RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’espoir est un combat, par Charles Hoareau.




(Quand on rêve tout seul, ce n’est qu’un rêve.
Quand nous rêvons ENSEMBLE, c’est le commencement de la RÉALITÉ.)




Rouge-midi, 13 décembre 2006.


Comme l’unité l’espoir est un combat et nous l’avons choisi.

Alors que la situation dans ce pays pourrait porter à la désespérance tant la misère grandit, les luttes, trop dispersées, peuvent paraître impuissantes à changer le cours des choses, la possibilité de changement politique paraît faible et l’esquisse d’un rassemblement pour peser sur les choix semble s’estomper, nous continuons à mener le combat de l’espoir.

Oh nous ne sommes pas des doux rêveurs qui n’avons pas conscience des réalités ! Nous voyons bien que ce monde inquiet sent la poudre... Nous voyons bien nous aussi grandir ce sentiment d’insécurité sociale sur lequel demain le fascisme pourrait s’appuyer pour s’emparer du pouvoir.

Mais cela ne nous arrêtera pas bien au contraire.

L’histoire nous a appris que c’est dans les pires moments que la détermination des résistant-e-s a le plus pesé dans le sens du progrès humain.

Depuis que la gauche au pouvoir a failli, la classe ouvrière cherche une issue à la crise politique que nous traversons. La bataille du référendum avait constitué un début d’espoir. Au lendemain du 29 mai il aurait fallu pousser l’avantage, créer un front populaire (au sens le plus fort du terme) ce que pour notre modeste part nous n’avons cessé de dire depuis avril 2005.

Les collectifs de l’époque, insuffisamment ancrés dans la classe ouvrière d’aujourd’hui, n’ont pas su le faire. Il faut dire à leur décharge qu’ils n’ont pas été aidés par les organisations politiques qui les constituaient et quant au mouvement syndical, si la base de la CGT avait pesé de tout son poids dans cette bataille, il a manqué au lendemain du 29 mai une impulsion confédérale à même de conforter l’acquis du 29 et de transformer le léger frisson qui parcourait les entreprises et les cités en souffle puissant de la reconquête des droits sociaux.

Pour autant la bataille du NON avait permis que des gens se rencontrent, se parlent et prennent l’habitude d’agir ensemble. Si certains ont vu dans ces collectifs la possibilité de les transformer en machine de guerre électorale, les éloignant ainsi de ce qui aurait du être leur objectif premier à savoir faire de la politique pour être utiles aux gens et d’abord aux plus exploités, ils n’en constituent pas moins un des éléments de la future construction politique dont notre pays a besoin.

Le week-end des 9 et 10 décembre a montré les limites de ce rassemblement.

Alors tout est-il perdu ?

Certainement pas ! A l’heure où sont écrites ces lignes nous ne savons pas si ce rassemblement - dont pour une part les enjeux politiciens sont bien présents au risque de tuer dans l’oeuf l’espoir de gens qui se sont beaucoup investis en toute sincérité - si ce rassemblement donc débouchera sur un début de reconquête politique pouvant s’exprimer dans les urnes. Pour autant :

- Nombre de militant-e-s de ces collectifs affirment qu’ils veulent continuer à se rassembler au delà des élections.

- Ils ne veulent pas voir rentrer par la fenêtre ce qu’ils ont fait sortir par la porte du 29 mai.

- Ils voient bien, même s’ils n’ont pas réponse à tout - et comment pourrait il en être autrement ? - que le capitalisme est sans issue et qu’il faut changer radicalement de société.

- Dans le pays et dans la jeunesse en particulier, l’idée qu’il faut un nouveau mai 68 (du moins dans ses aspirations) grandit.

- Ce qui se passe au Venezuela ou au Liban contribue à faire reculer la fatalité

Pour gagner durablement il reste à construire ensemble, non seulement avec ceux et celles qui sont dans les collectifs, mais aussi avec les ouvriers, les retraités, les chômeurs, les gens des entreprises et des cités, bref avec la classe ouvrière de notre temps trop absente de ces collectifs ressemblant pour l’instant à des cercles d’initiés, la force organisée et de lutte offrant la perspective révolutionnaire qui nous manque.

Réfléchissons comment, à l’instar de l’Amérique latine, nous pouvons agir pour rendre au peuple sa souveraineté sur les richesses qu’il produit et sur les choix de société.

Allons ensemble réquisitionner les appartements vides, allons soutenir les entreprises en lutte pour l’emploi, partons à l’assaut de toutes ces aides sociales bloquées par des choix politiques assassins, exigeons la prime de Noël pour les jeunes, mobilisons l’armée des chômeurs et d’un même mouvement ouvrons de partout des universités populaires anticapitalistes, bref mettons le social au centre de notre action politique.

L’espoir est là .

Charles Hoareau


- Source : Rouge-midi www.rougemidi.org



Questions et convictions, par Charles Hoareau.

Lettre ouverte à Mr Sarkozy, par Charles Hoareau.


Venezuela : L’assassinat d’Hugo Chávez, par Greg Palast.




URL de cet article 4471
  

Même Thème
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.