fait en utilisant des outils anti-russes n’est pas bon, car ça entraîne de la discorde dans les affaires internationales. Laissez-les débattre entre eux, pour qu’ils puissent prouver qui est le plus fort, qui est le meilleur, qui est le plus intelligent, qui est le plus fiable et qui définit une meilleure politique pour le pays. Mais pourquoi impliquer des pays tiers ? C’est vraiment triste et pénible. Mais ça passera, tout passe, et ça passera aussi.

Journaliste : Monsieur le Président, nous arrivons à la fin de notre entretien. Surtout, je voudrais vous poser une question sur 2018. C’est l’année des élections en Russie : les élections présidentielles et les élections à l’Assemblée fédérale.

Pourriez-vous nous dire si vous avez l’intention de vous présenter, ou peut-être que l’opposition serait en mesure de nominer quelqu’un dans une procédure démocratique ? Comment voyez-vous le développement de cette situation ? Vous voulez bien que la campagne de l’année prochaine se déroule dans un environnement vraiment démocratique, n’est-ce pas ? Je parle de 2018.

Vladimir Poutine : Toutes les récentes campagnes électorales en Russie ont été strictement conformes à la Constitution russe, en pleine conformité. Et je ferai tout mon possible pour que les campagnes électorales de 2018 se déroulent de la même manière, je le répète, en pleine conformité à la loi et à la Constitution.

Ainsi, quiconque a le droit de se présenter, toute personne qui remplit les procédures adéquates prescrites par la loi, peut et participera, s’il le souhaite, aux élections à tous les niveaux – aux assemblées législatives, au parlement et aux élections présidentielles.

Quant aux candidats, il est encore trop tôt pour en parler.

Journaliste : Merci. J’espère que nous vous reverrons bientôt. Merci beaucoup d’avoir partagé vos points de vue avec Le Figaro.

Vladimir Poutine : Merci à vous.

interview réalisée par Alexis Brézet et Renaud Girard http://www.lefigaro.fr/international/2017/05/30/01003-20170530ARTFIG00...

Traduction depuis la version anglaise : http://sayed7asan.blogspot.fr

»» http://en.kremlin.ru/events/president/news/54638
URL de cet article 31969
   
Le Krach parfait
Ignacio RAMONET
Crise du siècle et refondation de l’avenir Le capitalisme connaît en moyenne une crise grave tous les dix ans. Mais un séisme économique d’une aussi forte intensité que celui de l’« automne noir » 2008, il ne s’en produit qu’un seul par siècle. Aucun autre cependant, avant celui-ci, n’avait conjugué une somme de menaces croisées aussi alarmantes. Tout le système financier - banques, bourses, caisses d’épargne, agences de notation, normes comptables - a craqué. Et une doctrine a fait faillite : celle du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le comportement borné des hommes en face de la nature conditionne leur comportement borné entre eux.

Karl Marx


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.